En direct

Les métiers, entre tensions et mutations

Dossier réalisé par Laurent Duguet |  le 10/10/2018  |  GirondePyrénées-Orientales

Dans les dix années qui viennent, 50 % des métiers existants vont être profondément transformés. Le négoce bâtiment n'y échappera pas. Tous les acteurs s'interrogent, des recruteurs aux formateurs.

Actuellement, l'activité reprend, mais le commerce interentreprises peine parfois à recruter. Des tensions existent pour les métiers du B to B : le nombre de postes proposés sur le marché du travail est égal, voire dépasse les demandes émises par les personnes cherchant à s'insérer. L'enquête des besoins de main-d'œuvre 2017 dans le commerce interentre-(1) et l'organisme paritaire collecteur agréé (Opca) Intergros, a montré que la « proportion d'embauches jugées problématiques par les employeurs était en forte progression, notamment dans les grandes entreprises ».

Chacun sa version. Parmi les métiers où le recrutement est le plus problématique, figurent en tête les cadres technico-commerciaux, les attachés commerciaux ou encore les conducteurs et livreurs sur courte distance. Comment expliquer, par exemple, qu'il soit aussi complexe d'embaucher des commerciaux ? Professeur coordonnateur du BTS technico-commercial du lycée François-Arago, à Perpignan, Cédric Lartigue avance une explication : « Il est vrai que nous n'avons pas assez d'étudiants eu égard aux offres du négoce, car ceux-ci sont de plus en plus nombreux à poursuivre leurs études. Peut-être est-ce aussi parfois lié au niveau de rémunération proposé… » Ce dernier point est confirmé par Matthieu Crolet, dirigeant de Distriwatt et Negowatt, distributeur de matériel électrique résidentiel, tertiaire et industriel en vente à distance, implanté à Bruges (Gironde) : « Face à un turnover trop rapide de nos jeunes commerciaux, et alors que notre société enregistre une croissance annuelle de 25 % de son chiffre d'affaires, nous avons mis en place un package avec une politique de rémunération motivante, une mutuelle de très haut niveau et des possibilités d'évolution vers des postes d'encadrant. » Résultat, à 24 ou 25 ans, un jeune peut prétendre à percevoir entre 2 500 et 3 000 € net par mois, un niveau de rémunération séduisant en région, réparti entre un fixe de 1 500 € et un montant variable - non plafonné - en fonction de l'atteinte d'objectifs.

« Certains postes sont difficiles à pourvoir dans le domaine commercial, car des candidats peuvent manquer d'humilité. » Nathalie Tiron, responsable des ressources humaines d'Union-Matériaux

D'autres freins expliquent ces tensions, comme un décalage, par certains candidats, entre une représentation erronée du métier de commercial et les nouvelles attentes des négoces. « Certains postes sont difficiles à pourvoir dans le domaine commercial, car des candidats peuvent manquer d'humilité ou ne pas avoir ce sens du relationnel que nous attendons d'eux », explique Nathalie Tiron, responsable des ressources humaines d'Union-Matériaux. Outre des difficultés de recrutement sur certains métiers, les attentes des employeurs sont en pleine évolution.

Profils et compétences. Les règles ont changé, et si les distributeurs recrutent, ce n'est pas à n'importe quel prix. Concernant les métiers commerciaux, « nous recherchons des personnalités autonomes et dotées d'un esprit d'équipe, qui soient engagées, résistantes, qui ne renoncent jamais, avec une appétence aux produits et à la technicité », annonce Benoît Bréchignac, DRH de Groupe Samse.

De nombreux employeurs partagent cette exigence. « Nous embauchons des jeunes, car ils n'ont pas encore de mauvaises [...]

Cet article est réservé aux abonnés Négoce, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur