En direct

Les travaux du centre-ville sont prolongés

Fabienne Proux |  le 15/11/2013  |  Collectivités localesLoireMaine-et-Loire

Saumur -

La reconfiguration du centre-ville de Saumur prendra plus de temps que prévu initialement. Les six tranches de travaux doivent s’échelonner de la fin de l’année à 2019. La première phase, lancée en septembre, débute par la transformation en espace piétonnier d’une partie de la rue Saint-Nicolas. Les travaux réalisés par l’entreprise saumuroise TPPL se prolongeront jusqu’en mars 2014 et reprendront après la saison estivale, soit en septembre, pour s’achever en mai 2015 (1,7 million d’euros hors taxes au total).

« La suite du calendrier n’est pas encore arrêtée de manière précise, car il se heurte à plusieurs écueils », indique Thierry Haudry, délégué de la ville à l’aménagement urbain. Le premier est directement lié aux problèmes techniques du chantier de restauration de l’église Saint-Pierre, située sur une place intégrée à la rénovation du centre-ville. « Lors de la réfection de la façade, nous avons constaté que l’édifice s’enfonçait et que la partie gauche s’effondrait », poursuit Thierry Haudry. L’assèchement des remblais a fragilisé les pieux en bois servant de fondations. Du coup, la Ville doit attendre la fin de la restauration de l’église - soit au mieux 2015 - avant d’engager les travaux sur cette zone (pour 745 000 euros).

Réalisation ou non d’un parking souterrain

Dans l’hypercentre qui doit également devenir piéton (investissement : 1,9 million d’euros), les travaux d’assainissement (1 million) sous maîtrise d’ouvrage de l’agglomération doivent être achevés avant d’engager l’aménagement en surface.
Enfin, la dernière tranche consiste à réaliser un vaste plateau piétonnier devant l’hôtel de ville, entre la place de la République et les berges de la Loire. Ce projet (3,8 millions), qui permettrait de libérer un espace où stationnent aujourd’hui les voitures, est suspendu à la possibilité ou non de réaliser un parking souterrain à cet emplacement. Si le verrou législatif vient de sauter, il reste à valider la faisabilité technique de ce projet délicat, pour notamment vérifier qu’il ne risque pas de provoquer des inondations au centre-ville. « Arcadis réalise des études à partir de carottages qui permettront au préfet de décider en dernier recours », prévient l’élu municipal.
Les travaux ont été confiés, en avril 2011, à l’équipe emmenée par Bernard Althabégoïty et Annick Bayle (architectes urbanistes) avec Babylone (paysagiste), On (concepteur lumière) et OGI (BET).

Commentaires

Les travaux du centre-ville sont prolongés

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur