Logement

Les mises en chantier continuent à refluer

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Politique du logement

Les mises en chantier de logements neufs en France ont continué à se détériorer de mars à mai, avec un recul de 19,7% sur un an, pour s’établir à 69.577, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi 24 juin.

Sur les trois mois allant de mars à mai, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 21,4%, à 64.428 unités, contre un recul de 20,5% à fin avril. En revanche le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…), plus restreint, a progressé de 9,7% à 5.149 unités (contre un bond de 35,6% un mois plus tôt).

Sur les douze mois écoulés entre juin 2013 et mai 2014, le nombre des logements neufs mis en chantier affiche un recul plus modéré, de 8,5%, à 312.066 unités. Celui-ci s’accentue toutefois: il n’était encore que de 6,5% un mois plus tôt.

Le nombre des permis de construire accordés pour des logements neufs, qui renseigne sur les futures mises en chantier, a de son côté diminué de 16,1% sur cette période, à 94.155, selon la même source. C’est là un léger mieux, car à fin avril les permis de construire des trois mois écoulés étaient en repli de 22,8%, et à fin mars ils avaient chuté de 25%.

Les permis de construire accordés aux logements ordinaires ont reculé davantage (-18,8%), à 85.981 unités, contrastant toujours avec le rebond de 28,2% affiché par les logements en résidence, à 8.174 unités.

Sur douze mois, la baisse est légèrement moindre qu’un mois plus tôt pour les permis de construire, avec un repli cumulé de 20,7% à fin mai (contre -21,5% à fin avril), à 389.444 unités.

En 2013, 331.867 logements neufs avaient été mis en chantier en France, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en deçà de l’objectif gouvernemental – encore jamais atteint dans l’Hexagone – d’un demi-million de logements construits par an.

Mercredi 25 juin en Conseil des ministres, doivent être annoncées des mesures très attendues par le secteur, en faveur de la simplification des normes qui alourdissent les coûts de construction, de la mobilisation du foncier public et de l’accession à la propriété, notamment.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X