En direct

Les sept principes à s'approprier

le 09/03/2018  |  ArchitectureRéalisations

Boîte à outils -

En 2017, l'agence Canal Architecture a édité un ouvrage de 96 pages intitulé « Construire réversible ». En parallèle de dizaines d'entretiens avec des acteurs de la construction, Patrick Rubin

(lire ci-contre) , Annie Le Bot et Antoine Hersant ont dessiné une « figure théorique » de l'immeuble réversible fondée sur sept principes qu'ils livrent ci-dessous. « Un outil appropriable », selon eux.

Epaisseur du bâtiment : 13 m. Les standards actuels, fixant à 18 m l'épaisseur des bureaux regroupés autour d'une bande centrale, et à 15 m la largeur des immeubles de logements mono-orientés, peuvent être reconsidérés. L'évolution des modes de travail et d'habitation rend nécessaire l'adaptation des espaces. Une épaisseur du bâti équivalente à 13 m permet de répondre aux besoins de plateaux plus flexibles, d'agencements plus mobiles, d'éviter le couloir séparatif dans le cas des logements, ou le traditionnel noyau technique central dans le cas des bureaux afin de bénéficier d'un éclairage naturel traversant.

Hauteur d'étage : 2,70 m. Depuis les années 1960, les hauteurs d'étages diffèrent en fonction des programmes : 3,30 m pour le bureau, 2,50 m pour le logement. Peut-on décider d'une hauteur similaire pour vivre et travailler ? Une hauteur libre fixée à 2,70 m est un juste équilibre. Pour l'habitation, ce sont 20 cm en plus qui entraînent un gain de lumière naturelle, plus de confort, de meilleures proportions perceptibles par les habitants. Dans les bureaux, on évite les faux planchers et plafonds suspendus qui réduisent considérablement la hauteur. A partir du quatrième niveau de la construction, l'addition d'un étage supplémentaire est ainsi rendue possible, au bénéfice de la densité urbaine et de l'économie générale d'une opération.

Circulation : placettes et pontons extérieurs. Un dénominateur commun aux bureaux et aux logements est proposé : l'installation des circulations verticales à l'extérieur du bâtiment. Chaque palier forme une placette naturellement éclairée et ventilée, protégée du vent et de la pluie. De part et d'autre, les pontons assurent des circulations latérales continues. Aux beaux jours, ces extensions offrent aux utilisateurs la possibilité de téléphoner, d'improviser des réunions informelles, d'entretenir son micro-jardin ou de partager un verre entre voisins.

Procédé constructif : poteaux-dalles. Le mode constructif poteaux-dalles, procédé semi-industrialisé à faible empreinte carbone, maximalise la flexibilité des plateaux. Noyées dans les 22 cm de la dalle, les poutres ne font plus obstacle. La sous-face de plancher sans relief favorise le passage et l'accessibilité des réseaux aériens pour les bureaux. Le plafond libre avantage l'inertie thermique. Au centre des plateaux, légèrement décentré, un seul rang de poteaux est nécessaire pour franchir l'épaisseur de l'immeuble sur 13 m avec toute liberté de configuration intérieure. Le pas longitudinal est espacé de 7,50 m, en correspondance avec la séquence des façades réglées sur un intervalle de 1,50 m.

Ce n'est pas un modèle, mais un cadre à l'intérieur duquel produire une diversité architecturale.

Distribution des réseaux : sans reprise structurelle. Les cheminements techniques sont jumelés aux escaliers et ascenseurs. L'ensemble des fluides transite par ce canal vertical. En termes d'exploitation, l'accessibilité aux réseaux s'organise à tous niveaux depuis les placettes. La constitution des planchers autorise la création de percements pour créer des gaines gravitaires sans reprise structurelle. Pour réduire encore la durée de la transformation, les réseaux techniques indépendants, nécessaires à chaque logement, sont intégrés dans les cloisons pré-équipées.

Enveloppe : moins de 30 % des composants à modifier.

L'image graphique d'une façade d'immeuble ne définit plus systématiquement sa destination originelle. L'enveloppe peut être de l'ordre du générique, ne nécessitant

que des modifications mesurées pour s'adapter aux possibles changements d'affectations, sur vingt, quarante, soixante ans… Sans systématiser un principe, l'expression de la façade affiche un caractère hybride et assure l'unité des perfor-mances environnementales. En cas de mutation d'un immeuble, moins de 30 % des composants devraient être modifiés sur l'enveloppe. Ces adaptations seront réalisées par des équipes d'intervention légère, plus proche du service après-vente que d'entreprises de réhabilitation lourde.

Doubles niveaux : rez-de-chaussée actif et toit habité. Il faut initier et favoriser le dialogue entre le bâtiment et son environnement immédiat. Nous privilégions une possible extension de la nappe basse de la construction en double niveau : un RDC qui puisse s'associer au R + 1. Ainsi, des activités, des commerces, des services peuvent être installés sur plus de 5 m de hauteur, pour créer un socle dynamique public en adéquation avec les schémas directeurs urbains. Accessible depuis les services communs, le paysage de la toiture profitera à l'ensemble des habitants.

PHOTO - 11835_727012_k2_k1_1730154.jpg
PHOTO - 11835_727012_k2_k1_1730154.jpg
PHOTO - 11835_727012_k3_k1_1730155.jpg
PHOTO - 11835_727012_k3_k1_1730155.jpg
« Ce qui permet au bâti de muter, c'est la structure »

Pourquoi construire réversible ?

Pour ne pas avoir à démolir pour reconstruire. Après de nombreuses reconversions de bâtiments, je deviendrais presque un repenti de la réhabilitation.

Transformer des bureaux en logements demande un effort de 120 %, alors qu'un « service après-vente architectural » en demanderait seulement 20 %. Imaginez : lors du changement d'affectation d'un édifice, des entreprises de second œuvre interviendraient en gants blancs pour changer des pièces détachées.

Les architectes qui réhabilitent savent identifier les bâtiments à transformer sans pénibilité. Pourquoi ne pas projeter directement des bâtiments réutilisables ? Avec, à l'avenir, une réversibilité à tous les étages, comme l'eau et le gaz autrefois.

Vous avez imaginé une « figure théorique » (lire ci-contre) . Quelle partie vous paraît fondamentale ?

On n'a rien inventé. Si on repense à des bâtisseurs comme Eiffel, Hennebique, Maillart ou Perret, ce qui permet véritablement de muter, c'est la structure. Le procédé poteaux-dalles offre une grande flexibilité des plateaux.

La hauteur de 2,70 m sous dalle semble aussi une évidence pour accueillir à la fois du bureau et du logement. Cette unité permet de gagner un étage de bureaux gratuit à partir du R + 4. Les promoteurs ne devraient pas passer à côté d'une telle opportunité foncière.

Ne craignez-vous pas que l'architecture réversible devienne générique ?

Générique ne veut pas dire monotone.

Aujourd'hui, sauf exception, les mêmes normes et les mêmes produits de construction génèrent une architecture semblable, uniforme. En son temps, Haussmann a bâti des avenues entières avec des immeubles tous un peu pareils, mais tous un peu différents par leur composition. Et surtout, tous réversibles dans l'usage ! Aujourd'hui, qui peut dire depuis l'extérieur s'ils abritent du logement ou du bureau à tel ou tel étage ?

%%MEDIA:1470789%%

Commentaires

Les sept principes à s'approprier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX