En direct

Les projets nationaux présentent leurs résultats

le 16/03/2001  |  TechniqueInnovationBas-RhinParisVal-d'Oise

Sommaire du dossier

  1. Des murs isolés et revêtus exécutés en une fois
  2. Sommaire dossier BETON
  3. Prévoir la résistance et stabiliser les teintes : un modèle
  4. Bétons haute performance : les avancées du programme BHP 2000
  5. Des fibres métalliques pour renforcer les ouvrages
  6. Les bétons ductiles au centre des recherches
  7. La texture du béton révélée par la lasure
  8. Le polissage, haut de gamme des traitements de surface
  9. Préserver la qualité de parement grâce à l'hydrofugation
  10. Les contraintes mécaniques et esthétiques du TGV Méditerranée
  11. Les composites ciment-verre en grandes dimensions
  12. 5 500 t d'adjuvants, un pompage sur 700 m
  13. Des blocs de maçonnerie à double lame d'air
  14. Des murs coulés en béton architectonique avec engravures
  15. Rigueur et suivi sur le chantier pour des parements de qualité
  16. Eclaircir des bétons courants grâce à un additif
  17. Béton autoplaçant pour des voiles complexes
  18. Une structure par points porteurs
  19. Assurer le remplissage de moules inclinés
  20. Le béton prêt à l'emploi (BPE)
  21. Plus de produits soutenus par plus de services
  22. La vogue du béton imprimé
  23. L'Equipement poursuit les recherches sur le béton routier
  24. Projet BAP : deux années et demie d'études et 3,5 millions d'euros
  25. L'activité du BPE et de la préfabrication en hausse
  26. Aménagements agricoles : à la recherche de solutions optimales
  27. Béton UHP : réduire les délais et valider les calculs
  28. Chantiers de beaux bétons
  29. Couler un « beau » béton sur chantier
  30. A la recherche de granulats de substitution
  31. Un outil de prédimensionnement pour la conception des ponts-rails
  32. Des indicateurs pour mesurer la durabilité du béton
  33. Une protection longue durée des armatures
  34. Mortier colle prêt à gâcher
  35. Bicomposant reboucheur de fissure
  36. Ciment pour utilisation agricole
  37. Adjuvants pour BPE et préfabrication
  38. Les glenium en version plus souple
  39. Adjuvants pour bétons autoplaçants et désactivés
  40. Des colorants adaptés aux outils de mélange
  41. Béton pour les ouvrages agricoles
  42. Un entraîneur d'air prêt à malaxer
  43. Mortier spécial
  44. Des superplastifiants adaptés aux usages
  45. Ciment à haute résistance chimique
  46. Coffrage pour les corniches de pont
  47. Pompes à mortier et à béton
  48. Les PRM plus ergonomiques
  49. Suivre les banches de chantier en chantier
  50. Pompes à béton de 42 m de portée
  51. Mobilier urbain en béton
  52. La filiere beton retrouve le sourire
  53. Le béton partenaire de l'environnement
  54. Faciliter la construction des bâtiments
  55. Intégrer les murs antibruit dans le paysage
  56. Retenir les eaux pluviales dans les chaussées
  57. Réguler l'échange thermique des bâtiments
  58. Lutter contre la pollution des exploitations agricoles
  59. Les pavés dépollueurs
  60. Du béton d'environnement en sites ruraux
  61. Bétons de comblement : moins de gêne pour le voisinage
  62. Le béton respectueux de l'environnement
  63. Intégrer les centrales foraines
  64. Trier pour récupérer du granulat
  65. Récupérer le ciment
  66. Un réseau «Matériaux recyclés»
  67. Les projets nationaux présentent leurs résultats
  68. Sols Revêtement de sol antidérapant
  69. Isolation Enduit intumescent coupe-feu pour chemins de câbles
  70. Matériels de chantier Réhabilitation des réseaux par éclatement
  71. Structures, fondations Système antigraffiti pour béton brut
  72. Assainissement Fosse en béton pour assainissement non collectif
  73. Matériaux Colorant pour béton compact
  74. Aménagements urbains Margelles et dalles pour piscines
  75. Outillage Perceuse-visseuse de 18 V
  76. Assainissement Séparateurs d'hydrocarbures allégés
  77. Structures, fondations Mortier de réhabilitation pour réseaux sollicités
  78. Matériaux Superplastifiants pour bap et préfabrication
  79. Outillage Scies double lame à mouvements inversés
  80. Façades, bardages Corniche industrialisée concave
  81. Protection de travail Bottes légères imperméables à 100 %
  82. Les cimentiers investissent le Net
  83. Beton Pleins feux sur la mise en oeuvre
  84. Béton Esthétique
  85. Béton esthétique - Préfabrication Un double éventail de mégastructures réglées au millimètre
  86. Béton esthétique - Voirie Association de matériaux autour d'une place publique
  87. Béton esthétique - Béton banché Double injection pour des parements nets
  88. Béton esthétique - Bâtiment CGE de Toulouse : 3700 m2 de béton blond
  89. Béton esthétique - Réhabilitation Le Havre : respecter l'authenticité des façades
  90. Le lexique du béton esthétique
  91. Structures - 127 m de voile de 14 m de haut coulés en 13 fois
  92. Structures - BUHP et post-contrainte pour conforter un silo
  93. Sécurité - Des banches soumises à des conditions extrêmes
  94. Un nouveau béton ultraperformant
  95. Le Ductal à l'essai
  96. Pate de nettoyage du béton
  97. Deux portails dédiés au calcul de structures
  98. Enduit coupe-feu
  99. Ciments en sacs de 35 kg
  100. Adjuvant pour la préfabrication
  101. Sous-enduit monocouche d'imperméabilisation
  102. Abrasif à projeter pour le nettoyage des surfaces
  103. Hydrofuge en phase aqueuse
  104. Lasure béton
  105. Agent de viscosité
  106. Logiciel de calcul
  107. Dalle en béton précontraint
  108. Systèmes décoratifs pour revêtements de sols extérieurs
  109. Superplastifiant
  110. Connecteur pour plancher mixte acier-béton
  111. Mortier de réparation pour tunnel
  112. Désactivant de surface sans solvants
  113. Sites Internet
  114. Bétons innovants Le temps de l'audace
  115. Béton Ductal Maison-galerie au Muy (Var)
  116. Béton autoplaçant Centre d'art et de culture a Meudon (Hauts-de-Seine)
  117. Béton composite en façade 125 logements à Paris
  118. Coques en béton autoplaçant Couverture des quais de la gare d'Austerlitz, avenue de France, Paris
  119. Voiles gris et blancs 30 logements en accession sociale pour l'OPAC de Paris
  120. Voûte en 3 coques Jetée du terminal 2E à Roissy
  121. Des matériaux autonettoyants et dépollueurs
  122. Une peau métallique appliquée par projection thermique
  123. Construire avec les bétons architectoniques
  124. CONJONCTURE Le marché du béton ralentit
  125. Les TP et les grands chantiers tirent l'activité du béton
  126. Edition 2004 du guide Calcia
  127. Concours d'architecture CIMBETON 2004
  128. Un site internet pour « Adimer » le béton

Les projets nationaux de recherche sur les bétons BHP 2000, Befim et Calibé, ont présenté leurs résultats lors d'une conférence en janvier 2000 à Paris. L'objectif principal de ces projets de recherche était de rompre avec la mauvaise image des bétons. Pour cela, ils ont produit des méthodes de test, des guides de mise en oeuvre et des méthodes de calcul, notamment disponibles sur CD-Rom, destinés aux concepteurs, aux prescripteurs et aux entreprises.

Autre projet national en cours, le BAP (béton autoplaçant) synthétise une partie des conclusions définies par les partenaires, laboratoires de recherche, industriels, universités..., et disponibles en intégralité auprès de l'Ecole française des bétons (1).

(1) L'intégralité des documents des projets nationaux est disponible auprès de l'Ecole française du béton ; tél. : 01.55.23.01.07.

Le cycle des conférences de présentation des résultats s'achèvera à l'Ecole nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg (Ensais), les 20 et 21 mars.

BHP La hausse des qualités du béton Les projets nationaux BHP (bétons hautes performances) se suivent sans se ressembler.

Deux ans après le terme du précédent cycle, BHP 2000 a donc prolongé le projet lancé en avril 1995, avec un budget total porté à 5,76 millions d'euros (37,8 millions de francs). Objectif : amplifier la dynamique des nouveaux bétons et les banaliser. Approfondir aussi les aspects durabilité et performances face au gel et au feu.

Côté durabilité, le projet confirme la résistance croissante aux gels et sels de déverglaçage, avec l'ajout d'entraîneurs d'air. Pour la tenue au feu, Thierry Braine-Bonnaire, chef de service au Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), rappelle les gains en performances mécaniques grâce à la réduction de la perméabilité. Il souligne aussi les possibilités de limiter les risques d'écaillage pour les plus de 80 MPa en réduisant la teneur en eau et en incorporant des fibres de plastique. Des avancées qui participent à l'extension du domaine de validité du DTU Feu.

Pour le béton à très hautes performances (BTHP), François Toutlemonde, chef de section au LCPC, rappelle l'équilibre fragile entre résistances en traction et au cisaillement, et l'importance du calcul du ferraillage, qui permet à la fois des gains en résistance et des économies de 20 à 40 % en matière.

PHOTO : La tour PB 6-Hines de la Défense fait appel à deux formulations de bétons prêt à l'emploi : un B 60 pour le noyau central et un B 80 pour les poteaux périphériques et clavetage des poteaux et poutres préfabriquées (maître d'ouvrage : Hines ; architecte : Pei).

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
BAP Déjà six mois de travaux Les travaux d'études sur les bétons autoplaçants (BAP), menés dans le cadre du projet national conduit par l'Institut pour la recherche appliquée et l'expérimentation en génie civil (Irex), sont lancés depuis octobre 2000. Au total, quelque 3,5 millions d'euros (23 millions de francs) seront consacrés à ce travail.

Pour alimenter les connaissances fondamentales, les membres du projet national compareront leurs résultats avec les chercheurs de l'Ecole de physique-chimie de Paris, qui engagent actuellement un programme d'études sur les matériaux complexes. Pour sa part, le LCPC travaille sur la mesure en continu de la teneur en eau des matériaux et réalise des essais sur les bétons dans les malaxeurs.

Bétons frais. Le travail sur les bétons frais vise à définir des procédures de chantier pour déterminer les seuils de cisaillement et la rhéologie des bétons. Par ailleurs, deux autres ateliers sont lancés : l'un sur la mesure de la maturation des BAP, le second sur les phénomènes de début de prise et le retrait au jeune âge.

Mise en oeuvre. Les études commencent par des mesures de bruit sur chantier. Conduit avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), ce travail a pour objectif de comparer les phases de coulées avec béton classique à vibrer et BAP, et de montrer la réduction de pénibilité avec les autoplaçants. Autre étude attendue, celle sur la poussée des BAP sur les coffrages. Des essais seront menés à l'aide d'un tribomètre sur des coulées d'une hauteur de l'ordre de 6 mètres pour appréhender les phénomènes de frottements et apprécier les besoins de renforcement de banches.

Bétons durcis. Au programme : l'adhérence des coulées successives, un point important compte tenu de la grande fluidité du matériau et de la particularité de la réalisation d'une liaison résistante à l'effort de rupture ; le retrait global des bétons ; le fluage ; l'appréciation de la résistance de ce matériau... La durabilité des bétons fera l'objet d'une caractérisation, ainsi que les parements finis, par mesures numériques de leur qualité (couleur et texture). Une méthode destinée à éviter les controverses lors des réceptions de chantiers.

Calibé Objectif qualité pour les bétons de demain Après cinq années de recherche, les partenaires présentent un solide catalogue de méthodes et de recommandations à la profession.

Face à un déficit d'image dans l'opinion publique, l'objectif du projet Calibé est de redorer le blason des bétons. Après cinq années de recherche et forts d'un budget de 3,85 millions d'euros (25,25 millions de francs), les partenaires présentent un solide catalogue de méthodes et de recommandations à la profession.

Côté composition des bétons, François Buyle-Bodin, professeur à l'Eudil (Ecole universitaire d'ingénierie de Lille), rappelle l'importance du squelette granulaire, de la compacité du mélange, de la forme des granulats. Il relève aussi les difficultés des fabricants pour s'approvisionner en granulats naturels et leurs répercussions sur le pouvoir absorbant des fines. Pour la teneur en eau, des tests en laboratoire ont permis de valider les calculs pour la maîtrise de la présence de l'eau dans le béton. Ils ont notamment validé sa proportion, de la composition du matériau à sa fabrication en centrale.

Enfin, ils rappellent le seuil maximal de 5 % pour la teneur en eau des bétons durcis. Méthode encore avec le MBE (mortier de béton équivalent), qui doit permettre de mieux comprendre les raidissements pouvant surgir sur les bétons adjuvantés. Jacques Loquin, rapporteur de la méthode MBE, souligne ainsi l'importance de l'outil mis à la disposition des formulateurs, sous la forme d'un CD-Rom qui comporte la méthode de calcul pour limiter les anomalies de comportement rhéologique.

Le pompage du béton a également été étudié. Denis Kaplan, responsable d'études pour Italcementi Group, a présenté les travaux effectués à la station expérimentale de Roissy (Val-d'Oise). Sur un circuit de canalisation de 150 m de long et de 150 mm de diamètre, l'apparition de bouchons a pu être attribuée à l'injection de la pâte eau-ciment en phase d'amorçage et au poussage du béton qui génère une ségrégation dans ce dernier. Il en résulte un guide de pompage destiné à réduire les risques. Et, puisque l'amélioration de l'image des bétons était au coeur du projet Calibé, Jean-Marie Geoffray, son directeur, a présenté le guide de conseils aux concepteurs, aux prescripteurs et aux entrepreneurs. Il a pour mission de garantir une qualité optimale de finition des parements en béton.

PHOTO : Lors du pompage du béton, deux causes peuvent être à l'origine de l'apparition de bouchons dans les canalisations : l'injection de la pâte eau-ciment en phase d'amorçage et le poussage du béton, qui génère une ségrégation dans ce dernier.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Befim Valider les applications industrielles Le futur DTU 13.03 sur les dallages de béton de fibres métalliques tiendra compte des règles professionnelles testées lors de ces études.

Le projet national Befim (béton de fibres métalliques) a complété les connaissances sur le sujet : le futur DTU 13.03 sur les dallages de béton de fibres métalliques à paraître fin 2001 tiendra compte des règles professionnelles testées lors de ces études. Ce projet national n'a fait que poser les limites d'usage des bétons fibrés. « Lorsque nous avons affaire à des éléments structuraux en deux dimensions, conclut Pierre Rossi, chef de la division bétons de composites cimentaires au Laboratoire central des Ponts et chaussées (LCPC) et directeur technique du projet national Befim, nous savons maintenant que les bétons de fibres métalliques sont corrects sur le plan mécanique. »

Dans les études sur les dallages industriels, les essais destructifs ont validé des calculs de dimensionnement. Cependant, comparé aux dalles non armées, ce matériau n'a pas mis en évidence une augmentation de contrainte admissible.

Peut-on remplacer tout ou partie des fers des pieux forés soumis à des sollicitations sismiques par des fibres ? Lors des essais de résistance et de ductilité, les fibres métalliques n'ont pas montré de capacités de substitution au ferraillage. Leur intérêt serait de limiter les armatures aux têtes de pieux.

Autre étude qui infirme l'intérêt des fibres dans les bétons : la substitution des fers du renforcement périphérique des voussoirs préfabriqués. Le béton armé demeure plus ductile que le béton de fibres.

En renforcement de structure, les résultats sont probants sur les maçonneries non armées ; les bétons de fibres projetés confèrent un gain de résistance à la traction équivalent à la résistance initiale.

La projection de béton fibré en sous-face des parois métalliques des franchissements routiers se révèle intéressante. Une coque de 6 cm d'épaisseur sous une buse de type T200 (1,55 m de rayon et 3,60 m de longueur) s'est effondrée sous une charge de 32 000 daN : les premiers craquements ont été entendus à 20 000 daN, pour une limite de fragilité fixée à 8 350 daN.

Dernier volet d'études : la préfabrication de panneaux de façade non porteurs en béton de sable chargé de fibres de fonte amorphe. Des éléments de 5,80 m de haut, de 2,70 m de large et de 5 cm d'épaisseur courante, ont satisfait aux tests de production, de résistance de chocs et à l'exposition extérieure. La validité économique du procédé a été confirmée en coût global.

PHOTO : Une coque de 6 cm d'épaisseur sous une buse de type T200 s'est effondrée sous une charge de 32 000 daN : les premiers craquements ont été entendus à 20 000 daN, pour une limite de fragilité fixée à 8 350 daN.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Commentaires

Les projets nationaux présentent leurs résultats

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur