En direct

Les stations souterraines de la ligne Ouest-Est du tramway de Nice se dévoilent
Arrivée de la première rame du tramway Ouest-Est dans l’une des quatre gares souterraines de la ligne, la station Alsace-Lorraine. - © Ville de Nice

Les stations souterraines de la ligne Ouest-Est du tramway de Nice se dévoilent

Gaëlle Cloarec |  le 22/03/2019  |  Travaux publicsTechniqueChantiersAlpes-MaritimesTramway

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Travaux publics
Technique
Chantiers
Alpes-Maritimes
Tramway
Valider

La campagne d’essais en sous-sol de la rame du tramway Ouest-Est a été lancée ce jeudi 21 mars dans la station souterraine Alsace-Lorraine, décorée par l’artiste Jean-Charles Blais.

Les premiers essais en sous-sol d’une rame du tramway Ouest-Est, qui reliera l’aéroport Nice-Côte d’Azur au port Lympia, ont débuté ce jeudi 21 mars. Pour l’occasion, Christian Estrosi, maire de Nice, a fait une halte à la station Alsace-Lorraine, une des quatre gares souterraines, sur un total de vingt stations, qui desserviront ce tracé de 11,3 km dont 3,2 km de tunnel. Ces essais, préalables à la mise en service de la ligne jusqu’à la station Jean-Médecin programmée à la fin juin, s’étaleront sur trois mois. Quant au tronçon qui mènera le tramway jusqu’au terminus du port, il sera livré à l’automne, permettant ainsi à quelque 140 000 personnes de traverser quotidiennement d’est en ouest la capitale azuréenne en 26 minutes.

Sur le même sujet Le tramway de Nice emprunte la voie souterraine

Des principes architecturaux communs aux quatre stations

Si les quatre stations enterrées qui desserviront le centre-ville de Nice (Alsace-Lorraine, Jean-Médecin, Garibaldi, Port-Lympia) auront chacune leurs spécificités, elles répondent toutefois aux mêmes principes architecturaux. Soit, un espace souterrain de trois niveaux avec, d’abord, une salle des billets reliée à la surface, puis une mezzanine et, enfin, les quais. « Nous avons conçu ces stations comme un morceau de ville en cherchant à dégager, notamment au niveau des quais, de grands volumes pour gommer le caractère anxiogène de l’ouvrage et apporter une sensation de respiration », détaille l’architecte Audrey Lanne de l’Atelier Schall, membre du groupement de maîtrise d’œuvre Essia. Cette volonté de « rassurer le voyageur », « d’apporter confort et sécurité », se lit également dans l’agencement des différents niveaux et l’introduction d’un puits de lumière qui ont été pensés pour rendre visible et lisible le parcours intérieur et les accès aux stations, lesquels « s’inscrivent sans heurt dans l’existant ». En l’occurrence, concernant la station Alsace-Lorraine, au travers d’édicules couverts intégrés au square éponyme dont la réfection s’achèvera le 8 juin.

Les quatre gares souterraines sont conçues selon un même modèle architectural constitué de trois niveaux : la salle des billets, la mezzanine et les quais. Pour la station Alsace-Lorraine, l’accès se fera depuis le jardin éponyme dont la réfection s’achèv
Les quatre gares souterraines sont conçues selon un même modèle architectural constitué de trois niveaux : la salle des billets, la mezzanine et les quais. Pour la station Alsace-Lorraine, l’accès se fera depuis le jardin éponyme dont la réfection s’achèv - © Enodo-Essia-NCA

Pierre, verre, métal et framboise

Cette gare-cathédrale plonge jusqu’à 23 mètres de profondeur et privilégie des matériaux pérennes où la pierre domine. Son sol sera ainsi pavé de pierres de basalte, ses parois habillées de pierres de Luzerne pour offrir, à travers un tableau de nuances et de textures, un paysage minéral. Lequel entrera en contraste avec le métal et le verre utilisés pour les éléments techniques, les escaliers et les ascenseurs. Enfin, les deux tympans marquant les entrées Est et Ouest du tunnel, ainsi que la passerelle surplombant les quais, au milieu de la station, ont été décorés par Jean-Charles Blais. L’artiste a imaginé des aplats de couleur framboise, peints directement sur les surfaces en béton et inspirés du papier découpé en référence à Matisse dont Nice héberge une des plus importantes collections mondiales.

La future station Alsace-Lorraine, décorée par l’artiste peintre Jean-Charles Blais, en hommage à Matisse.
La future station Alsace-Lorraine, décorée par l’artiste peintre Jean-Charles Blais, en hommage à Matisse. - © Enodo-Essia-NCA

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Métropole Nice-Côte d’Azur.
Maîtrise d’œuvre : groupement Essia (mandataire) et Egis Rail en cotraitance avec Ingérop, Stoa Architecture, Atelier Villes & Paysages, Atelier Pierre Schall ; Sophie Nivaggioni (In situ Benaim-Nivagionni) et Jean-Paul Gomis Architecture, architectes sous-traitants.
Coût global de la ligne : 721,7 millions d’euros HT (valeur 2013).

Commentaires

Les stations souterraines de la ligne Ouest-Est du tramway de Nice se dévoilent

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur