Logement

Les Offices HLM pourraient bien s’organiser en « communautés »

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

Alors que le projet de loi logement attendu pour le mois de mars prévoit de restructurer le secteur HLM, la fédération des offices publics de l’habitat (OPH) réfléchit à la création de communautés d’OPH.

Alors que le projet de loi logement (baptisé Elan) prévoit de restructurer le secteur HLM, la fédération nationale des Offices publics de l’habitat (OPH) réfléchit « à la manière dont les OPH peuvent se projeter dans 5 à 10 ans », indique Laurent Goyard, directeur général de la fédération, ce mercredi 10 janvier, en marge d’une conférence sur le lancement du réseau Canopée, un groupement d’intérêt économique composé de 4 OPH (voir encadré).

« Nous travaillons sur des projets de communautés d’offices, poursuit-il. L’idée consiste à ne pas imposer de fusions entre organismes, mais de favoriser les coopérations et de les rendre plus intégrées tout en préservant la gouvernance de chaque entité car la particularité des OPH réside dans leur ancrage local, c’est très important. »

 

Anticiper les effets de seuils imposés par le gouvernement

 

La fédération a lancé des groupes de travail pour plancher sur plusieurs questions, comme la gouvernance ou la notion de seuils. Selon plusieurs sources concordantes, le gouvernement prévoit de regrouper les organismes HLM pour atteindre un effet de seuil de 15 000 à 20 000 HLM gérés. Ces organismes HLM seraient ensuite regroupés, pour qu’un même groupe dispose d’un parc d’environ 100 000 logements sociaux. « Nous devons travailler rapidement, car le projet de loi Elan doit être présenté en conseil des ministres en mars, cela signifie qu’il sera quasiment rédigé au début du mois de février. »

D’ailleurs, pour tordre le cou à l’idée reçue qui consiste à dire que les grands groupes sont plus efficaces et affichent des coûts de structure plus faibles que les petits groupes, la fédération des OPH lancera en 2018 un observatoire dédié à cette thématique.

 

Focus

4 OPH du Nord-Est lancent le réseau Canopée

« On travaillera ensemble mais chacun restera chez soi ». Roger Menn, président de l’office public de l’habitat de l’Oise (Oise Habitat, 12 6OO HLM gérés), résume bien la philosophie du groupement d’intérêt économique (GIE) qui réunit son entité avec l’Opac d’Amiens (14 OOO logements sociaux), Reims Habitat (12 5OO) et l’Opal (fusion de l’OPH de l’Aisne et de Laon, 13 5OO HLM).

L’idée a germé durant l’été 2O16 avec l’ambition de réaliser des économies. Le GIE, présenté ce 1O janvier 2O18, se fait rattraper par l’actualité. Il a vocation à regrouper les achats (dans un premier temps dans le domaine du numérique), partager les bonnes pratiques et les compétences (cela peut aller jusqu’à la mise à disposition de personnels), ou encore, à créer des services mutualisés (comme un centre de relation dédié aux locataires). « Il faut d’abord prendre le temps de créer une culture commune, ce ne sera pas lancé cette année », précise Pauline Dumontier, déléguée générale et unique salariée du GIE.

Les OPH se sont regroupés « parce qu’ils avaient une proximité géographique, ils ne sont pas concurrents sur un même territoire », précise Patrick Baudet, président pour un an du réseau Canopée et directeur général de Reims Habitat. Pour 2O18, le GIE dispose d’un budget de fonctionnement de 115 OOO euros. Il pourra évoluer « en fonction des économies que le GIE aura permis de générer ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X