En direct

Les zigzags d'une marquise inoxydable désenclavent les Epinettes
La liaison mécanisée des Epinettes à Issy-les-Moulineaux. - © © Atelier Mosca

Les zigzags d'une marquise inoxydable désenclavent les Epinettes

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 08/07/2014  |  Hauts-de-SeineEscalierChantiersArchitectureAménagement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Mobilité
Hauts-de-Seine
Escalier
Chantiers
Architecture
Aménagement
Technique
Second œuvre
Valider

Sur vingt-cinq mètres de dénivelé, six escaliers mécaniques implantés en zigzag et à flanc de coteau, relient désormais, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), la ville basse au quartier des Epinettes…

Perché sur les hauteurs de l'élégant parc Rodin, le quartier des Epinettes à Issy-les-Moulineaux n'était jusque-là accessible depuis la gare RER qu'au prix d'un long cheminement pentu, impraticable avec une poussette et des courses, ou par temps de verglas. Le projet de désenclavement de ce quartier remonte - déjà - à 2006. Après l’abandon du téléphérique qui devait relier la mairie au Fort d’Issy, et à la demande insistante des riverains en concertation avec la Ville, l’idée d’un projet d’escaliers mécaniques germe. En 2010, après consultation, préférence est accordée par la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine-Ouest (GPSO), maître d’ouvrage, à l’atelier Mosca architectes, devant la proposition d'Arep.

Le tracé des trois volées d'escaliers mécaniques relie les allées existantes du parc Rodin.
Le tracé des trois volées d'escaliers mécaniques relie les allées existantes du parc Rodin. - © © Atelier Mosca

Epaulement

Aujourd'hui en service depuis peu - de 7h à 22h - et encore en rodage, cette liaison mécanisée, longue de 80 mètres pour un dénivelé de 25, a fait l’objet de six tracés différents destinés à permettre sa bonne intégration dans le site, avec un minimum d’impact sur le paysage. Après études, le choix définitif d'un tracé en zigzag a permis tout à la fois d'offrir un épaulement des escaliers mécaniques sur la topographie, de proposer une insertion paysagère respectueuse du coteau, et de reconnecter l'ensemble aux escaliers et allées du parc. Ceci afin d’élargir la desserte à l’ensemble des quartiers avoisinants et de créer une véritable promenade. Construit comme un parcours dans un paysage grand parisien, le projet s’est développé autour de trois concepts clefs : proposer un dispositif ouvert non encloisonné dans un tube; offrir un équipement contemporain qui affirme son écriture d'acier et de béton; recomposer le paysage du coteau depuis trop longtemps laissé en friche.

A chaque palier, un banc, des stèles informatives, etc.
A chaque palier, un banc, des stèles informatives, etc. - © © Benoit Grimbert

Enrochement

Formé par deux niveaux d'anciennes carrières, le site a demandé un traitement du sous-sol avec la mise en œuvre de parois clouées de maintien du coteau et de confortation des dites carrières. Enveloppées de gabions qui se couvriront de végétation, ces parois clouées servent d’épaulement sur le coteau et permettent, par des enrochements plantés, de gérer par infiltration les eaux de ruissellement. Plus de 260 arbres, 2500 arbustes et 13500 "tapissants" ont été plantés, et des couvre-sol ont été déposés sur une surface totale de 1600 mètres carrés par les paysagistes Olivier Damée et Edith Vallet (DVA Paysage).

Une marquise en acier Inox qui ménage des vues et protège de la pluie.
Une marquise en acier Inox, qui ménage des vues et protège de la pluie. - © © Atelier Mosca

Origami

Au terme de 18 mois d'un chantier "digne d'un chantier de haute montagne par sa technicité" selon Alessandro Mosca, les six escaliers mécaniques ont été mis en place, insérés dans un ouvrage en béton froissé constituant les garde-corps latéraux et la structure de l’équipement. A chaque palier reliant les allées du parc, les stèles d’informations, les bancs et les affichages informatifs proposent des espaces de repos. Les escaliers sont surmontés d'un origami de lames pliées d'acier Inox formant marquise de couverture ouverte et découpées de vues sur le lointain. Equipée de dalles de leds, son éclairage dynamique et interactif évoluera avec l'heure et les saisons.

Axonométrie éclatée de la marquise Inox, assemblée en atelier et transportée ensuite in situ.
Axonométrie éclatée de la marquise Inox, assemblée en atelier et transportée ensuite in situ. - © © Atelier Mosca

Fiche technique

Maître d’ouvrage : GPSO

Maîtrise d’œuvre : Atelier Mosca architectes, Alessandro Mosca mandataire. Anthony Rodrigues, chef de projet. Antoine Alves, Pierre-Alain Du, Dragan Milic, Florent Roubertie, collaborateurs. BET : DVA Paysages (Olivier Damée et Edith Vallet, paysagistes), Arcadis (BET et maitrise d'œuvre d'exécution), Akiko (signalétique), Aartill (éclairage), ETI (maîtrise d'œuvre géotechnique).

Principales entreprises : GTS (géotechnique, génie civil et VRD), Baudin-Chateauneuf (charpente et serrurerie), Alapont (équipements électromécaniques), Segex (électricité et courants faibles), Bouvier (signalétique), Falleau (espaces verts).

Budget : 3,6 millions d'euros HT (injections de carrières comprises).

Commentaires

Les zigzags d'une marquise inoxydable désenclavent les Epinettes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur