En direct

Les pathologies des installations photovoltaïques en toiture : quand l’innovation fait déraper
Un produit innovant mérite mieux qu’un abergement avec une bande adhésive - © © SARETEC

Les pathologies des installations photovoltaïques en toiture : quand l’innovation fait déraper

Nathalie Levray |  le 10/12/2014  |  InnovationToitureEnergies renouvelablesEnergieTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Qualité
Innovation
Toiture
Energies renouvelables
Energie
Technique
Second œuvre
Veille juridique
Valider

L’innovation est portée au pinacle et c’est tant mieux... pour la modernisation du secteur du bâtiment. Encore faut-il que ces nouvelles technologies tiennent leurs promesses ! Retour d’expérience avec l’exemple à ne pas suivre, le photovoltaïque intégré au bâti.

« Comment traiter les produits innovants et notamment le panneau photovoltaïque, utilisé comme élément de construction ? » La question a surgi à l’occasion de l’interview de François Sonntag, experte à la direction technique de Saretec, et auteure d’un rapport sur les sinistres photovoltaïques. Rédigée à la demande de l’Agence Qualité Construction (AQC) à la suite de sinistres, l’étude présente l’état des lieux des pathologies affectant des installations de panneaux photovoltaïques, selon leur typologie et en identifie les causes.

La promotion (irréfléchie) de l’intégration au bâti

Reprenant 195 rapports d’expertises réalisées entre 2008 et 2012, portant sur des installations en toiture, l’étude (sortie en octobre 2013) montre des défauts d’étanchéité, des dysfonctionnements électriques pouvant aller jusqu’à générer des incendies, ainsi que des panneaux mal montés ou mal fixés. Les deux pathologies principales identifiées sont les infiltrations (58,5 %) et les désordres électriques (35 %). Les installations en cause sont celles qui ont été intégrées à la couverture (73 % des sinistres). « Les installateurs, sans compétence et sans formation pour des produits atypiques et innovants, sont au cœur de la sinistralité même si la défectuosité de produits [ndlr : les boîtiers Scheuten] en prend sa part » commente Françoise Sonntag.

L’experte souligne l’existence d’entreprises de plomberie ou de maçonnerie peu scrupuleuses sur ce marché extrêmement porteur, les « moissonneurs » qui ont profité de l’engouement public pour cette source d’énergie et un complément de revenus, et en ont capté les fruits avant de disparaître quelques années plus tard. Elle considère toutefois que « l’un des facteurs aggravants de risque résulte des incitations gouvernementales en matière de tarifs, de prime et de fiscalité pour intégrer les installations au bâti ». Selon elle, cette politique a conduit les industriels à innover de plus en plus en privilégiant à la fois l’esthétisme du produit et l’aspect couverture du bâtiment sans réfléchir à la production d’énergie et à la sécurité.

Pose intégrée ou l’innovation mal maîtrisée

Alors qu’elle note que les conséquences des sinistres enregistrés coûtent de 5 à 10 fois plus cher que le coût de l’installation, Françoise Sonntag relève que « les essais de sécurité et les tests de vie ont été réalisés sur des champs photovoltaïques au sol, et [que] les conditions de température et de ventilation sont très différentes en toiture ». Les évaluations avant certification des produits ont d’ailleurs été quelque peu aménagées. Pour ne pas bloquer le développement de la filière par la procédure longue et coûteuse d’un Avis technique, un Pass innovation a été mis en place, avec une instruction allégée. « Ce devait être l’antichambre de l’Avis technique, mais rien ne s’est passée après ; de plus, seule la solidité de la construction a été examinée par le CSTB, et non l’aspect électrique. » commente l’experte.

En outre, elle souligne le décalage entre la qualité innovante du produit et le soin apporté à sa pose, non conforme aux préconisations de mise en œuvre des Avis techniques, des Pass innovation ou des notices d’installation dans 56 % des cas. « L’implantation des systèmes, signale l’experte, n’a d’ailleurs fait l’objet d’aucune étude préalable ou de contrôle a posteriori par un bureau de contrôle. »

L’effet pervers de l’intégration au bâti

Le choix franco-français d’utiliser les panneaux solaires en guise de toit a une conséquence spécifique en droit de l’assurance. « Le module photovoltaïque est devenu, en assurant la couverture d’un bâtiment, un composant de la construction. Il est donc garanti dix ans au titre de la responsabilité décennale », explique Françoise Sonntag. « Mais, poursuit-elle, nul ne connaît la pérennité du système en terme de solidité, pas plus d’ailleurs que sa durée de vie qui conditionne le niveau de performance de production... » L’inconnue est grande. D’autant que, récemment confrontée à la disparition d’un fabricant, un autre enjeu émerge : celui du suivi d’un produit de grande consommation non réparable. Elle s’interroge sur l’obligation qui pèse ainsi sur l’assureur : « Que doit-il garantir pendant dix ans quand le produit n’existe plus ? Comment assurer la juste réparation s’il faut remplacer une installation de 100 m2 pour 10 m2 à réparer ? » Et plaide pour la mise en place de garde-fous face aux produits innovants, pour garantir leur pérennité et leur remplacement.

Rapport Sinistres photovoltaïques

Commentaires

Les pathologies des installations photovoltaïques en toiture : quand l’innovation fait déraper

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur