En direct

Lille du côté de chez Swam
Le projet a été dessiné par Jérôme de Alzua (de Alzua+). - © © Nacarat/de Alzua+

Lille du côté de chez Swam

Nicolas Guillon (Bureau de Lille du Moniteur) |  le 06/10/2016  |  LilleNordswamMatériel de chantierArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Lille
Nord
swam
Matériel de chantier
Architecture
Valider

L’opération était dans les tuyaux depuis trois ans. Nacarat va enfin pouvoir débuter les travaux du programme qui doit faire basculer Euralille dans une nouvelle dimension. Entre-temps, le projet Souham est devenu Swam. Quand un général d’Empire est transformé en marque…

A la recherche du temps perdu. Serge Trigano l’avoue: il espérait ouvrir son cinquième hôtel Mama Shelter à Lille pour l’Euro 2016. Mais, comme pour le doublement des rames du métro, ce train-là a été raté. Ce n’est, toutefois, que partie remise. Si tout va bien, il sera possible de célébrer Noël 2018 sur le roof top de l’établissement. Car les choses se sont accélérées ces derniers jours: signature de l’acte de vente du terrain entre la SPL Euralille et Nacarat (groupe Rabot Dutilleul) et, dans la foulée, pose de la première pierre du programme mixte de 11 750 m2 (3 460 m2 de bureaux, 2 480 m2 de commerces et restaurants) et 55 millions d’euros dont le Mama Shelter (112 chambres) est l’objet emblématique.

Damien Castelain, le toujours très enthousiaste président de la Métropole européenne de Lille (MEL), voit dans ce geste symbolique, au croisement des compétences aménagement, développement économique et tourisme de la collectivité, le vrai coup d’envoi du projet urbain Euralille3000 (260 000 m2 au total), prolongement d’Euralille 1 et 2 censé métamorphoser la «turbine tertiaire» chère à Pierre Mauroy en véritable cœur métropolitain.

Le projet a été dessiné par Jérôme de Alzua (de Alzua+).
Le projet a été dessiné par Jérôme de Alzua (de Alzua+). - © © Nacarat/de Alzua+

Entre Vieux-Lille et quartier d’affaires, à l’articulation des gares Lille Flandres et Lille Europe, et en bordure du Parc Matisse, Swam sera, à en croire les promoteurs de l’opération, «la» destination lilloise du futur, «un lieu unique et magnétique» - «ici, il y aura de l’ambiance», promet François Dutilleul, le président du directoire de Rabot Dutilleul. A ce stade du récit, un petit cours d’orthographe s’impose. Jusqu’à présent, Swam s’écrivait Souham, du nom du général d’Empire vainqueur de la bataille de Tourcoing qui donna son patronyme à l’ancienne caserne Saint-Maurice reconstruite sous Napoléon III. C’est sur les vestiges de ce lieu de défense démantelé au début du XXe siècle que se positionne notre projet, d’où son nom, dont l’écriture en phonétique a, cependant, été jugée plus vendeuse à l’époque des textos et des réseaux sociaux.

Moucharabieh de briques en façade

Une façade en moucharabieh de briques reprend le calepinage de la porte de Roubaix.
Une façade en moucharabieh de briques reprend le calepinage de la porte de Roubaix. - © © Nacarat/de Alzua+

Swam reprend le tracé et le volume de l’ancienne forteresse, en recréant notamment la courtine haute de la porte de Roubaix, également connue sous l’appellation promenade du Préfet, laquelle devient dès lors un véritable belvédère sur la ville. «C’est un projet d’une ambition exceptionnelle, estime Jérôme de Alzua (de Alzua+), l’architecte qui l’a dessiné. Nous avons travaillé la masse et développé les fortifications. Les limites de bastion deviennent les frontières épaisses du parc dans lesquelles la technique vient se glisser. Ainsi le parking en rez-de-chaussée sera-t-il ventilé et éclairé naturellement par une façade en moucharabieh de briques, reprenant le calepinage de la porte de Roubaix.»

Si l’architecture contemporaine vient ici redonner vie à un patrimoine, les fouilles archéologiques ayant précédé le chantier auront mis à jour près de mille ans d’Histoire. On sait désormais qu’au Moyen-Âge, un faubourg reliait l’entrée de la ville au site. Certains puristes auraient donc souhaité creuser encore ce petit Pompéi mais «à un moment, il faut s’arrêter», considère Martine Aubry. Et quand à Lille, Mama a dit…

Commentaires

Lille du côté de chez Swam

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Lire et concevoir un paysage

Lire et concevoir un paysage

Date de parution : 10/2020

Voir

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Date de parution : 10/2020

Voir

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur