En direct

Les premiers chantiers de l'agenda de la mobilité lancés

Paul Boinet |  le 15/09/2017  |  Alpes-de-Haute-ProvenceBouches-du-RhôneFrance entière

Aix-Marseille-Provence -

Neuf mois après le vote de son agenda de la mobilité, feuille de route qui prévoit 3,5 Mds€ d'investissement dans les transports d'ici à 2025, la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP) s'apprête à lancer les premiers chantiers destinés à rattraper son retard en matière d'infrastructures. « 2018 sera l'an II de la mise en œuvre des projets qui trouvent leur cohérence dans l'agenda. Cette ambition se traduira dans le prochain document d'orientations budgétaires qui sera voté cet automne », indique Jean-Pierre Serrus, le vice-président délégué aux transports d'AMP.

Début septembre, la métropole démarrera l'« Aixpress », la première ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) d'Aix-en- Provence. Deux ans de travaux et un investissement de 66,2 M€ HT (plus 15 M€ pour l'achat de 15 bus électriques) se-ront nécessaires pour aménager l'axe de 7,2 km - dont 90 % en site propre - entre les quartiers sud et ouest de la cité du roi René. Pilotés par Ingérop, les travaux d'infrastructures ont été scindés en trois lots géographiques confiés à autant de groupements : Colas Midi-Méditerranée, Guintoli, EHTP et Malet pour le tronçon ouest (15,3 M€ HT) ; Eurovia Paca et TP Spada pour le secteur de l'avenue de l'Europe (10,2 M€ HT) ; Gregori Provence, Guigues et RCR Deco France-Enseigne Provence Impressions pour le tronçon centre ville-universités (12,4 M€ HT).

Le tramway marseillais sur les rails. A Marseille, Eurovia Paca a lancé cet été l'ultime phase du chantier d'aménagement du BHNS entre Castellane (6e ) et le campus universitaire de Luminy (9,5 km). Ce projet, dont le coût global s'élève à 46 M€ HT, sera livré fin 2018. D'autres projets sont sur les rails. Ainsi, après avoir confié au groupement piloté par Egis Rail (1) la maîtrise d'œuvre de l'extension de la ligne 3 du tramway phocéen, AMP a lancé en juillet un marché pour sélectionner l'assistant à maîtrise d'ouvrage qui l'épaulera dans la conduite du projet. Le chantier devrait démarrer en 2018 (investissement d'environ 240 M€ HT, hors matériel roulant). Il prévoit d'étirer le réseau de tram au sud et au nord, sur 6,2 km dans une première phase, à l'horizon 2023, et 10,6 km à terme, en 2028.

Pour combler son retard, la métropole ressort des cartons les vieux projets jadis sacrifiés sur l'autel budgétaire. Le plus emblématique est l'extension du tramway vers les Catalans (7e ). En juillet, la collectivité a relancé les études techniques pour desservir ce quartier aujourd'hui à l'écart du réseau de transport collectif en site propre. Cette extension, d'un coût prévisionnel de 60 M€, compterait cinq stations reliant la rue de Rome (6e ) et la place du Quatre Septembre (7e ), sur 2,1 km. Si cette nouvelle étude de faisabilité est concluante, AMP prévoit d'inscrire à son budget 2018 une autorisation de programme pour engager les études de maîtrise d'œuvre.

PHOTO - 8934_565742_k2_k1_1376528.jpg
PHOTO - 8934_565742_k2_k1_1376528.jpg
L'AMP veut être le deuxième Grand Paris

Pour la mise en œuvre de l'agenda de la mobilité, les élus d'AMP tablent sur l'engagement de l'Etat. Ils considèrent en effet que « l'accessibilité de la deuxième ville du pays n'est pas qu'un enjeu local. C'est une priorité nationale ». Fin 2016, les services de Bercy et de l'Equipement ont mis en place une mission interministérielle pour passer au crible le document. Durant un semestre, une équipe d'inspecteurs généraux s'est rendue sur place mesurer les besoins.

Peu d'éléments ont filtré sur la teneur de leur rapport remis début août. Au sein d'AMP, on se veut optimiste sans toutefois se hasarder à fournir le montant de l'enveloppe que l'Etat sera prêt à mobiliser.

Seul indice : lors de leurs rencontres avec le président d'AMP, Jean-Claude Gaudin, les inspecteurs n'ont pas manqué de noter que l'EPCI avait adopté une généreuse politique de redistribution en direction des communes : 65 % de ses investissements ne concernent pas des grands projets structurants mais de simples projets d'intérêt communal alors que, dans les autres métropoles, la politique d'aide aux communes ne capte en moyenne que 25 % des investissements. Cette stratégie cadre mal avec la volonté affichée de créer un réseau de transport métropolitain.

(1) Le groupement associe l'agence Stoa (paysagiste), Ora Ito (design) et l'agence Carta et Associés (architecte).

Commentaires

Les premiers chantiers de l'agenda de la mobilité lancés

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX