En direct

Liberté de création, architecture et patrimoine : le Sénat allège les contraintes pour les lotissements
Les sénateurs ont choisi d’exempter les petites opérations de lotissements des obligations en matière qualité architecturale et paysagère. - © © Phovoir.com

Liberté de création, architecture et patrimoine : le Sénat allège les contraintes pour les lotissements

Marie-Douce Albert |  le 26/05/2016  |  ArchitectureAménagement

Après deux journées d’examen en séance publique, les sénateurs ont adopté le projet de loi en deuxième lecture le 25 mai. S’ils ont confirmé le principe de l’expérimentation architecturale dans les bâtiments publics, ils ont en revanche restreint les conditions du permis d’aménager.

Le permis d’aménager était un des enjeux majeurs du projet de loi « relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine ». Pour certains, les dispositions visant à mieux encadrer la création des lotissements et à renforcer les obligations de qualité architecturale, urbaine, paysagère et environnementale pour de telles opérations semblaient même plus importantes que la mesure, pourtant emblématique, de l’abaissement du seuil de recours obligatoire à l’architecte pour les constructions. Ceux-là devraient donc être déçus par la version du texte adoptée le 25 mai par le Sénat en deuxième lecture.

Compétences

Depuis le début de la discussion du texte, est notamment en jeu l'expertise requise pour mener de tels aménagements. Depuis des mois, les architectes poussaient à la modification de la loi de 1977 pour qu’il devienne obligatoire d’avoir recours à leurs compétences pour concevoir ces zones pavillonnaires. Mais d’autres professionnels, notamment les géomètres-experts, s’y opposaient en dénonçant l’instauration d’une situation de monopole. Les sénateurs, dans la lignée de ce qui avait été précédemment voté par leur commission de la Culture, ont validé une définition large : tel qu’indiqué dans le document provisoire disponible le 26 mai au matin sur le site du Sénat, sont désignés aptes à mener ces projets « des professionnels de l’aménagement et du cadre de vie, réunissant les compétences nécessaires en matière d’architecture, d’urbanisme et de paysage, pour établir le projet architectural, paysager et environnemental ». Et la liste précise des personnes habilitées devra être fixée ultérieurement par décret. Il y a quelques jours, la présidente du Conseil national de l’ordre des architectes, Catherine Jacquot, fustigeait déjà cette « formulation trop générale, qui inclut beaucoup trop d’acteurs ».

Seuil

Autre point de discorde depuis plusieurs mois : fallait-il ou non exempter les plus petits projets de lotissements de ces obligations ? Absolument pas, rétorquaient les architectes et notamment leur Ordre, en rappelant que les aménagements de médiocre facture qui mitent le paysage français ne représentent souvent qu’une poignée de pavillons. Les sénateurs n’ont pas suivi cet avis et ont rajouté en séance ces quelques lignes : « Le recours aux professionnels de l’aménagement et du cadre de vie pour l’élaboration du projet architectural, paysager et environnemental d’un lotissement n’est pas obligatoire pour les lotissements créant une surface de plancher inférieure à un seuil fixé par décret en Conseil d’État. »

Néanmoins, le volet architecture du texte contient un certain nombre d’avancées. Alors que l’abaissement à 150 m² du seuil de recours obligatoire à un architecte était déjà acquis, le Sénat a en effet confirmé la création du permis expérimental, qui permettra de déroger à certaines règles de construction pendant une durée de sept ans pour les projets publics. Quant au principe du concours, les sénateurs ont également inscrit dans la loi l’intérêt, pour les maîtres d’ouvrage publics et privés, de cette « procédure de mise en concurrence qui participe à la création, à la qualité et à l’innovation architecturales et à l’insertion harmonieuse des constructions dans leur milieu environnant. » A ce stade, le projet loi porté par le ministère de la Culture n’est cependant pas encore définitivement adopté. Il doit encore passer l’étape de la Commission mixte paritaire.

Commentaires

Liberté de création, architecture et patrimoine : le Sénat allège les contraintes pour les lotissements

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX