En direct

Logement social: les HLM sur la défensive

Defawe Philippe |  le 13/12/2007  |  ImmobilierLogementsFrance entière

Deux jours après le discours du président de la République, qui fait prendre un virage fondamental au logement social, les HLM apparaissent sur la défensive. Dans un communiqué, l'Union sociale pour l'habitat (USH) soutient la volonté du gouvernement de relancer la construction mais demande qu'"un effort important soit consacré à l'offre sociale et très sociale", ce qui suppose que "plus de terrains publics soient orientés vers le logement social" et "des financements publics".

Inquiète de la banalisation de la distribution du livret A, elle réaffirme son "attachement au financement du logement social par des prêts mobilisant la collecte du livret A centralisée par la caisse des dépôts", schéma mis à mal par le rapport Camdessus publié mercredi.
Face à la volonté du gouvernement de mettre de la mobilité dans le parc, l'USH rappelle qu'elle que sa baisse est due "principalement au niveau très élévé des loyers de marché et qu'elle a elle-même proposé le principe d'un rendez-vous tous les trois ans avec les locataires pour examiner leurs revenus mais demande que cela soit fait "avec pragmatisme".
Enfin, le mouvement HLM se déclare prêt à étudier "comment franchir une nouvelle étape vers le renforcement de la construction, le développement des parcours résidentiels, l'amélioration de la qualité de service et la mise en œuvre des conclusions du Grenelle de l'Environnement". Ce que le chef de l'Etat met sous l'appellation d'"un nouveau pacte" proposé aux HLM.

L'Europe ne remet pas en cause la centralisation du livret A
De son côté Marie-Noëlle Lienemann, ancien ministre du Logement et président des coopératives d'HLM, monte au créneau pour défendre le livret A, qui "constitue l'un des piliers du logement social". "Les bailleurs sociaux doivent être vigilants à toute remise en cause du financement du logement social et s'opposer à toute mesure qui menacerait les fondements actuels de collecte et de distribution des prêts réglementés en provoquant un risque de disparition de la ressource financière et d'assèchement de la construction sociale, à un moment où va s'appliquer la loi sur le droit au logement opposable", assure-t-elle.
"Si l'on compte sur le marché financier pour contribuer à la construction de logements sociaux parce qu'il est censé être plus moderne, on s'engage dans une impasse au préjudice de nos concitoyens les plus modestes qui n'arrivent plus à se loger dans le privé", ajoute l'ancienne ministre. "Nous demandons au Président de la République, au Gouvernement et au Parlement de consacrer dans une loi organique la pérennité de la centralisation à la Caisse des dépôts de la collecte du livret A pour soutenir la réalisation de logements sociaux dans des conditions égales partout et pour tous". "ll faut que la France, par l'intermédiaire de son gouvernement, maintienne son recours à Bruxelles contre la banalisation de la collecte du livret A. Et le mouvement HLM doit lui aussi contester cette décision auprès des institutions communautaires comme partie prenante touchée par les conséquences négatives de cette ouverture à la concurrence", assène Marie-Noëlle Lienemann avant de soutenir que "L'Europe n'exige pas la remise en cause de la centralisation des dépôts au sein de la Caisse des Dépôts et Consignations. C'est le rapport de M Camdessus qui ouvre cette voie ultra-dangereuse. Accepter cette dernière banalisation reviendrait purement et simplement à tuer le livret A, comme garant d'une grande politique publique du logement social.
Françoise Vaysse

Commentaires

Logement social: les HLM sur la défensive

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur