En direct

LILLE MÉTROPOLE La maîtrise de l'étalement urbain au coeur du débat « Métropole 2030 »

M.B. |  le 15/01/2010  |  Collectivités localesArchitectureUrbanismeRéglementationNord

La métropole lilloise cherche une voie de développement. Elle accueille près d'un millier d'élus, représentants des mondes économique, associatif et syndical, pour discuter d'un projet d'aménagement d'ici à 2030. Ce dialogue prend la forme d'un grand débat, à l'image de ceux organisés par Martine Aubry sur l'habitat, les transports et le développement durable, depuis son accession à la présidence de Lille Métropole communauté urbaine (LMCU). Ce débat promet d'être celui de la synthèse et de la cohérence. Synthèse, parce qu'un projet d'aménagement global recouvre toutes les problématiques de la politique de la ville. Cohérence, parce qu'il est coorganisé par le syndicat mixte du Scot, et permet ainsi de lancer sa seconde étape, après un an consacré au diagnostic. Pour René Vandierendonck, vice-président de LMCU en charge de l'aménagement, « la discussion doit s'engager sur des règles claires, permettant de mettre en adéquation notre projet de développement aux nécessités d'économiser l'espace ».

Maîtriser l'étalement urbain

La maîtrise de l'étalement urbain est bien le sujet central du Scot. « Il faut concilier la poursuite du programme de 1 000 hectares consacrés au développement économique et l'effort de construction de logement à la préservation de l'environnement. Il faut donc limiter au maximum les déplacements contraints. » La solution, celle de la « ville intense» qui rassemble toutes les fonctions de la ville dans chaque quartier, doit encore s'affirmer. « L'intensité, ce n'est pas seulement la densité, affirme Nathan Starkman, directeur de l'agence d'urbanisme responsable des travaux du Scot. C'est surtout la qualité des constructions et celle des espaces publics qui préservent l'intimité des habitants. » Catherine Martos, directrice d'études, ajoute : « Les maisons en bande, que l'on trouve dans la métropole, peuvent être plus denses que des grands ensembles. L'intensité est une notion relative. » René Vandierendonck estime qu'il existe « de nombreuses possibilités de valoriser du foncier sans toucher aux terres agricoles de la métropole ». Il cite les importantes friches industrielles, les canaux délaissés et, surtout, le renouvellement urbain comme « potentiel d'intensification de la ville ».

Travailler avec tous les territoires voisins

Le risque d'une sanctuarisation des terres agricoles de la métropole n'est-il pas de repousser les nouveaux habitants au-delà du périmètre du Scot ? Pour éviter cette « super périurbanisation », il faut travailler avec tous les territoires voisins. L'Artois, Lens-Liévin/Hénin-Carvin, le Grand Douaisis et la Flandre intérieure n'ont pas attendu leur grande voisine pour adopter leur Scot. « Le territoire vécu est bien plus étendu que le périmètre du Scot », admet l'agence d'urbanisme. Pour René Vandierendonck, il convient de « profiter de ces travaux pour que le conseil régionalmette en oeuvre la directive régionale de maîtrise de la périurbanisation ». Cette directive, contrairement à un Scot, n'est pas opposable aux documents d'urbanisme municipaux. Une incitation financière pourrait la rendre efficace. La coordination des territoires est également primordiale dans le domaine des transports. La ville intense ne se crée que sur des noeuds de transport, actuels ou programmés. La possibilité offerte par la future loi Grenelle 2 de fixer dans les Scot des densités minimales ouvre de larges perspectives. Mais la réalité des déplacements dans l'Eurométropole, des villes voisines de Belgique jusqu'au bassin minier, impose encore d'élargir le prisme à la région.

"Un Scot pour imaginer notre euro-métrolpole en 2030" Martine Aubry présidente de Lille Métropole communauté urbaine Vous présidez le syndicat mixte du Scot. Pourquoi organiser ce grand débat ?

Cette rencontre consacrée à l'aménagement permettra de traduire et de mettre en acte, dans l'espace et dans le temps, notre projet politique. L'élaboration du Scot n'est pas pour moi un simple exercice de révision de nos outils de planification. Le débat doit nourrir notre vision de la métropole du XXIe siècle autour d'un horizon : celui d'une génération, d'une projection en 2030.

Quelles sont les grandes orientations que vous souhaitez pour le Scot ?

Nous devons justement les définir ensemble ! Avec deux impératifs majeurs, environnemental et social. Pour y répondre, nous devons penser globalement la ville, autour du logement, de l'économie et des transports, concevoir une ville plus mixte, plus durable, mais aussi plus conviviale. J'attache beaucoup d'importance à la qualité des constructions et des espaces publics. Elle doit devenir une « marque de fabrique ». Qualité ne veut pas dire uniformité, et nous encourageons la diversité.

Quelle intensité urbaine ?

Pour éviter l'étalement urbain et les conséquences écologiques et sociales désastreuses qu'il implique, nous devons inventer une intensité urbaine de dimension métropolitaine qui sache rester humaine. Nous y parviendrons notamment en évitant la spécialisation du foncier en dehors des grands pôles de compétences qui structurent notre offre à l'échelle européenne. Les nouveaux programmes devront, en priorité, être localisés autour de moyens de transport, associant chaque fois habitat et activités. La ville intense, c'est créer dans chaque quartier de réels morceaux de villes avec toutes ses fonctions.

propos recueillis par Maxime Bitter

Commentaires

LILLE MÉTROPOLE La maîtrise de l'étalement urbain au coeur du débat « Métropole 2030 »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX