En direct

Logement neuf : la promotion immobilière plombée par la baisse des ventes HLM
Les réservations de logements neufs baissent au premier trimestre 2018. - © © WikiCommons

Logement neuf : la promotion immobilière plombée par la baisse des ventes HLM

S.V. |  le 17/05/2018  |  ConjonctureImmobilierTechniqueBâtimentLogement social

Les réservations de logements neufs reculent de 10,2% au premier trimestre 2018, sur un an, selon la Fédération des promoteurs immobiliers. En cause : la demande moins forte des bailleurs sociaux, en cours de réorganisation.  

Des indicateurs satisfaisants, mais en baisse. Voici comme pourraient être résumés les chiffres sur le logement neuf publiés par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) ce 17 mai 2018. Au premier trimestre 2018, malgré une stabilité sur 12 mois glissants, le nombre de réservations ralentit (-10,2% par rapport au premier trimestre 2017), à 31 494 logements. « Les trois premiers mois de l’année constituent une forme de pause et dénotent dans cette période dynamique », tente de rassurer Alexandra François-Cuxac, la présidente de la FPI.

Ce ralentissement en début d’année concerne particulièrement les ventes en bloc (-19,3%), composées à 75% de ventes pour le secteur HLM. « Après une explosion des ventes au 4e trimestre 2017, nous observons une baisse de la demande pour les bailleurs sociaux », décrypte Marc Villand, président de la FPI Île-de-France. Un phénomène accentué par l’impact de la nouvelle TVA à 10% (contre 5,5%) sur la production neuve et le projet de loi Elan, qui oblige certains bailleurs à se regrouper. 

Pour rappel, le projet de loi Elan (Evolution du logement, aménagement et numérique), en débat à l’Assemblée nationale à partir du 30 mai, prévoit une réorganisation d’ampleur du logement social. Outre l’amputation d’une partie de leurs ressources (1,7 milliard en 2018), les bailleurs sociaux doivent se regrouper d’ici à 2021 quand ils gèrent moins de 15 000 HLM, afin de baisser leurs coûts.

 

Recul des ventes au détail

 

Les ventes au détail baissent également de 9,4% par rapport au premier trimestre 2017. La demande des particuliers reste forte (25 826 logements sur 3 mois), mais elle se tasse tant pour les investisseurs (-7,4%) que pour les accédants (-11,4%), alors même que les taux de crédit restent bas et que les aides publiques ont été prorogées. Principale cause de ce ralentissement selon la FPI : les prix. « Ils sont en hausse de 3% par rapport au premier trimestre 2017, ce qui écarte les acheteurs les plus modestes », ajoute Marc Villand.

A côté des réservations, les mises en vente accusent également une baisse (-14%). « Même si le niveau reste haut (24 546 mises en vente), il est tout de même moins élevé qu’aux premiers trimestres 2016 et 2017, c’est notamment lié à une raréfaction du foncier », constate Marc Villand. La baisse est particulièrement importante dans certaines zones ou régions les plus tendues, à l’instar de Lyon (-56%), Île-de-France et Alpes (-50%), ainsi que Hauts-de-France (-35%).

 

"Nos indicateurs restent bien orientés"

 

En cause : les problèmes liés aux permis de construire, aux normes, mais aussi aux recours qui ralentissent les mises en chantier. Marc Villand note ainsi la frilosité des maires dans le lancement de nouveaux projets. « La proximité des élections locales en 2020 (…) freinent les décisions d’urbanisme. La FPI s’alarme des effets de stop and go sur la production de logements », alerte la fédération. 

Malgré ces inquiétudes, la FPI se veut rassurante. « Nos indicateurs restent bien orientés », assure Alexandra François-Cuxac. « Le marché du logement neuf reste, en terme de volume, dynamique avec une appétence pour l’immobilier qui ne ralentit pas. »

Même si la présidente met en garde sur le discours politique ambiant : « le début d’année a été marqué par des déclarations fiscales et une stigmatisation de l’immobilier avec l’IFI (Impôt sur la fortune immobilière), ce qui oblige les professionnels à constamment se justifier», se désole-t-elle. La FPI proposera, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019 « une aide aux maires bâtisseurs alimentée par la TVA immobilière ». Elle plaide également pour une impulsion à la production de logements intermédiaires, locatifs ou pas.

 

Commentaires

Logement neuf : la promotion immobilière plombée par la baisse des ventes HLM

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX