En direct

L’Etat engage 4,1 milliards d’euros pour financer la LGV Bordeaux-Toulouse
L’Etat annonce ce 28 avril 2021 un financement à hauteur de 4,1 milliards d’euros la ligne Bordeaux-Toulouse. - © © SNCF Réseau

L’Etat engage 4,1 milliards d’euros pour financer la LGV Bordeaux-Toulouse

Béatrice Girard |  le 28/04/2021  |  GirondeBordeauxHaute-GaronneToulouseLGV Bordeaux-Toulouse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Travaux publics
Gironde
Bordeaux
Haute-Garonne
Toulouse
LGV Bordeaux-Toulouse
LGV
Occitanie
GPSO
Valider

Interpellé par les élus d’Occitanie sur les « risques d’une France à deux vitesses », le gouvernement s’engage à hauteur de 4,1 milliards d’euros pour financer la LGV Bordeaux-Toulouse.

La mobilisation des élus du Sud-Ouest a payé. La semaine dernière Jean Castex annonçait un financement d’Etat de 3,5 milliards d’euros pour la nouvelle ligne Provence-Côte d’Azur (LNPCA) entre Marseille et Nice et provoquait la colère de Carole Delga, présidente de la région Occitanie, et de Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole. Ces derniers pointaient, dans un communiqué commun, « le risque d’une France à deux vitesses et une disparité qui n’est pas admissible alors que le grand projet ferroviaire du Sud-Ouest n’est toujours pas accompagné d’un financement officiel de l’Etat ».

Leur appel semble avoir été entendu, car l’Etat a finalement annoncé dans un courrier adressé aux deux collectivités, en date du 27 avril, qu’il financera également à hauteur de 4,1 milliards d’euros la ligne Bordeaux-Toulouse. « Le gouvernement a inscrit dans la loi d’orientation des mobilités (LOM) du 24 décembre 2019 un financement du projet de ligne à grande vitesse du sud-ouest (GPSO) à parité entre l’Etat et les collectivités, ce qui représente un engagement de l’Etat de 4,1 milliards d’euros. (…) Je vous confirme cet engagement et vous précise qu’une contribution de l’Union européenne sera recherchée à hauteur de 20 % du coût total du projet ».

Autre cheval de bataille de la présidente de région Occitanie Carole Delga, la mise en enquête publique du tronçon Montpellier-Béziers. Une requête également entendue au sommet de l’Etat puisque Jean Castex annonce dans son courrier « l’accélération de la section Montpellier-Béziers. Ainsi, l’enquête publique commencera avant la fin de l’année 2021, ce qui permettra de déclarer l’utilité publique en 2022. »

Bientôt un accord formalisé ?

Concernant les modalités de financement enfin, la loi d’orientation sur les mobilités (LOM), prévoyait la création, par ordonnance, d’une société chargée de trouver les financements nécessaires (7,5 milliards d’euros) à la construction d’un seul tenant, du tronçon Bordeaux-Toulouse.

Le Premier ministre souhaite que « les concertations entre l’Etat et les collectivités sur les conditions précises de constitution de ces sociétés de financement puissent aboutir d’ici la fin de l’été 2021, pour une application à la fin du premier trimestre 2022. Ainsi, le GPSO devrait être la première ligne à grande vitesse bénéficiant d’une société publique locale de financement. »
Les élus locaux ont salué ces annonces mais ils attendent maintenant des actes. « C’est une étape franchie, nous souhaitons désormais que l’engagement pris soit scellé par la signature d’un accord formalisé entre l’Etat et les collectivités locales. Nous serons particulièrement vigilants à ce que le calendrier accéléré annoncé ce jour, soit tenu par l’Etat et la SNCF ». Si c’est le cas, les travaux pourraient débuter en 2024 pour une mise en service espérée en 2030.

Après l’adoption de la loi LOM, fin 2019, l’association de lobbying pour le GPSO, Euroteam Sud-Ouest, présidée par Jean-Louis Chauzy, également président du Ceser Occitanie, tablait initialement sur une mise en service en 2026.

Commentaires

L’Etat engage 4,1 milliards d’euros pour financer la LGV Bordeaux-Toulouse

Votre e-mail ne sera pas publié

Girondin

28/04/2021 18h:10

L'avion + le TGV, le beurre et l'argent du beurre.

Votre e-mail ne sera pas publié

snif82

28/04/2021 19h:29

c'est un coop, 4.1 Milliards € pour 2021, mais la facture actualisée avec l'indice BTP pour 2030 s'élèvera à 10 milliards €, c'est facile avec l'argent du contribuable, de plus le coût des études, acquisitions et travaux au regard du gain horaire gagné sur le temps réel du parcours à grande vitesse entre Toulouse et Paris, cela représente un ratio important sur l'horaire gagné.

Votre e-mail ne sera pas publié

Buffalo G

29/04/2021 05h:46

Enfin une très bonne nouvelle pour le Sud Ouest qui a perdu 10 ans pour cette LGV indispensable.

Votre e-mail ne sera pas publié

cajef

29/04/2021 10h:19

Avec ce tracé et tous ces arrêts, ce n'est plus vraiment un TGV ....

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil