En direct

Les voies navigables, un enjeu économique et patrimonial
Le canal du midi - © © Matthieu Sartre Sartre Matthieu

Les voies navigables, un enjeu économique et patrimonial

Jean-Marie Constans (correspondant du Moniteur à Toulouse) |  le 17/09/2013  |  Haute-GaronneFrance entièreTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Haute-Garonne
France entière
Transports mécaniques
Valider

 La gestion et l’exploitation des voies d’eau, thème central du 26ème congrès mondial des canaux et voies navigables organisé à Toulouse du 16 au 19 septembre.

 Près de 500 participants, experts et gestionnaires de canaux, urbanistes, professionnels du tourisme d’une dizaine de pays, étaient présents à Toulouse à l’initiative de l’IWI (Interland Waterways International), l’association des communes du canal des deux mers et la Ville de Toulouse, pour débattre des modes de gestion, de l’économie des usages, des aspects patrimoniaux, environnementaux et économiques des voies navigables. Ainsi que le rappelait la ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme, Sylvia Pinel, la France est d’autant plus concernée par ces questions qu’elle possède, avec 8 500 kms de voies navigables, le premier réseau européen en la matière. Un ensemble qui génère en moyenne chaque année quelque 230 millions d’euros de retombées économiques. La ministre évoquait ainsi la nécessité de définir des projets stratégiques de territoire autour de l’exploitation des voies navigables en relation avec les collectivités locales.

Implication des collectivités locales

Un partenariat aujourd’hui illustré par la mobilisation autour du canal du Midi, souligne Marc Papinutti, directeur général de Voies Navigables de France. Près de 200 millions d’euros doivent ainsi être engagés sur une vingtaine d’années pour un plan de sauvegarde du patrimoine arboré, menacé par la maladie du chancre coloré, dont un tiers financé par l’Etat via VNF, un tiers par les collectivités locales et territoriales et un tiers par un appel au mécénat. D’une manière générale, indique Marc Papinutti, VNF consacre chaque année environ 180 millions d’euros d’investissement sur les 6 500 kms de voies d’eau dont l’établissement public à la charge, avec des projets comme les liaisons à grand gabarit Seine-Nord Europe, Bray-Nogent ou Rhône-Sète. La question de la gouvernance est aussi posée avec une participation accrue des collectivités locales à travers des conventions spécifiques. A l’exemple de Port Sud, sur le canal du Midi, dont la gestion a été délégué par VNF à la commune de Ramonville, qui fait l’objet d’un programme d’aménagement de 1,5 million d’euros financé par la commune, la région Midi-Pyrénées et l’Europe.

Commentaires

Les voies navigables, un enjeu économique et patrimonial

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur