Logement

Logement : l’effondrement des mises en chantier continue

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Politique du logement

Les mises en chantier de logements neufs en France ont continué à se détériorer de mai à juillet, avec un recul de 13,3% sur un an, pour s’établir à 73.468, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi 26 août 2014.

Alors que le président François Hollande a fait de la relance de la construction une de ses priorités de la rentrée et a promis la semaine dernière un nouveau « plan de relance » pour le secteur, les efforts réalisés durant les deux dernières années par le gouvernement n’ont pas permis jusqu’ici d’enrayer l’effondrement de la construction. Sur les trois derniers mois de l’année (de mai à juillet 2014), le nombre de permis  délivrés recule légèrement de 1,1% (101.885 autorisations enregistrées), mais sur un an (depuis juillet 2013) les autorisations plongent de 17% (391.474), selon les statistiques arrêtées à juillet 2014 et publiée le 26 août 2014 par le ministère du Logement.

Dans le détail, le nombre de permis de construire pour les logements individuels groupés accuse la plus forte baisse avec une chute de 21,3% sur 3 mois (11.946 autorisations) et de 34,8% sur 12 mois (47.886). Le nombre d’accords délivrés pour la construction d’habitations individuelles pures se relève légèrement sur les 3 derniers mois (+4,2% à 29.105 autorisations) mais s’effondre de 22,4% (116.996) sur un an. Enfin, 52.341 permis de construire ont été délivrés pour les logements collectifs, soit une progression de 0,6% sur trois mois mais un déclin de 8,9% sur un an (197.005 au total). De leur côté, les autorisations pour les logements en résidence (seniors, étudiants, etc.) bondissent de 7,1% sur les trois derniers mois à (4.140 autorisations) mais décroissent de 4,5% sur un an (29.587 permis accordés).

 

En 2013, 331.867 logements neufs ont été mis en chantier

 

Par ailleurs, le nombre de logements mis en chantier s’élève à 73.468 unités, en baisse de 13,3 % sur les trois derniers mois (de mai à juillet 2014). Sur un an, ce chiffre décroche de 10,8% (305.079). La tendance s’aggrave cette fois: le repli n’était encore que de 8,5% au mois de mai. Les lancements de logements ordinaires se replient de 26,3% sur trois mois (23.085 chantiers), un léger mieux face au recul de 21,4% de fin mai  et de 16,6% (98.220 constructions) sur 12 mois. Les constructions de logements individuels groupés glissent de 20,6% entre mai et juillet 2014 (8.816) et de 12,4% sur les 12 derniers mois (38.726). Le nombre de  logements collectifs lancés diminue 6,1% durant les trois derniers mois (35.637) et de 9,2% sur un an (145.998). Enfin, le nombre de résidences lancées s’envole de 35% sur trois mois (5.930) et avance de 13,8% sur un an (22.135).

Sans surprise, la construction des locaux professionnels suit la même tendance que la construction des logements. Le nombre de permis de construire délivrés pour les bureaux recule de 13,4% sur les trois derniers mois, et de 10,1% pour les commerces. Seules les autorisations pour les entrepôts et pour le secteur industriel progressent respectivement de 18,3% et 18,2%.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    logement = l effondrement des mises en chantier continue

    si on laisse aux financiers la liberte sur les loyers du bati actuelle qui gere le patrimoine des grandes fortunes qui non pas besions de gagner mai de garder = le calcul est simple moins il y a de logement plus il gagne = ALORS pourquoi investirre dans la construction de logements neuf ;qui coute tres chere vue les augmentation des materiaux de construction et autre obligations plus le prix des terrains a batir ; que les meme speculateurs declare au compt-goute ,il ne faut pas dire ( effondrement )mais ( blocage speculatif
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X