En direct

Les membres du conseil d’orientation des infrastructures se mettent au travail [MAJ]
Philippe Duron préside le conseil d'orientation des infrastructures, dont les travaux viennent de commencer. - © © DR

Les membres du conseil d’orientation des infrastructures se mettent au travail [MAJ]

Jessica Ibelaïdene |  le 06/11/2017  |  BâtimentEtatTravailAménagements extérieursMobilier urbain

Le 17 octobre, la ministre des Transports, Elisabeth Borne a officiellement « installé » le conseil d’orientation des infrastructures. Les travaux et les premières auditions ont eu lieu dans la foulée. Et on connaît désormais la liste des 16 membres qui le compose, ainsi que les noms des deux co-rapporteurs.

Deux mois ! C’est le temps dont dispose le conseil d’orientation des infrastructures pour rendre sa copie. Installé officiellement par la ministre des Transports le 17 octobre, les travaux et premières auditions ont commencé dans la foulée. Car ses membres doivent aller vite. Le gouvernement attend ses conclusions pour le 13 décembre.

Ses membres, justement, parlons-en. Dès le lancement des Assises de la mobilité, le 19 septembre, nous savions que ce conseil serait présidé par Philippe Duron. Le gouvernement vantait sa forte légitimité. Ancien député, il est à l’origine du rapport Mobilité 21, publié en 2013, et a été à la tête de l’Agence de financement des infrastructures de transports de France (Afitf). Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics, faisait également partie des noms dévoilés très tôt.

Les membres du conseil d'orientation

Et les autres ? Les trois députés nommés sont Barbara Pompili, Matthieu Orphelin et Benoît Simian, tous parlementaires LREM. Côté sénateurs, ce sont Hervé Maurey (Union centriste), Michel Dagbert (groupe socialiste et républicain) et Gérard Cornu (LR) qui ont été désignés. Michel Neugnot, président la région Bourgogne Franche-Comté et de la commission Transports et mobilités de Régions de France, François Durovray, président de l'Essonne et de la commission Mobilités de l'Association des départements de France, et Louis Nègre, premier vice-président de la métropole Nice-Côte d’Azur et président du Gart, représentent les collectivités locales. Alors que ce dernier expliquait récemment dans nos colonnes « qu’en matière d’infrastructures, il faut sortir du bricolage financier actuel » va pouvoir participer activement à la recherche de nouvelles ressources, le financement des infrastructures étant au cœur des travaux du conseil d’orientation.

Parmi les heureux élus, citons également Karima Delli, députée européenne et présidente de la commission transports et tourisme du Parlement européen ; Jean-Michel Charpin, Inspecteur générale des Finances ; François Philizot, ancien préfet de Saône-et-Loire ; Pierre-Alain Roche, président de la section mobilités et transports du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) qui sera rapporteur général du Conseil d'orientation des infrastructures ; Nicolas Forray président de la section Milieux, ressources et risques au CGEDD. Par ailleurs, , Dominique Ritz (Sous-direction des transports ferroviaires et collectifs et des déplacements urbains) et Mélanie Mégraud (Direction générale du Trésor) sont nommés co-rapporteurs.

Une cinquantaine d'auditions prévues

Le conseil d’orientation entame un marathon de sept semaines de travail. Au programme notamment : une cinquantaine d’auditions (sans compter celles qui pourraient être demandées par des tiers). Toutes les administrations de l’Etat seront sollicitées afin de mettre à jour le rapport Mobilité 21, de prioriser les projets non pas pour en abandonner certains, mais peut-être pour les étaler dans la durée, réfléchir à de nouvelles pistes de financement.

L’accent sera mis sur les transports du quotidien, comme l’ont martelé à plusieurs reprises le président de la République, Emmanuel Macron, et la ministre des Transports. Les travaux et recommandations du conseil serviront de base à la loi d’orientation sur les mobilités, prévue pour le premier trimestre 2018. Avec la volonté de réaliser un texte « historique », à l’image de la loi d’orientation des transports intérieurs de 1982, plus connue sous le nom de loi Loti.

Commentaires

Les membres du conseil d’orientation des infrastructures se mettent au travail [MAJ]

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX