Paysage

Les pépinières Lappen sortent du rouge

Mots clés : Défaillance d'entreprise - Enfance et famille

L’espoir renaît aux Pépinières Lappen. Grand nom parmi les fournisseurs européens d’arbres ornementaux de haute tige, l’entreprise familiale de la région de Düsseldorf est entrée en début d’année dans la seconde phase de son redressement judiciaire, sans diminuer ses effectifs.

Après la cessation de paiement à l’automne 2016, les pépinières Lappen parient sur une nouvelle gouvernance : à l’issue d’une première phase d’observation entre septembre et décembre, l’administrateur judiciaire Eberhard Stock a nommé Hans-Juergen Dieck, ancien directeur commercial, pour succéder à Christian Lappen à la direction générale de l’entreprise. Ce dernier conserve des fonctions de contrôle comptable et financier. Le nouveau directeur travaille chez Lappen depuis huit ans, après avoir démontré ses talents commerciaux dans d’autres pépinières allemandes.

 

Grande exportation

 

Depuis le début de l’année, plusieurs bonnes nouvelles de la grande exportation sont venues renforcer le soulagement de la centaine de salariés permanents de l’entreprise, avec d’importantes commandes en provenance de Russie et de Turquie – des pays prospectés personnellement par Dieter Lappen – propriétaire de l’entreprise et père de son ancien dirigeant – et la confirmation de l’engouement de la Chine pour les jeunes plants. Ces marchés lointains s’ajoutent à la reprise d’activités dans les pays séduits de longue date par les arbres de haute tige produits par le pépiniériste, en particulier la France : le château de Chambord et Villages Nature font partie de ses références récentes et prestigieuses.

 

Clients rassurés

 

Les clients français ont pu constater la sérénité de leur fournisseur début juin au salon Jardins-Jardin : le producteur allemand a sponsorisé le jardin éphémère créé par Christian Fournet et réalisé par l’entreprise Vallois. « De nombreux clients, y compris dans le milieu du négoce, nous ont renouvelé leur confiance dans cette période difficile », ajoute Peyric Moeller, chargé du marché français. Ces signes positifs mettent Lappen en position de maintenir son chiffre d’affaires habituel, compris entre 15 et 17 millions d’euros, dont 30 à 40 % en Allemagne. Eberhard Stock a même autorisé de nouveaux recrutements et n’a pas amputé l’outil de production constitué par les plantations étalées sur 650 hectares.

 

Un modèle à repenser

 

Engagé pour une durée indéterminée en début d’année, le mandat de l’administrateur judiciaire ne répondra pas aux questions soulevées par l’avenir à moyen terme de la  pépinière familiale créée en 1889. Au-delà de la dynastie familiale, l’épisode a ébranlé un modèle fondé sur la production plus que sur la vente. Le profil de Hans-Juergen Dieck répond à ces deux défis, mais la question de la transmission reste posée.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X