En direct

Les smart cities recherchent leur matière grise

Caroline Gitton |  le 25/05/2018  |  AubeParisInternationalFrance entièreApprentissage BTP

Carrières -

Pour répondre aux premiers besoins en compétences créés par la ville intelligente, l'offre de formation se développe dans les écoles d'ingénieurs.

La ville intelligente n'offre pas seulement de nouveaux débouchés économiques aux groupes de BTP. Elle est aussi pour ses salariés l'occasion de prendre un tournant professionnel. « Nous observons une accélération ces six derniers mois : les projets sortent des cartons, note Thierry Simoulin, directeur du mastère spécialisé Ingénierie et management des smart cities à l'Ecole des Ponts ParisTech (ENPC). La ville intelligente, appelée à relever les défis de la transition écologique et de la révolution numérique, donne l'opportunité d'exercer des activités enthousiasmantes. Car ce domaine fait appel à l'innovation, aux expérimentations. » Et d'ajouter : « Un certain nombre de questions techniques demeurent encore sans réponse. C'est le moment, pour les professionnels intéressés, de se lancer ! » Des besoins en profils mêlant compétences urbaines et numériques émergent en effet çà et là, au sein des majors du BTP et de certaines entreprises de taille intermédiaire, de bureaux d'études, et, surtout, des collectivités locales. « Ces dernières, en particulier les métropoles, sont très demandeuses, avec toutefois une grande disparité sur le territoire », précise Johan Theuret, président de l'Association des DRH des grandes collectivités territoriales (ADRHGCT), et par ailleurs directeur général adjoint chargé du pôle ressources de Rennes Métropole et de la Ville de Rennes. « La smart city génère donc des perspectives pour les personnes qui ont déjà suivi des formations adaptées ou pour des professionnels expérimentés. Car le coût élevé des cursus spécialisés peut constituer, pour les collectivités, un obstacle pour proposer à leurs nouvelles recrues une formation continue. » L'univers de la cité intelligente, entrelacs de différents services urbains et de nouvelles technologies, voit se côtoyer des profils diversifiés, avec des formations de base en ingénierie comme en architecture ou en urbanisme, mais aussi en informatique et, même, en sociologie ou en sciences économiques. Si la smart city n'en est qu'à ses débuts, une myriade de métiers est déjà concernée : expert « en innovation urbaine », responsable « de la transformation digitale », « de l'éclairage intelligent » ou encore « de [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Les smart cities recherchent leur matière grise

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX