En direct

LOGEMENT Un prix de foncier dissuasif

le 04/06/2004  |  Collectivités localesLogementDroit de l'urbanismeEuropePyrénées-Atlantiques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Logement
Droit de l'urbanisme
Europe
Pyrénées-Atlantiques
Landes
Urbanisme
Réglementation
Etat
Valider

La flambée des prix des terrains gagne le Pays basque intérieur. Les élus hésitent sur la question de la densité. La création d'un établissement public foncier semble s'imposer.

«La situation est grave, elle pourrait même devenir socialement explosive », assure un professionnel du bâtiment pourtant connu pour sa modération. L'étude que s'apprête à rendre public l'Agence d'urbanisme Adour-Pyrénées laisse songeur. L'agglomération littorale attire, depuis 20 ans, actifs et candidats à la résidence secondaire. Le logement collectif domine sur l'agglomération littorale, sauf à Anglet. Partout ailleurs, tradition basque, la maison (etxe) règne seule au milieu de sa parcelle de 3 à 5 000 m2. Pour combien de temps ? Un appartement dans le centre de Bayonne ou d'Anglet s'achète 2200 à 2600 euros le m2, 4 000 euros le m2 à Biarritz ou Saint-Jean-de-Luz. Le prix d'une maison dans le péri- urbain oscille entre 180 000 et 300 000 euros, prix plancher sur le littoral. Les loyers deviennent inaccessibles : pour un jeune couple avec un ou deux enfants, 654 euros pour un T4 sur le BAB, une augmentation moyenne de 25 % environ depuis 2002 selon l'agence d'urbanisme. « Nous ne pouvons pas satisfaire environ 4 000 demandes de logements sur tout le littoral, constate Philippe Etcheverria, directeur de l'office départemental HLM à Bayonne, et l'envolée des prix du foncier nous oblige aujourd'hui à doubler notre engagement en fonds propres pour équilibrer une opération. » Lourd. « C'est tout le parcours résidentiel qui est aujourd'hui grippé », reconnaît Michel Veunac.

Trois solutions émergent : d'abord la révision en cours des plans d'urbanisme. Le PLH prévoit la construction de 570 logements sociaux sur l'agglomération. Biarritz en annonce 40 par an. Anglet ouvre davantage et envisage des R + 4 avec parkings en surface sur trois terrains du centre. Deuxième piste, les opérations associant promoteur et bailleur social qui se multiplient aux franges de l'agglomération. « Elles deviennent la clé pour accéder au foncier des communes périphériques notamment » , confirme ce promoteur. Certains maires de la périphérie - Saint-Pierre-d'Irrube, Arcangues, Bidart - jouent le jeu. Ils sont encore minoritaires. « Sans bétonner à outrance, il va bien falloir que les élus accélèrent le mouvement de la densification », estime Philippe Lesbordes, de la Soprim, la filiale promotion du groupe Etchart. Troisième solution, préconisée dans le rapport de l'inspecteur général des Ponts Bernard de Korsak, qui stigmatise « la défaillance publique » : la création d'un établissement public foncier qui aurait l'avantage de geler le prix des terrains, mais l'impératif de densité doit aussi pénétrer les mentalités basques. L'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz n'a pas su anticiper ces évolutions de fond, laissant la ville de Bayonne assumer, seule, ses responsabilités, en matière de logement social notamment . « Nous avons cinq à dix ans de retard dans nos politiques publiques de production de logements », constate Philippe Etchevaria. L'heure est au rattrapage. Via les Scot que l'agence d'urbanisme Adour-Pyrénées met en chantier.

DESSIN :

Il y a quelques jours, à Anglet, la résidence « Le jardin de Nerval » était livrée à l'office départemental HLM : 29 logements locatifs en prêt locatif à usage social (Plus), signés par les architectes Gulacsy et Massié. Prix de revient global (HT) : 2 180 000 euros, dont 1 757 000 de coût de travaux.

La concurrence économique du sud des Landes

A quelques kilomètres du BAB, rive gauche de l'Adour, la communauté de communes du Pays de Seignanx, qui regroupe cinq communes du sud Landes dont la ville de Tarnos, s'apprête à aménager une zone d'activités économiques de quelque 300 hectares. Pierrette Frontenas, sa présidente, a mené une politique volontariste d'acquisitions foncières en association avec la Safer. Une convention d'aménagement sera signée début 2005. « La concurrence est saine, à nous d'être les meilleurs », répond Didier Borotra, président de la communauté d'agglomération BAB. Mais une toute récente enquête menée par la CCI sur les projets de développement de 3 500 entreprises industrielles et de services du Pays basque évoquait un besoin, pour leur seul développement à 18 mois, de 220 000 m2 de locaux et d'une centaine d'hectares. Les bases de taxe professionnelle du BAB sont-elles menacées ?

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur