En direct

Les ouvriers du BTP parmi les plus exposés aux contraintes physiques
- ©

Les ouvriers du BTP parmi les plus exposés aux contraintes physiques

Defawe Philippe |  le 12/02/2008  |  EntreprisesFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Valider

Alors que les partenaires sociaux sont en pleine négociation sur la reconnaissance de la pénibilité au travail et sur la mise en œuvre d'un système de réparation, une étude de la Dares* met en exergue la forte exposition aux contraintes physiques et aux produits toxiques des ouvriers du BTP, et particulièrement des intérimaires.
Mais si le BTP affiche en moyenne des taux plus importants que les autres secteurs en matière d'exposition aux pénibilités de toutes sortes, les ouvriers de la construction jouissent en revanche de plus de souplesse dans l'organisation de leur travail, note l'étude.

"Les ouvriers du bâtiment et des travaux publics sont soumis à des contraintes physiques plus importantes que les ouvriers des autres secteurs d'activité", révèle la Dares dans une toute récente étude. Une enquête qui s'appuie sur les résultats de l'étude Sumer menée entre 2002 et 2003 auprès de 50.000 salariés. A cette date, le secteur du BTP comptait 1,3 millions de salariés. Il apparaît ainsi que ces derniers sont plus exposés que dans les autres secteurs à la pénibilité et aux produits chimiques et cancérogènes. Ils connaissent en revanche moins de contraintes dans l'organisation de leur travail. Si l'on excepte toutefois les intérimaires. Grands perdants de l'enquête, ces derniers déclarent tout à la fois encore plus de contraintes physiques que les autres ouvriers du BTP, et plus de contraintes organisationnelles que ceux des autres secteurs.

Davantage de nuisances physiques
Les ouvriers du BTP connaissent des conditions de travail plus fatigantes que dans les autres secteurs d'activité : station debout, fréquents déplacements à pieds… Surtout, ils subissent de plus nombreuses pénibilités : exposition aux intempéries, aux vibrations des membres supérieurs, port de charges lourdes, gestes répétitifs… Les ouvriers de la construction déclarent également subir de plus nombreuses contraintes posturales que ceux des autres secteurs : travail les bras en l'air, en torsion, accroupi, à genou. Selon la Dares il faudrait voir dans cette dernière position une des causes de l'hygroma du genou, maladie reconnue au tableau des maladies professionnelles.
Les intérimaires apparaissent comme les plus touchés par la pénibilité. Ils présentent en effet deux fois plus de risques que leurs collègues en CDI d'être soumis aux ports de charges lourdes, aux postures pénibles, et aux vibrations des membres supérieurs.

A cela s'ajoutent les cumuls de plusieurs contraintes pour le dos et les articulations des membres supérieurs, là aussi plus fréquents dans le BTP. Exemple : le port de charges lourdes associé aux postures en torsion ou accroupie. Des associations qui favorisent la survenue de lésions du rachis (lombalgies, sciatiques et hernies discales) et de pathologies d'hypersollicitation des membres supérieurs (tendinites, syndrome du canal carpien..). Chez les seniors, on retrouve plus fréquemment des maladies rhumatologiques. Des affections qui donnent lieu à un nombre croissant d'inaptitudes médicales avant l'ouverture des droits à la retraite.

En revanche, "les ouvriers de la construction travaillent beaucoup moins souvent la nuit que les autres" et "moins d'un ouvrier sur dix travaille le dimanche", relève la Dares.

Plus d'exposition aux produits nocifs
Plus encore que les autres ouvriers, ceux du BTP sont particulièrement exposés aux produits nocifs - 80 % d'entre eux à au moins un produit chimique et 42 % à au moins un produit cancérogène (poussières de bois, silice cristalline, gaz d'échappement diesel, amiante…). Même constat pour l'exposition aux produits reprotoxiques, notamment au plomb et à ses dérivés pour les ouvriers du gros œuvre. Enfin, les ouvriers appelés à intervenir dans la rénovation des canalisations ou des stations d'épuration sont potentiellement exposés à des agents infectieux. Risque pour l'intéressé : développer la leptospirose, affection grave parfois mortelle.

Plus de souplesse dans l'organisation du travail
Les ouvriers du gros et du second oeuvre reconnaissent disposer d'une plus grande marge de manœuvre que ceux des autres secteurs : moins de contraintes dans leur rythme de travail, plus de latitude dans son organisation, moins de délais courts à observer. La tendance s'inverse toutefois chez les ouvriers des travaux publics, soumis à des contraintes plus importantes. Etre dans l'impossibilité de quitter momentanément leur poste, subir le contrôle permanent de la hiérarchie : autant de griefs fréquemment invoqués par cette catégorie d'ouvriers.
Les ouvriers du BTP sont par ailleurs "moins exposés que les autres ouvriers aux facteurs de risques psychosociaux", ajoute la Dares. Les intéressés déclarent en effet bénéficier de davantage de latitude dans la prise de décision et de soutien de leurs collègues et de leur encadrement. Une exception à signaler : le cas des intérimaires qui, à l'inverse, déplorent manquer de marge de manoeuvre dans l'organisation de leur travail.

Caroline Gitton

Voir l'étude complète (PDF)

* Direction de l'animation et de la recherche des études et des statistiques du ministère du travail.

Une réaction, une suggestion... Ecrivez-nous !

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur