En direct

Les quotas sur la typologie des logements inquiètent les promoteurs

alix de vogüé |  le 24/06/2011  |  Collectivités localesNord

Lille -

Alors que s’ouvre le 28 juin à Lille le Congrès national de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), les acteurs lillois s’inquiètent des quotas exigés pour les grands appartements.

Votée début 2010 par la Ville de Lille, la servitude exigeant 35 % de T3 et 15 % de T4 dans chaque opération inquiète les promoteurs. Portée par Audrey Linkenheld, l’adjointe au logement de Martine Aubry, cette disposition vise à ramener en centre-ville les familles qui ont tendance à quitter la métropole. Avec une année d’opérations, le verdict est sans appel : « Le T4 c’est toujours le logement que l’on vend en dernier et sur lequel on fait des efforts commerciaux », rappelle Jean-Michel Sède, président régional de la Fédération des promoteurs immobiliers. Cette règle va, selon lui, « clairement renchérir le prix du marché libre », tout comme celle les obligeant à réserver 30 % des logements aux bailleurs sociaux.

Les promoteurs se défendent d’avoir provoqué le départ des familles. « Notre production est équilibrée », explique-t-il, rappelant que cette servitude va à l’encontre du Scot qui prône la production de logements plus petits. En effet le nombre d’habitants par foyer baisse (2,5 habitants dans la métropole contre 2,1 sur la région lyonnaise).
Le quota de 35 % de T3 ne pose, lui, pas de problème : « Il répond à un besoin. Celui du jeune couple avec un enfant ou encore de la personne âgée qui veut avoir une chambre supplémentaire », explique Jean-Michel Sède. Mais pour le T4 les choses se corsent, car les familles rêvent d’abord d’une maison avec jardin. Pour les grands appartements, la cible est étroite : « Des personnes âgées qui veulent un bel appartement au pied des services. » L’offre dans cette typologie a toujours du mal à s’écouler comme le montre la commercialisation sur la métropole lilloise au premier trimestre 2011 : les T4 représentent 18 % de l’offre commerciale et seulement 10 % des mises en vente. A l’inverse les T2 représentent 31 % de l’offre commerciale et 42 % des mises en vente.

Anticiper la réglementation thermique

Le retour en ville des familles, promesse électorale de Martine Aubry, est possible en accession sociale dans les périmètres Anru grâce à la concentration de dispositif d’aides publiques. Mais la poursuite de cette politique sur le marché libre va selon les promoteurs devoir trouver d’autres sources de financement, car le T4 qui représente un budget de 300 000 euros ne correspond pas aux capacités des ménages.
« Pour arriver à 200 000 euros pour un 85/90 m 2 dans le marché libre il faut descendre à 2 000 euros le m², c’est-à-dire en dessous du prix de revient », explique Jean-Michel Sède. Les promoteurs devront donc équilibrer leurs opérations en augmentant le prix des T1, T2 ou T3.
Et le prix de ces logements a déjà fortement augmenté. En anticipant sur la réglementation thermique, les promoteurs font toutes leurs opérations en BBC et la traduction en termes de coût est visible : « Il y a un an, 85 % de mes prix étaient en dessous de 3 000 euros le m 2 . Maintenant, 85 % sont au-dessus », signale Sébastien Lesur, vice-président régional de la FPI.

PHOTO - 567314.BR.jpg
PHOTO - 567314.BR.jpg

Commentaires

Les quotas sur la typologie des logements inquiètent les promoteurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur