En direct

Les Verts français sont attachés au projet Lyon-Turin

Defawe Philippe |  le 20/12/2005  |  InternationalTransportsEuropeFrance Santé

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Environnement
Transports
Europe
France
Santé
Technique
Transports mécaniques
Valider

Alors qu’en Italie, des dizaines de milliers d’écologistes manifestent leur hostilité à la future liaison rail Lyon-Turin, le président du groupe des Verts au Conseil régional Rhône-Alpes, Gérard Leras, a redit lundi son attachement à ce projet estimant "qu’il y a un déficit d'informations qui est terrible".


"Vus les tonnages qui circulent entre la France et l'Italie, le transfert du fret sur le rail, via cette future ligne, pour laquelle il ne faut plus parler de train à grande vitesse, est incontournable et il n'y a pas d'alternative", a déclaré Gérard Leras, président de la commission des transports de la région, au cours d'une conférence de presse à Chambéry.
Le tunnel transfrontalier doit permettre, outre le passage d'une liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin, de reporter le fret de la route au rail pour traverser les Alpes.
"Il y a actuellement 50,5 millions de tonnes qui circulent par an entre la France et l'Italie dont 20 qui pourront passer sur la ligne traditionnelle, une fois les travaux de mise au gabarit terminés en 2008 et le problème vient des 30 millions de tonnes qui ne doivent pas rester sur la route", a-t-il dit.

Jugeant que le moratoire décidé par le gouvernement italien est une bonne chose, il a ajouté qu'il est "extrêmement important que dans 6 mois, à la fin du moratoire, il n'y ait plus de zones d'ombre, que les populations soient en possession de tous les éléments de réalisation du chantier mais aussi de report de marchandises de la route sur le rail".

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi à Turin à une grande manifestation pour protester contre le passage de la ligne du train à grande vitesse (TGV) Lyon-Turin dans la vallée de la Suse.
M. Leras et Bernard Soulage, premier vice-président (PS - DVG et apparenté) délégué aux Transports et Infrastructures au conseil régional, doivent se rendre mardi à Turin pour y rencontrer des responsables de la région Piémont. Ils doivent notamment discuter de la situation du projet des deux côtés des Alpes et des mesures mises en place en Italie dans le cadre d'une expertise environnementale, selon un communiqué de la région Rhône-Alpes.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil