Les sénateurs communistes veulent des logements sociaux autour des gares du Grand Paris Express
Christian Favier, sénateur du Val-de-Marne et président du conseil départemental du Val-de-Marne. - © © Alain Bachellier

Les sénateurs communistes veulent des logements sociaux autour des gares du Grand Paris Express

francis gouge |  le 25/10/2016  |  Grand Paris ExpressGrand ParisParisSeine-et-MarneYvelines

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Grand Paris Express
Logement
Grand Paris
Paris
Seine-et-Marne
Yvelines
Essonne
Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Val-d'Oise
Bâtiment
Logement social
Transports
Transports mécaniques
ERP
Technique
Immobilier
Valider

Le 27 octobre, le Sénat débattra d’un texte déposé par les élus communistes. Il vise à garantir la mixité sociale dans un rayon de 400 m autour des futures gares du métro automatique.

«Dans un périmètre de 400 m autour des gares nouvelles du Grand Paris Express, toute opération nouvelle de construction d’immeubles collectifs de plus de douze logements ou de plus de 800 m2 de surface de plancher doit comprendre au moins 30% de logements locatifs sociaux, hors logements financés dans le cadre d’un prêt locatif social.» Telle est la proposition de loi déposée par le groupe des sénateurs communistes, républicains et citoyens (CRC) qui sera débattue et votée au Sénat, le 27 octobre, en présence d’Emmanuelle Cosse, ministre du Logement.

Faire en sorte que le Grand Paris Express «profite à tous»

Les 200 km de futures lignes du métro du Grand Paris Express, avec leurs 68 nouvelles gares, vont profondément transformer le visage de la banlieue et les conditions de vie de ses habitants, d’ici à 2030. Leur construction entraînera d’importantes mutations urbaines. «Le «Schéma directeur de la région Ile-de-France» (Sdrif) fixe à 70 000 la construction annuelle de nouveaux logements. L’idée est de s’inscrire dans ce schéma. Il ne s’agit pas de faire de la surenchère ni même de corriger la loi SRU mais de faire en sorte que les futures lignes profitent à tous» prévient le sénateur Christian Favier (PCF), pilote de cette proposition de loi et par ailleurs président du conseil départemental du Val-de-Marne. En effet, l’élu pointe du doigt le fait que très souvent les logements sociaux sont construits à la périphérie des villes, loin des gares.

De 75 000 à 120 000 logements sociaux

Selon lui ce sont de 250 000 à 400 000 logements qui devraient être construits, ce qui permettrait d’en réserver de 75 000 à 120 000 au secteur social. Ce chiffre est à rapprocher des 672 000 demandeurs franciliens recensés en septembre.

Cette proposition de loi cible plus particulièrement la spéculation foncière alors que la ligne 15 sud ne sera pas mise en service avant six ans. «Elle n’a pas encore démarré», concède Christian Favier mais déjà, dit-il, «un certain nombre de promoteurs lancent des campagnes, pour des opérations en cours, avec la proximité du Grand Paris Express comme argument numéro un.»

Commentaires

Les sénateurs communistes veulent des logements sociaux autour des gares du Grand Paris Express

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur