En direct

Les salaires des cadres du BTP vont bondir de 6 à 10 % cette année

Caroline Gitton |  le 17/01/2018  | 

Le cabinet Robert Walters livre, dans son Baromètre européen de l’emploi, une projection sur les salaires annuels moyens à l'embauche des cadres de la construction pour 2018. Cette étude fait apparaître une hausse des rémunérations de 5 à 8 % entre 2016 et 2017.  Une tendance appelée à s’accroître cette année.

« Il faut s’attendre, à moyen terme, à une inflation des salaires à l’embauche des cadres du BTP pouvant aller de 6 à 10% par an », envisage Arnaud Monteil, manager de la division Immobilier-Construction chez Robert Walters. C’est l’une des tendances du Baromètre européen de l’emploi que publie le cabinet de recrutement ce 17 janvier. Une étude fondée sur les embauches réalisées au cours de l’année 2017 à Paris, Lyon et Toulouse.

2017, année record sur le front de l’emploi

« Les salaires à l’embauche ont déjà augmenté, entre 2016 et 2017, de 5 à 8% pour tout type de postes, en études comme en travaux», complète Arnaud Monteil. Et pour cause : « Nous avons enregistré, sur le front de l’emploi, une année 2017 record depuis une dizaine d’années, avec de nombreux remplacements et créations de poste », rappelle Arnaud Monteil. Une situation qui devrait s’amplifier cette année. Les profils qui pourraient être les plus favorisés ? « Les postes en production, à commencer par les conducteurs de travaux, en particulier les conducteurs de travaux principaux. » De manière générale, les salaires des juniors ne sont pas en reste. « Les majors ont d’ailleurs revalorisé, l’année dernière, leurs grilles de rémunérations à l’embauche pour les jeunes diplômés. »

Le baromètre de Robert Walters propose un tableau prévisionnel des salaires annuels moyens à l'embauche des cadres du BTP pour 2018. Ces chiffres correspondent au salaire de base, à l’exclusion de tout avantage ou prime.

Découvrez le tableau global des rémunérations à Paris et en région :

Projections 2018.
Projections 2018.

S’adapter aux exigences salariales des candidats

« Le monde de la construction connaissait déjà un contexte de tension sur le marché de l’emploi depuis l’an dernier », relève Arnaud Monteil. « Mais cette situation de pénurie va devenir problématique, cette année, pour les sociétés qui ne seront pas capables d’attirer des candidats de tous niveaux, du profil débutant au top management. »

D’après Arnaud Monteil, les DRH rencontrent des difficultés pour recruter en partie car ils ne s’adaptent pas tous à cette situation du marché et aux prétentions salariales des candidats. « Malgré la hausse des salaires à l’embauche, le secteur de la construction ne vit pas encore un véritable phénomène de surenchère sur les salaires. »

En regard d’autres secteurs, la situation demeure ainsi raisonnable. « Or, nous revenons à la situation que le BTP connaissait avant la crise : l’entreprise n’a plus vraiment le pouvoir, avec des candidats qui n’ont que l’embarras du choix entre différentes sollicitations. » Aussi, même si le salaire n’apparaît pas toujours au premier rang des causes de changement d’emploi, la question va se poser de plus en plus. « Les employeurs qui resteront réticents à s'adapter en 2018 n’arriveront pas à satisfaire leurs besoins de recrutement », insiste Arnaud Monteil.

Partir en quête de candidats à l’étranger

Mais le salaire ne fait, donc, pas tout. Comment dès lors attirer les meilleurs éléments dans ses filets ? «Il s’agit de soigner sa politique de gestion des talents et des carrières, considère Arnaud Monteil. Les employeurs doivent aussi se montrer compétitifs dans le mode de vie au travail, avec un cadre de travail agréable, et mettre l’accent sur les avantages, notamment les avantages en nature. »

Mais pour pallier la pénurie de compétences, les entreprises pourront par ailleurs lorgner du côté de l’international. « Il serait désormais opportun de solliciter des collaborateurs expatriés pour leur permettre de revenir travailler sur des projets dans l’Hexagone. »

Un expédient qui ne concernera, néanmoins, qu’un nombre relativement limité de personnes. « Une autre piste de réflexion consisterait à aller chercher des salariés étrangers en dehors de France. Nous avons avant tout en tête l’image du travailleur étranger ouvrier, à l’image du maçon, mais cette solution de recrutement s’ouvre dorénavant aussi sur le marché des cadres. »

Commentaires

Les salaires des cadres du BTP vont bondir de 6 à 10 % cette année

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX