En direct

"Lettre ouverte à Rudy Ricciotti" par Raphaël Labrunye, architecte et historien

Defawe Philippe |  le 27/02/2008  |  France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Valider

Avec la verve et le talent sémantique que l’on te connaît, tu vilipendes sans mesures, dans les colonnes de l’Express.fr (voir le lien ci-contre), le projet alternatif proposé par l’équipe de Pierre-Christophe Baguet pour l’île Seguin. Tu as le droit, que dis-je, le devoir de critiquer un tel projet ; il revient à notre profession, et particulièrement à ses figures médiatiques, de s’insurger contre les aberrations du discours des politiques sur la ville. Mais je le dis clairement ici, tes arguments sont fallacieux.

Tu parles de "table rase" car le projet alternatif "démolirait" le travail accompli. Or la table rase, c’est l’équipe municipale de Jean-Pierre Fourcade qu’il l’a réalisée, en démolissant l’intégralité des constructions des terrains Renault, y compris ses plus belles pièces du patrimoine industriel, comme la chaufferie par exemple. Aujourd’hui l’ile est aussi plate que le pays de Brel, il n’y a (malheureusement) plus rien à démolir. Nous revendiquons le droit de profiter de cette opportunité pour proposer un projet plus ambitieux, plus respectueux du site et de son histoire, plus dynamique, plus beau, et quelles qu’en soient les conséquences pour les honoraires de ton agence (qui ne souffre pas que je sache) !
L’argument mémoriel sert à justifier cette honteuse "façade enveloppe", muraille de 20m de haut qui aurait dû ceinturer l’ile. Au-delà de l’aberration de reconstruire ce que l’on a démoli, défendre ce projet comme tu le fais, c’est rester à la surface des choses, c’est dénier à l’histoire industrielle tous les fascinants espaces intérieurs qu’elle a pu proposer, témoins de si lourdes charges de travail et de fortes solidarités humaines. Dans cette tragédie, le mythe et l’image du "krach ouvrier" se sont substitués à la mémoire, au mépris de l’histoire des gens qui l’ont faite. Reste donc "intellectuel de gauche", et laisse les autres se "mouiller" pour défendre une autre idée de la mémoire ouvrière.

Tu parles de "nombreuses années de réflexions, de concertation, de consultation". Sache simplement que les dites "réunions de concertation" ont été mises en place après une bataille féroce des associations, qui ont dû recourir à la menace judiciaire pour se faire entendre. C'est-à-dire que toutes les grandes lignes du projet étaient déjà décidées. Les "450h" de concertation dont parle M. Fourcade consistaient donc uniquement à avaliser les options prises par les aménageurs ; hormis la couleur des volets peut-être, comme pour les maisons Bouygues. Même l’arrivée promise de la fondation Pinault n’a pas ébranlé la municipalité dans son entêtement, aucune modification majeure n’a été apportée pour faire de ce programme un pôle moteur du quartier. De "réflexion urbaine" il n’y en a point, et on sait ce qu’il en advint de M. Pinault. Tu as de belles idées sur ce que doit être l’Art aujourd’hui en France, je crains que ce départ ne soit pas la meilleure chose qui lui soit arrivé. Quant à la "consultation", le projet de SMAC dont tu avais la charge en est la plus parfaite illustration : financement intégral de la municipalité (25 M€), aucun autre partenaire financier dans le 2e département le plus riche de France ! "Isolement" est le seul qualificatif que l’on peut objectivement attribuer à l’équipe municipale.
Mais je conviens qu’habitant Bandol, il te soit difficile de connaître tout l’historique de notre mouvementée ville de Boulogne-Billancourt.
Enfin, et peut-être est-ce plus grave, tu caricatures le projet proposé, qui est bien autre chose qu’un jardin des sculptures, et sur lequel on travaille depuis de longs mois. Il s’agit de faire un pôle environnemental et culturel majeur à vocation internationale, accueillant de nombreuses activités ludiques, sportives, tertiaires, créatives, et surtout ouvert à tous les citoyens ; c’est Paris-Plage et Nuits Blanches 24h/24 365j/an. Le projet de M. Fourcade consistait à implanter des administrations centrales (INCA, INSERM, CNRS de SONT PAS des laboratoires de recherches), fermées à 18H00 et le week-end, à côté d’une université privée fermée au public formant à la "gestion de conflits" et à la "finance internationale" (à 21500€ annuels la scolarité, bonjour les vigiles et le contrôle d’accès), et à côté d’un centre d’accueil des chercheurs qui auront à faire au minimum 2H00 de transports en communs pour se rendre à Orsay ou à Aubervilliers, là où se trouvent les VRAIS laboratoires. Il faudra aussi m’expliquer les interactions possibles entre tous ces programmes et le "seul élément culturel" qui t’était dévolu, la SMAC... Au-delà de ses aberrations, c’est donc bien les projets de M. Fourcade qui "rejette les habitants de l’île". Faire un Fort-Boyard-Sur-Seine d’administration, c’est bien "la mortification du vivant" que tu dénonces.

Alors même que tu es l’archétype de l’architecte qui ose l’ouvrir, en pleine indépendance et contre tes propres intérêts parfois, on a le sentiment, dans cette interview, que ce sont les défenseurs du projet actuel qui se sont "placés en arrière" de toi pour parler. Dans le champ sémantique qui t’est favori, ça veut dire se faire...

Raphaël Labrunye, architecte et historien de l’architecture, candidat aux municipales sur la liste de M. Pierre-Christophe Baguet.

Une réaction, une suggestion... Ecrivez-nous !

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur