En direct

Les travaux du pont du Larivot achevés en avance

Jean-Philippe Defawe |  le 16/04/2010  |  TransportsCollectivités localesGuyane

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Collectivités locales
Guyane
Valider
Guyane -

Après plus de trois mois et demi de fermeture, le pont du Larivot, un ouvrage de 1 225 m sur la route nationale entre Cayenne et Kourou, en Guyane, a rouvert au public en mars 2010, en avance sur le calendrier. « Les travaux se sont achevés avec dix-neuf jours d'avance sur le calendrier contractuel », se félicite Luc Federman, directeur de la DDE de Guyane, qui avait fermé le pont après avoir constaté un « affaissement de 21 cm » de l'une des piles, « dont l'un des six pieux était cassé ».

Un détour de 40 kilomètres

Cette question du délai était essentielle, car la fermeture du pont a obligé les usagers de cette route à effectuer un détour de 40 km par une route départementale et a provoqué des bouchons quotidiens, surtout en périphérie de Cayenne. Construit entre 1974 et 1976, l'ouvrage possède trente-quatre piles, composées chacune d'un chevêtre massif (9 m × 3,8 m × 2 m) bétonné dans des coffrages perdus qui repose sur six ou huit pieux. Ces pieux sont des tubes en acier de diamètre 660 mm et d'une épaisseur de 9 mm. Ils sont remplis de béton et armés jusqu'à 2 m sous le zéro hydrographique. Seuls, les chevêtres des piles 7 à 9 reposent sur huit pieux. « La réparation a été relativement simple. Le pont se situe dans un estuaire. Le dispositif a consisté à mettre, de chaque côté de la pile, deux tabourets, qui sont en fait des quadripodes », explique Luc Federman. Et d'ajouter : « L'entreprise Sogea a ensuite mis en place des poutres, sous la pile, qui reposent sur les quadripodes. Puis des vérins ont permis de soulager la pile. L'ouvrage a repris environ 50 % de sa charge. »
Le coût des réparations est estimé à 6,6 millions d'euros : « 5,8 millions d'euros pour le marché, 400 000 euros pour faire venir rapidement l'un des deux quadripodes par avion, et une prime de 20 000 euros par jour d'avance accordée à l'entreprise en cas de réouverture du pont avant le calendrier contractuel du marché », a expliqué Luc Federman. Une clause manifestement motivante.-

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur