En direct

Liebherr réaffirme son choix de la transmission hydrostatique

Gilles Rambaud et Conrad Freeling |  le 10/02/2012  |  Produits et matérielsIndustrieMatériel de chantier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Industrie
Matériel de chantier
Valider
Chargeuses sur pneus -

Ça y est. Avec un peu de retard face aux autres motoristes, Liebherr lance son moteur Etape 3B et l’intègre dans ses chargeuses sur pneus. Ce changement s’accompagne d’autres transformations dont, surtout, une réécriture du logiciel de pilotage des pompes hydrauliques qui fait l’originalité des chargeuses Liebherr face à leurs concurrentes. Dès le départ l’allemand a fait le choix de la transmission hydrostatique, puis il l’a améliorée dans les années 2000 en introduisant les systèmes dits « 2 2 » et « 2 1 ». De quoi s’agit-il ? Le moteur thermique est couplé à une boîte de vitesses, elle-même reliée à deux moteurs hydrauliques, l’un plus puissant que l’autre. Au démarrage les deux moteurs fonctionnent ensemble, délivrant toute leur puissance. Passé 8 km/h, le petit moteur s’arrête, seul le gros fonctionne. Passé 16 km/h c’est l’inverse : le gros moteur s’arrête et le petit prend le relais. La boîte de vitesses change automatiquement de rapport selon le moteur hydraulique qu’il faut faire tourner. Le système « 2 1 » est une version simplifiée où l’étape intermédiaire est supprimée. Il n’existe que deux phases, le démarrage avec les deux moteurs en simultané, puis la haute vitesse. Avantage du système : une adaptation constante du régime moteur aux besoins de la machine. Le moteur Diesel est sollicité à sa juste mesure et ne consomme que le carburant nécessaire. L’économie est de l’ordre de 8 % par rapport à une chargeuse classique, ce qui n’est pas négligeable. Puisque le nouveau moteur n’a pas tout à fait la même plage de puissance que l’ancien, un reparamétrage du système était nécessaire pour que la courbe de couple corresponde bien à la vitesse optimale des pompes. L’expérience accumulée depuis dix ans a permis d’affiner encore les réglages. « Nous sommes restés fidèles à nos principes de base », insiste Johann Stickler, directeur général de l’usine de Bischhofshofen où sont conçues ces machines. Cette évolution invisible a néanmoins une répercussion dans la nomenclature : les suffixes « 2 2 » et « 2 1 » qui suivent le nom du modèle disparaissent au profit d’un logo unique, « LPE » pour « Liebherr Power Efficiency », qui sera apposé sur toute la gamme. Mais il s’agit bien du même principe.

PHOTO - 618232.BR.jpg
PHOTO - 618232.BR.jpg - © Liebherr

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur