En direct

Les terres excavées suivies à la trace ?
Le projet de décret prévoit la création d'une base de données électronique centralisée appelée « registre national des terres excavées et sédiments ». - © shime - stock.adobe.com

Les terres excavées suivies à la trace ?

A.P. |  le 20/08/2020  |  TerresDéchets de chantierDéblaisTraçabilitéTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Terres
Déchets de chantier
Déblais
Droit de l'environnement
Traçabilité
Travaux publics
France
Chantiers
Valider

Un projet de décret actuellement soumis à la consultation du public prévoit de renforcer les conditions de traçabilité des terres excavées avec l’obligation faite aux producteurs de tenir un registre chronologique de leurs déchets et de les déclarer dans un nouveau registre national électronique centralisé.

Pourra-t-on assurer demain une traçabilité totale des terres excavées ? Un projet de décret actuellement soumis à la consultation du public (jusqu’au 6 septembre) voudrait en tout cas y aider.

Le texte prévoit notamment dans son article 2 de renforcer les conditions de traçabilité de ces déchets de chantier avec un dispositif à deux étages.

Première étage : un "registre chronologique" de la production, de l'expédition et de la réception de ces terres et sédiments, que devraient tenir à jour "les personnes produisant ou expédiant des terres excavées et des sédiments, les collecteurs, les transporteurs, les négociants, les courtiers, les exploitants des installations de transit, de regroupement ou de traitement de terres excavées et sédiments, et les personnes valorisant des terres excavées et sédiments".

Ce registre, "conservé pendant au moins trois ans", doit permettre "d’identifier précisément la destination ou le lieu de valorisation des terres excavées et sédiments".

Registre national

Deuxième étage du dispositif : une base de données électronique centralisée appelée « registre national des terres excavées et sédiments », mise en place par "le ministre chargé de l’environnement" et qui vise à enregistrer les données transmises électroniquement par les personnes produisant ou traitant des terres excavées et sédiments (y compris les personnes effectuant une opération de valorisation de terres excavées et sédiments et les personnes exploitant une installation de transit ou de regroupement de terres excavées et sédiments).

Cette transmission doit avoir lieu, au plus tard, le dernier jour du mois suivant l’expédition, la réception ou le traitement (y compris la valorisation) des terres excavées et sédiments, "et chaque fois que cela est nécessaire pour mettre à jour ou corriger une donnée", précise le texte.

Sur le même sujet «L’intensification des chantiers implique la traçabilité des terres excavées en vue de leur réemploi», Emmanuel Cazeneuve, P-DG d’Hesus

Commentaires

Les terres excavées suivies à la trace ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Fabriquer la ville durable

Fabriquer la ville durable

Date de parution : 06/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur