Energie

Linky, deux ans après, quel bilan ?

Deux ans après le début du déploiement du compteur communicant, Bernard Lassus, le directeur-général d’Enedis a dressé un premier bilan positif, malgré les oppositions locales et les charges portées par certaines associations de défense des consommateurs.

 

Au total, plus de 8 millions de compteurs « intelligents » ont été installés sur le réseau français, à un rythme de pose qui atteint en moyenne les 25 000 unités par jour. « Nous sommes exactement sur la trajectoire telle qu’elle avait été définie. Il y a seulement un écart de 10 000 compteurs, ce qui équivaut à une demi-journée d’installation », a exposé Bernard Lassus, le directeur général d’Enedis, à l’occasion d’une conférence de presse.

En 2021, 35 millions de « Linky » auront été installés en France, soit la totalité des compteurs du territoire. Ce grand projet industriel impulsé par une directive européenne datant de 2009 mobilise un réseau de 6 entreprises de fabrication (5000 salariés) et 80 entreprises de pose.

Si le déploiement se poursuit à bon rythme, le gestionnaire du réseau tente de répondre aux inquiétudes et aux craintes exprimées par certains habitants et élus locaux. A commencer par le manque de qualification des installateurs. « Ce sont des professionnels formés, suivis et contrôlés régulièrement qui partagent les mêmes valeurs que nous de service public », précise le n°1 d’Enedis. Salarié d’Enedis ou d’une entreprise partenaire mandatée par Enedis, le technicien de pose porte un badge contenant le logo « Partenaire Enedis pour Linky », avec sa photo, son nom, prénom et le nom de la société partenaire d’Enedis. Au total, 5000 professionnels sont chargés de l’installation du petit compteur jaune. La pose dure en moyenne une trentaine de minutes.

 

Des retardateurs de flammes

 

Le n°1 d’Enedis a également tenu à éteindre la polémique sur les cas d’incendies provoqués par le compteur Linky dont la presse régionale et des magazines spécialisés se sont fait l’écho. A Bièvre (91), le petit boitier jaune aurait déclenché un feu embrasant le pavillon d’un couple. A Bailleur (59), une jeune femme a retrouvé son boitier totalement fondu, avec des traces de flammes sur le mur, sans plus de dégâts. Des cas isolés qui s’apparentent plus à un micro-phénomène qu’à une tendance lourde. Le risque d’incendie reste relativement faible car le compteur Linky est doté de retardateurs de flamme. Le gestionnaire du réseau rappelle que les 50 000 incendies d’origine électrique qui sont comptabilisés chaque année affichent des causes multiples : vétusté de l’installation, sur-tension, acte de malveillance… « Depuis le début du déploiement, nous n’avons pas observé un pic d’incendies dans les logements », rassure un porte-parole d’Enedis.

 

Afficheur déporté, une « fausse bonne idée »

 

Sur la question de l’intégration d’un « afficheur déporté », Bernard Lassus estime que c’est une « fausse bonne idée ». Ce dispositif, qui permet aux clients de suivre leur consommation d’électricité en temps réel, en kWh et en euros, n’est proposé qu’aux clients en situation de précarité énergétique. Le Médiateur national de l’Energie insiste pourtant depuis plusieurs années pour qu’il soit généralisé dans tous les logements. Le n°1 d’Enedis rapporte que l’expérience de l’afficheur déporté est loin d’avoir été concluante en Angleterre et dans d’autres pays. « Ils sont la plupart du temps installés dans des placards, il faut vivre avec son temps », a-t-il défendu.

 

Une nouvelle application bientôt disponible

 

Le petit objet jaune a fait l’objet de plusieurs critiques concernant la maîtrise, par le consommateur, de sa consommation d’énergie. En juin dernier, deux ingénieurs rattachés au CGEDD ont constaté que les compteurs installés ne servaient qu’à transmettre des données par télérelèves et qu’ils ne favorisaient pas la participation active des consommateurs. Enedis propose pourtant de s’abonner à un espace personnel « Linky » afin d’accéder à ses données de consommation. Un service qui a enregistré seulement l’ouverture de 200 000 comptes depuis le début du dispositif. Le gestionnaire du réseau a donc misé sur le développement d’une nouvelle application smartphone « Enedis à mes côtés », gratuite, qui permet de suivre au quotidien sa facture énergétique. Sa sortie est prévue dans les prochains jours.

 

Focus

Linky, le petit allié des smart grid

A Nice, Enedis expérimente avec l’aide de plusieurs partenaires industriels (EDF, Alstom Grid, RTE, Daïkin…) un quartier solaire intelligent, composé de logements sociaux, de site industriel et de bâtiments publics. Il concerne 15OO clients résidentiels et professionnels équipés de compteur Linky. Ce projet poursuit un double objectif technique et économique : l’optimisation de l’exploitation d’un réseau moyenne et basse tension intégrant une production massive d’énergie renouvelable et l’étude du comportement des clients quant à leur gestion de la production et de la consommation d’électricité.

A Grenoble, le gestionnaire du réseau teste en conditions réelles de courts effacements auprès de 1OOO clients « résidentiels » disposant de chauffage électrique et 4O sites tertiaires. Via ce programme, Enedis espère ainsi favoriser la participation de ces clients à la gestion active de la demande d’électricité et diminuer les coûts d’approvisionnement les jours de pointe.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X