En direct

Les professionnels du bâtiment inquiets de la future mouture du CITE
Sur la transformation du CITE en prime, les professionnels du bâtiment appellent à revenir à l'essentiel. - © Maho - stock.adobe.com

Les professionnels du bâtiment inquiets de la future mouture du CITE

S.V. |  le 15/10/2019  |  BâtimentEntreprisesCITEFFBCSCEE

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Bâtiment
Entreprises
CITE
FFB
CSCEE
Capeb
France entière
Artisans
100 % eau et énergie
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Immobilier
Valider

Dans un communiqué commun, les trois principales fédérations du bâtiment ont manifesté leur inquiétude sur la transformation du CITE en prime, présente dans le projet de loi de finances pour 2020. Ils plaident pour que les ménages aux revenus les plus élevés puissent encore en bénéficier.   

Alors que la transformation du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime est actuellement en discussion au Parlement dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, le lobbying continue du côté des professionnels du bâtiment.

Le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE), la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) et la Fédération française du bâtiment (FFB) « appellent instamment les parlementaires à revenir à l’essentiel », dévoilent-ils dans un communiqué commun diffusé le 14 octobre.

« La lecture des amendements débattus ou à débattre quant au volet CITE de la loi de finances pour 2020 confirme les craintes des professionnels », s’inquiètent les trois instances. Ils plaident notamment pour la réinstauration des 20% des ménages les plus aisés (appartenant aux déciles 9 et 10) pouvant bénéficier de la future prime.

Sur le même sujet PLF 2020 : la réforme du CITE assouplie en commission

Des acteurs déçus

« Quatre combats fondamentaux restent à gagner : le maintien de l’enveloppe budgétaire dédiée au financement cumulé du CITE et du programme Habiter Mieux de l'Anah; le retour d’un soutien pour tous les ménages, y compris ceux des neuvième et dixième déciles de revenus, fort logiquement les premiers commanditaires de travaux énergétiques ; l’insertion d’une ligne d’aide substantielle en faveur des rénovations globales, hors champ des ménages sous plafonds Anah déjà couverts ; et l’abaissement du reste à charge exigé pour les ménages très modestes, qui ne pourront évidemment pas financer 10 % des travaux sur leurs propres deniers », souligne Thierry Repentin, président du CSCEE.

Du côté de la FFB, son président, Jacques Chanut, s’inquiète : « un échec sur le dossier emblématique du CITE sifflera très probablement la fin de la mobilisation de nombre d’acteurs, y compris parmi les artisans et entrepreneurs du bâtiment. Personne ne peut se le permettre si l’on veut réussir à atteindre les objectifs fixés par le gouvernement lui-même. »

Et Patrick Liébus, président de la Capeb, de s’interroger : « où se trouve l’indispensable cohérence gouvernementale pour atteindre les objectifs ambitieux du PLF 2020 en matière de rénovation énergétique et de réelle lutte contre les émissions de gaz à effet de serre ? »

Commentaires

Les professionnels du bâtiment inquiets de la future mouture du CITE

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Exécution des marchés publics

Exécution des marchés publics

Date de parution : 11/2019

Voir

Comprendre simplement la résistance des matériaux

Comprendre simplement la résistance des matériaux

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur