En direct

Les sans-papiers lèvent leur occupation du Syctom à Romainville

Defawe Philippe |  le 05/09/2008  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Politique sociale
Déchets
Collectivités locales
Travail
Environnement
Valider

La quinzaine de sans-papiers qui occupaient le centre de tri de déchets du Syctom à Romainville (Seine-Saint-Denis) ont mis fin jeudi à leur action après un accord d'embauche qui facilitera la régularisation de sept d'entre eux, a-t-on appris de sources concordantes.

La CGT et le gestionnaire du site, le groupe Urbaser environnement, ont expliqué à l'AFP avoir déposé jeudi à la préfecture sept demandes de régularisation pour d'anciens salariés que l'entreprise s'engage à réintégrer, en CDI (3) ou CDD (4) dans le cas de salariés en intérim.
Conformément à un protocole signé mercredi soir, les sans-papiers maliens, mauritaniens et sénégalais ont quitté dans l'après-midi les locaux où ils s'étaient installés le 19 août, à l'entrée de cette grosse usine du Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères de l'agglomération parisienne (Syctom), ont précisé ces sources.
"C'est une issue positive et digne à ce conflit, les négociations ont été fructueuses", se félicite dans un communiqué la direction d'Urbaser.
S'agissant des autres sans-papiers, la CGT espère pouvoir obtenir rapidement leur embauche dans d'autres entreprises du secteur, notamment Veolia Propreté, qui fut l'opérateur du site jusqu'au printemps 2008. "De bons contacts ont été établis", a précisé Jean-Albert Guidou de la CGT.
Ex-intérimaires en fin de mission ou ex-salariés licenciés, ces travailleurs demandaient leur réintégration au centre de tri de Romainville ou dans une entreprise du groupe Veolia pour pouvoir déposer un dossier de régularisation.
Certains avaient été licenciés en 2007 ou 2008 pour cause de faux-papiers ou usurpation d'identité. D'autres n'ont pas vu leurs contrats reconduits lors du changement d'opérateur. Le plus ancien travaillait depuis 1992.
Le site de Romainville emploie 160 personnes et traite 500.000 tonnes de déchets par an. Il s'agit de l'un des plus anciens centres de tri de grande capacité en France.
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur