En direct

Les stades de football de l'Euro 2008 : épisode 6
- ©

Les stades de football de l'Euro 2008 : épisode 6

Pouthier Adrien |  le 26/05/2008  |  InternationalRéalisationsSportConcoursEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Projets
Réalisations
Sport
Concours
Europe
Architecture
Valider

A 12 jours du début de l’Euro de football en Suisse et en Autriche, lemoniteur-expert.com vous propose un tour des stades qui accueilleront les matches. Qu’ils soient sortis de terre spécialement pour l’événement ou que les enceintes déjà existantes aient été rénovées et agrandies, les stades suisses et autrichiens présentent pour la plupart des innovations architecturales, techniques et économiques typiques des stades du 21e siècle.
Aujourd’hui, le Stade de Genève : une histoire typiquement suisse

Une naissance difficile
L’histoire du Stade de Genève est – pourrait-on dire – typiquement suisse. Il aura en effet fallu à partir de 1995 pas moins de huit votations (sortes de référendums) et des polémiques à n’en plus finir sur le choix du site pour que le nouveau stade soit enfin construit. Lancé en 1996, le concours d’architecture désigne le 13 juin 1997, le cabinet d’architecte BMS Bernard Mocellin pour la réalisation du stade mais ce n’est qu’un an plus tard, le 19 février 1998, que la Fondation du Stade de Genève, maître d’œuvre, est enfin constituée pour se charger du financement de la construction. Et les travaux eux ne commencent que le 29 mars 2001, plus de trois ans après… Finalement, c’est sur le site de la Praille, près de la frontière française qu’a été construite et inaugurée en 2002, la nouvelle enceinte de 30.000 places. A l'origine, ce site accueillait divers entrepôts ou locaux d'artisans et surtout, les abattoirs de Genève. Il a fallu totalement réhabiliter l’endroit avant d’imaginer pouvoir y construire un nouveau stade. En 1996, le concours d’architecture posait un cahier des charges bien précis : un stade avec des installations «basiques» dans leur conception, permettant un maximum d’extensions, offrant une souplesse d’utilisation, conservant l’essence même d’un lieu de rencontres sportives. Et en termes d’extensions, le Stade de Genève est bien servi : le stade est relié à un centre commercial et de loisirs d’une surface de plancher totale de 36000 m² (72 boutiques, supermarché, fitness et bowling 24 pistes) par un « Bâtiment de liaison et hôtel (BLH) » regroupant un hôtel trois étoiles d’une capacité de 130 chambres, un ensemble de salles de conférences modulable, le restaurant du Stade, la billetterie centrale, deux niveaux de bureaux et des commerces au rez-de-chaussée…
Un monolithe ovoïde
Mais au-delà de ces nécessités fonctionnelles, les architectes ont voulu que le stade se manifeste comme un véritable ouvrage d'art avec des structures principales répondant aux exigences d'une architecture audacieuse, en l’occurrence une forme ovoïde. 280 ouvriers ont travaillé pendant les deux années qu’a duré la construction pour couler et poser les 914 pieux de fondations en béton et en acier, les 48 piliers de superstructure, et la structure coulée en place, en vue d'obtenir une grande rigidité pour cet anneau de béton disposé sur un terrain de très mauvaise qualité. Le Stade de Genève est un monolithe de 10.000 m3 de béton maigre et 17.000 m3 de béton. Les 17.850 m² de toiture en tôles opaques avec un anneau en panneaux de polycarbonate translucide, bordant le côté interne de l'ovoïde (afin d’éviter les ombres portées sur le terrain, cela pour faciliter les retransmissions télévisées) sont structurés par 48 fermes de 32 à 39 m d’un poids de 18 tonnes. Au total 1300 tonnes de charpente translucide recouvrent les 4 tribunes. Tout le système d'éclairage et de sonorisation du stade se loge dans les structures de la toiture une solution privilégiée pour ne pas dénaturer l’ensemble avec des mâts d’éclairage hors gabarit et de ne pas créer de nuisances supplémentaires pour le voisinage. Coût total des travaux : 240 millions de francs (160 millions d’euros), financés par l’Office fédéral du sport, la Commission cantonale du Sport-Toto et le Fonds d'équipement communal de Genève (FEC). Le Stade a finalement été « livré » à l’UEFA le 13 mai dernier. L’histoire suisse finit bien.

Adrien Pouthier



Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Lire et concevoir un paysage

Lire et concevoir un paysage

Date de parution : 10/2020

Voir

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Date de parution : 10/2020

Voir

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur