En direct

Les pilotes de chantier d'Alsace-Lorraine en campagne pédagogique

Laurent Miguet |  le 29/10/1999  |  France Collectivités localesMaîtrise d'œuvreMaîtrise d'ouvrageBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Collectivités locales
Maîtrise d'œuvre
Maîtrise d'ouvrage
Bas-Rhin
Valider

Les petites villes ressentent la mission d'OPC surtout comme un coût. Bonne organisation rime avec respect des prix et des délais, répondent les pilotes.

« Sur nos chantiers dont les montants dépassent rarement les 7 millions de francs, les élus appréhendent les missions de pilotage surtout comme une ligne supplémentaire dans la lourde facture des honoraires. » Au cours de la table ronde du 14 octobre à Saverne, Michel Fritsch, directeur général des services techniques de la ville, a pointé en ces termes le principal obstacle qui complique l'accès aux marchés des petites communes, pour les professionnels de l'ordonnancement, pilotage et coordination (OPC). L'Unapoc, syndicat de cette profession, a pris l'initiative de ce débat, organisé avec la rédaction du «Moniteur».

Face à l'obstacle évoqué par Michel Fritsch, Marcel Parisot, co-fondateur de l'Unapoc, a suggéré aux bureaux d'études un travail pédagogique auprès des donneurs d'ordres, mais la démonstration se révèle d'autant plus difficile que les missions de coordination en santé, protection et sécurité (CSPS), seconde vocation de l'Unapoc, sont venues alourdir à partir de 1993 les coûts subis par les maîtres d'ouvrage, sans résultats tangibles : « Les chiffres les plus récents montrent une croissance du nombre d'accidents du travail sur les chantiers », note Jean-Pierre Antoine. Selon le vice-président et délégué de l'Unapoc pour le Grand Est, le recours excessif au moins-disant contribuerait à expliquer ce mauvais résultat.

Les professionnels régionaux de l'OPC s'appuient sur l'exemple de l'EuroAirport Bâle-Mulhouse. Jean-Pierre Daguenet, représentant du maître d'ouvrage franco-suisse, a rappelé les ingrédients de la réussite : « Le pilote, choisi en concertation avec le maître d'ouvrage, détient une vraie indépendance. Choisi très tôt, il a participé à l'écriture des pièces des marchés et à la définition de la stratégie d'alotissement. » Sur ce point, les donneurs d'ordre de toutes tailles et les professionnels de l'OPC ont exprimé une position consensuelle, nourrie par la difficile expérience du chantier du Parlement européen de Strasbourg : l'émiettement excessif des marchés nuit à la coordination des chantiers.

PHOTO

Daniel Poupin, Jean-Pierre Daguenet, Laurent Miguet («Le Moniteur»), Jean-Pierre Antoine et Michel Fritsch.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil