En direct

Les thermostats connectés affûtent leurs atouts

Augustin Flepp |  le 27/10/2017  |  ArchitectureHauts-de-SeineInternationalFrance entièreEurope

Les fabricants, start-up comme géants de l'industrie, parient sur l'intelligence artificielle et le design pour doper ce marché embryonnaire.

Elles s'appellent Nest, Ween ou Qivivo et, en quelques années, ces jeunes pousses spécialistes des thermostats connectés se sont fait un nom dans l'univers du bâtiment, en défrichant le marché des systèmes autonomes et intelligents, censés prendre le relais des solutions programmables.

Les avantages de ces produits ? Le pilotage à distance s'effectue depuis un smartphone et l'appareil est complètement autonome. Grâce à l'intelligence artificielle, ce dernier réagit en effet en fonction des aléas climatiques ou de la présence des occupants dans l'habitat… De quoi se positionner comme fer de lance dans l'optimisation des consommations énergétiques.

Le grand public a déjà fait connaissance avec ces petits objets connectés, disponibles dans les rayons des enseignes du groupe Fnac-Darty ou de Leroy Merlin. Et, s'il est encore prématuré de parler d'engouement, on observe un premier frémissement sur ce marché de niche. D'après l'institut GfK, les ventes de thermostats connectés en France ont bondi de 51 % entre 2015 et 2016 (68 500 unités). Cet équipement pèserait désormais 50 % du chiffre d'affaires global des thermostats. Et ce n'est qu'un début, prédisent les analystes. « Contrairement au Royaume-Uni, les énergéticiens français n'ont pas eu l'ambition de développer ce marché eux-mêmes ou à travers des partenariats avec des fabricants, analyse Arthur Jouannic, expert au cabinet britannique Delta.ee. Mais l'année 2017 marque un tournant dans la stratégie des fournisseurs d'énergie qui ont multiplié les offres, par exemple EDF avec Sowee ou Engie en partenariat avec Netatmo. »

Prix relativement abordables. Résultat, un marché très concurrentiel qui rivalise d'innovations. A commencer par le design, indispensable pour séduire le grand public. Netatmo s'était signalé dès 2013 en faisant « designer » par Philippe Starck l'un de ses modèles. Ween, de son côté, mise sur une forme un brin fantaisiste, l'appareil ressemblant à une goutte d'eau. Surtout, la guerre des thermostats connectés accouche de produits toujours plus simples à installer et à utiliser, tandis que les prix restent relativement abordables, dans une fourchette de 120 à 250 euros. Petit coup de pouce, ces produits sont éligibles au crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) et aux certificats d'économie d'énergie (CEE).

Cette année 2017 est marquée par l'arrivée sur le marché des géants de l'industrie.

L'électricien Hager et le spécialiste des ouvertures Somfy, pour ne citer qu'eux, complètent leur offre domotique en lançant leur premier thermostat connecté. « Au vu du nombre de foyers non équipés, il y a encore de la place pour de nouveaux entrants et beaucoup de parts de marché à conquérir », juge François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique. Un diagnostic partagé par les fabricants : Qivivo, par exemple, lance une expérimentation auprès d'une vingtaine de bailleurs sociaux (lire ci-dessous, p. 26).

Reste que la filière se heurte encore à quelques écueils. L'extrême fragmentation du parc de chauffage français (électricité, gaz, fioul… ) demeure un frein au développement même si, aujourd'hui, les nouveaux modèles sont compatibles avec la plupart des systèmes. En outre, la multiplicité des acteurs (purs spécialistes du thermostat intelligent, fabricants de chaudières, fournisseurs d'énergie) peut désorienter le consommateur. Mais aussi les installateurs, d'autant que ces derniers ont l'habitude de travailler avec leurs marques traditionnelles…

Arrivée des géants du Net. Un paysage compliqué qui va encore bouger. D'abord, avec l'arrivée d'un concurrent supplémentaire : l'allemand Tado, leader Outre-Rhin et au Royaume-Uni, vient d'ouvrir sa filiale française. Ensuite, avec l'émergence des « assistants » intelligents des Google, Amazon ou Microsoft, qui permettront de contrôler l'ensemble des fonctions de l'habitat avec la voix.

PHOTO - 9632_607697_k2_k1_1470729.jpg
PHOTO - 9632_607697_k2_k1_1470729.jpg
PHOTO - 9632_607697_k6_k1_1470740.jpg
PHOTO - 9632_607697_k6_k1_1470740.jpg

Le leader - Netatmo se déploie sur tous les fronts

Le Français, siégeant à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), complète son offre en lançant sa première gamme de vanne thermostatique pour radiateur. Objectif : piloter son chauffage pièce par pièce, en couplage avec le thermostat. La jeune pousse continue, par ailleurs, de codévelopper des solutions avec de grands industriels comme Legrand ou Velux.

Son atout. Netatmo parie sur des produits faciles à installer et abordables (179 euros), compatibles avec la majorité des systèmes de chauffage.

Son défi. Leader des thermostats connectés en France (57 % de parts de marché), Netatmo sera en première ligne pour affronter l'arrivée sur le marché des industriels chauffagistes ou énergéticiens.

Le challenger - Qivivo explore le « collectif »

La start-up nantaise (37557550780787550780 % de parts de marché) démarre une expérimentation avec une vingtaine de bailleurs sociaux (3F, RIVP… ). En installant des routeurs 3G à chaque étage, elle offre une connexion à des locataires qui en sont parfois privés. Qivivo lance aussi une plate-forme dédiée aux bailleurs pour leur permettre de suivre les courbes de températures, d'humidité ou de recevoir des alertes en cas de pannes de chauffage.

Son atout. Qivivo mise sur cette plate-forme comme outil de lutte contre la précarité énergétique. Le produit (189 € par bailleur) est compatible avec la quasi-totalité des chauffages.

Son défi. Des moyens limités de prospection avec seulement cinq commerciaux répartis sur tout le territoire.

+ 51 %

+ 51 % : augmentation des ventes entre 2755755078078755078015 et 2755755078078755078016.

68 575575507807875507807557550780787550780 unités vendues en France en 2755755078078755078016.

L'outsider - Nest s'allie avec les fournisseurs d'énergie

Le thermostat E, un nouveau modèle lancé en septembre en Amérique du Nord que Nest a voulu plus compact, plus léger (plastique) et abordable (142 €), arrive bientôt en France. Ici, la start-up cible les installateurs professionnels pour faire face à la diversité des systèmes de chauffage et noue des partenariats avec des fournisseurs d'énergie. Ainsi, les clients d'Engie sont remboursés de l'achat d'un thermostat Nest.

Son atout. Ses nouveaux partenariats commerciaux (Engie, Direct Energie) lui ouvrent un large portefeuille de clients.

Son défi. Propriété de Google depuis, Nest ne semble en tirer aucun avantage pour préparer l'intégration dans les « assistants vocaux intelligents » des géants du web comme… Google Home.

L'ambitieux - Somfy mise sur le conseil aux clients

L'industriel français a dévoilé en septembre sa troisième génération de thermostat mais le premier modèle en « tout-connecté ». Compatible avec près de 1 675575507807875507807557550780787550780 modèles de chaudières gaz et fioul, cette solution s'affiche dans la lignée des systèmes « intelligents » du marché : prise en compte de l'inertie du bâtiment, des conditions climatiques…

Son atout. Somfy mise sur un accompagnement client complet et un programme de coaching « énergie » permettant à l'utilisateur de visualiser en temps réel le montant estimatif de sa facture. Et de recevoir des conseils personnalisés.

Son défi. Ce thermostat n'est pas encore compatible avec les radiateurs électriques et ne propose pas une gestion multizone du chauffage.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur