En direct

Les silos de la Scael deviendront un agriquartier

Christine Berkovicius |  le 16/03/2018  |  Collectivités localesTechniqueBâtimentEure-et-Loir

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Technique
Bâtiment
Eure-et-Loir
Valider
Eure-et-Loir -

Il y a cinquante ans, lors de leur construction, les silos de la Scael, à Lucé (Eure-et-Loir), dans la banlieue de Chartres, se situaient au milieu des champs. Aujourd'hui, ils se trouvent enclavés, au carrefour d'une zone pavillonnaire et d'une zone industrielle, si bien que les agriculteurs doivent faire rouler leurs tracteurs en pleine ville pour y accéder. Depuis une dizaine d'années, ce groupe coopératif, qui compte 1 800 adhérents, a engagé une réflexion sur l'avenir de ces constructions. « Nous aurions bien sûr pu tout raser et revendre le site comme terrain à bâtir. Mais nous avons préféré imaginer des solutions innovantes pour réutiliser les silos. D'où l'idée d'un agriquartier baptisé « Olis », qui réunira ferme urbaine et écoquartier », explique le directeur général Jean-Sébastien Loyer.

Le site, qui stocke encore 30 000 tonnes de céréales, s'étend sur huit hectares et, compte quatre silos, l'un vertical et les trois autres horizontaux. Le projet vise à transformer ces derniers en serres vitrées sur plusieurs niveaux, pour y faire pousser les légumes hors sol. Le silo vertical, à la luminosité plus réduite, pourrait quant à lui servir à cultiver des champignons, et accueillerait un restaurant au dernier étage. Il est également prévu 8 000 à 10 000 m2 de cultures en plein champ. La production, bio si possible, sera écoulée dans une boutique locale ou vendue en circuit court.

Volet énergétique. Cette ferme urbaine sera intégrée à un quartier d'habitation, qui devrait comprendre une centaine de logements, plutôt de type collectif. « Il faut arrêter d'opposer mondes rural et urbain. Notre objectif est de faire de cet agriquartier une vitrine, et de montrer que les mentalités peuvent évoluer », ajoute le directeur général. Le projet comporte en outre un volet énergétique, avec de la géothermie et 10 000 m2 de panneaux photovoltaïques, dans l'optique d'être « neutre en énergie », précise le directeur administratif et financier Arnaud Grymonprez.

Le projet est encore en phase d'études techniques et énergétiques mais devrait être bouclé dans ses grandes lignes d'ici à la fin de l'année. Ses promoteurs travaillent aussi sur le tour de table, qui pourrait réunir la Scael, la Caisse des dépôts et d'autres partenaires. Le coût estimé est d'environ 30 M€, dont les deux tiers pour l'aménagement des silos. La réalisation de ce nouveau quartier devrait s'étaler au moins jusqu'en 2025.

PHOTO - 11976_733736_k2_k1_1744322.jpg
PHOTO - 11976_733736_k2_k1_1744322.jpg - © BOIRARD

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur