En direct

Les ouvrages d’art hydrauliques, un marché à fort potentiel dans l’Afrique subsaharienne

Nicolas Rossato |  le 10/04/2013  |  InternationalOuvrage d'artParisBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
International
Ouvrage d'art
Paris
Bâtiment
Valider

Une conférence organisée par le Centre d’analyse stratégique s’est tenue sur le sujet, mettant en avant les nombreuses opportunités de construction de barrages.

D’ici 2030, le continent africain va connaître d’importants problèmes d’approvisionnement en eau, en énergie et en nourriture, ce qui va inciter à la construction d’ouvrages d’art hydrauliques dans les années à venir.

Tel est le principal enseignement d’une conférence sur le sujet organisée par le Centre d’analyse stratégique (CAS), organisme qui dépend du Premier ministre français, le 3 avril à Paris. Selon les experts réunis ce jour-là, le réchauffement climatique va particulièrement toucher les deux Afriques, celle du Nord et celle subsaharienne, diminuant par-là même fortement les écoulements d’eau, avec en particulier une baisse du niveau des grands fleuves. Le continent sera également victime d’un effet en "ciseau". Sa population va encore augmenter de près de 37% à l’horizon 2030, cette croissance démographique allant de pair avec la poursuite de l’exode rural, ce qui tirera à la hausse la consommation d’eau, de nourriture et d’électricité.

Le CAS prévoit même que l’Afrique aggravera son déficit alimentaire et ne pourrait plus qu’importer ses ressources pour nourrir la population. Dans ce contexte, « l’Afrique est un énorme marché pour les ouvrages d’art hydrauliques », explique Sébastien Chazot, directeur de projets "Gestion de la ressource en eau" du français BRL Ingénierie, qui a réalisé une étude sur le sujet pour le compte du CAS. Une première vague de construction de barrages avait déjà eu lieu au milieu du vingtième siècle. Mais, mal menée, elle avait provoqué des dégâts environnementaux et sociaux (déplacements de population, expropriations) qui ont conduit à un retournement de l’opinion publique et à l’arrêt du développement de ce type de projets en Afrique subsaharienne.

Relance de la construction de barrages

De surcroît, ces infrastructures ont ensuite souffert d’un sous-investissement dans l’entretien et la maintenance, ce qui a conduit à leur dégradation et à une efficacité moindre. Dans le contexte actuel, l’Afrique est aujourd’hui en train de relancer la construction de grands barrages, à la fois pour stocker l’eau, irriguer ses terres agricoles (95% des cultures du continent ne le sont pas, selon le CAS) et générer de l’électricité, surtout à l’ère de l’énergie durable.

Il faut toutefois noter que les pays du Maghreb et l’Égypte ont mené une politique de construction intensive d’ouvrages d’art hydrauliques (notamment, le Maroc entre 1970 et 2006), et que celle-ci a porté ses fruits. Ces pays sont désormais bien équipés et offrent beaucoup moins d’opportunités pour les spécialistes de ce secteur que leurs voisins plus au sud. « Les sites les plus intéressants pour la construction d’infrastructures liées à l’eau sont situés en Afrique de l’Ouest et Centrale », souligne Sébastien Chazot. « Il y a une multiplication des projets de barrages sur les fleuves Niger et Congo, ainsi que sur le fleuve Orange en Afrique du Sud. »

Selon l’étude de BRL Ingénierie, les bassins versants du Sénégal et du Niger laissent passer plus de 90% des écoulements d’eau, tandis que les terres irriguées d’Afrique s’étendent sur 6 millions d’hectares, alors que le potentiel est de 35 millions. « Les grands bailleurs de fonds ont désormais la volonté de développer ces régions avec des projets de types barrages », pointe Sébastien Chazot. « Il y a bien évidemment la Banque Mondiale et la Banque africaine de développement (BAD). Mais des programmes d’aménagement importants sont aussi financés par des investisseurs chinois ou venant des pays du Golfe. »

Plus d'informations sur la construction à l'international avec le BEM

Commentaires

Les ouvrages d’art hydrauliques, un marché à fort potentiel dans l’Afrique subsaharienne

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur