En direct

Linky : un dossier électrique
Le compteur Linky de ERDF - © © ERDF

Linky : un dossier électrique

Philippe Rodrigues |  le 06/01/2012  |  Etat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Etat
Valider

Suite à l’entretien d’Eric Besson publié par nos confrères Enerpresse et le BIP, le président de la CRE a décidé de réagir. Un point de cette interview a contrarié Philippe de Ladoucette, qui s’étonne des propos du ministre de l’Energie.

Rappelons le point sujet à caution : «J’ai annoncé la généralisation du compteur (communicant) Linky, en mettant en avant deux principes. Premièrement, la gratuité pour les consommateurs (...). Deuxièmement, la nécessité qu’ERDF soit sécurisé sur le plan régulatoire quant au retour sur investissement d’un tel effort. ERDF travaille actuellement avec la CRE pour le respect de ces deux engagements», nous a déclaré Eric Besson.
En réponse, Philippe de Ladoucette indique à Enerpresse que la Commission de régulation de l’énergie ne dispose pas à ce jour des éléments qui lui permettent d’avancer sur ce dossier. Dans un premier temps, «on attend la publication de l’arrêté "déploiement" qui devrait intervenir rapidement », précise-t-il en rappelant que la CRE a envoyé au ministre son projet d’arrêté relatif aux fonctionnalités de Linky le 10 novembre.

Dans un deuxième temps, ERDF devra présenter à la CRE son business plan sur ce projet de déploiement et ses demandes concernant son financement. C’est sur cette base que la CRE étudiera le financement du projet dans le cadre du Turpe, le tarif d’acheminement de l’électricité.
Car Philippe de Ladoucette est très clair : «la CRE n’est liée par aucun engagement de gratuité». Certes, on a bien compris que le client ne va pas débourser un euro à l’installation du nouveau compteur, en revanche, le déploiement de cet outil entre dans le périmètre de la base d’actifs régulés ; il est donc du ressort du Turpe. Ce projet «ne peut pas ne pas être dans le Turpe», insiste Ph. de Ladoucette.

La CRE souligne qu’il devrait coûter «entre 1 et 2 euros par an à l’ensemble des clients». Le prochain Turpe doit être en place pour la mi-2013. Il existe des marges de manoeuvre pour lisser, si besoin, le coût du projet Linky au sein des prochains Turpe (qui durent 4 ans chacun) en contrepartie, le cas échéant, des gains de productivité attendus.
Mais, «c’est de la compétence de la CRE», souligne son président. La Commission élabore ce tarif et le transmet au ministre pour publication au Journal Officiel. Le gouvernement peut demander une nouvelle délibération de la CRE pendant 2 mois après cette transmission. Il doit motiver cette demande.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur