En direct

Les maitres d'oeuvre attendent des outils d'aide en ligne à la prescription

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI, DOMINIQUE LE ROUX, PASCAL SELLIER |  le 08/12/2000  |  NumériqueCommunicationArchitectureFrance International

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Numérique
Communication
Architecture
France
International
Europe
Professionnels
Valider

Second volet de notre enquête sur la e-construction : les maîtres d'oeuvre. Prescripteurs, ils recherchent en ligne des informations sur les produits et la réglementation. Ils sont de plus en plus nombreux à utiliser Internet pour la transmission de documents.

Architectes, bureaux d'études, géomètres experts, économistes... un maître d'oeuvre sur deux est équipé d'une connexion Internet selon le sondage « Le Moniteur »/BVA. Principales utilisations, la communication et l'échange d'informations. « Nous travaillons beaucoup avec le ministère des Affaires étrangères. Nous utilisons Internet essentiellement pour échanger des plans en fichiers joints avec nos différents partenaires, bureaux d'études en tête », souligne Jean Bocabeille, architecte (Atelier Bocabeille + Prego). Cette fonctionnalité de base de l'Internet, le courrier électronique, se révèle cependant vite limitée si les plans sont nombreux et/ou volumineux. « On peut toujours "saucissonner" le document à transmettre en fichiers plus petits et recoller les morceaux à l'arrivée, mais ce n'est pas très ergonomique », fait remarquer Olivier Celnik, architecte-infographe et consultant (iStudio). Reste alors la possibilité de compacter les fichiers ou de transiter par des prestataires externes qui jouent le rôle de plate-forme logistique d'acheminement, sur le modèle de Chantiers.net ou de Batibox.com, accessible sur le site de l'Union nationale des syndicats français d'architectes (unsfa.com).

Se faire connaître par le web

Huit pour cent des maîtres d'oeuvre seulement se sont dotés d'un site. Pourtant, Internet offre une vitrine mondiale aux architectes. Marie-Luce Bassil, architecte DPLG, a conçu avec Christophe Liacopoulos, consultant, un site de service (architecte-online.com) à destination des particuliers désireux d'aménager leur habitation ou de se renseigner sur le rôle des architectes (procédures, formulaires, modes d'intervention de l'architecte, documents d'urbanisme à produire, etc.). Site de service, architecte-online.com est aussi un outil commercial et un outil de travail sur lequel les particuliers peuvent aménager en ligne leur habitation. Les plans conçus et dessinés par l'architecte sont mis en ligne. Grâce à un code d'accès, le client peut, en temps réel, les visualiser, et surtout transmettre ses observations à l'architecte.

« Le web est aussi un précieux outil de communication interne, poursuit Jean Bocabeille. C'est à l'occasion d'un concours que nous avons créé, avec trois agences (Atelier du Pont, Philéas, KOZ), un site commun, plan01.com, un lieu de rencontre qui nous permet d'être informés de nos travaux respectifs. Le site se présente comme le journal de bord des quatre agences, actualisé chaque semaine par des photos et des textes. »

Pour des bases produits à forte valeur ajoutée

Prescripteur, le maître d'oeuvre est friand d'informations techniques, réglementaires ou relatives aux produits de construction. « Nous consultons le web pour rechercher, via des moteurs de recherche (Copernic notamment), des fournisseurs et des informations sur les produits à technologie avancée », avoue Bernard Moroz, directeur des études d'Oger International. Les fournisseurs ne s'y sont pas trompés. Le nombre de

catalogues en ligne grossit de jour en jour. Au risque de s'y perdre... La mise en ligne de documentations technico-commerciales conduit à une jungle inextricable de propositions. La véritable valeur ajoutée d'un service réside alors dans sa capacité à guider l'utilisateur vers l'information recherchée. « La plupart des sites se contentent d'une présentation produit par produit, regrette François Pelegrin, architecte et président d'Archinov, association. Or, nous avons besoin d'informations sur les performances des produits. Pour l'éclairage d'un hall, l'architecte cherchera un type d'éclairage avant de choisir une marque. » Cette structuration intelligente des données est l'un des défis pour les plates-formes d'information et d'échange qui se positionnent sur ce créneau. A terme, ces bases de données permettront de recenser et de comparer matériaux, produits et solutions du BTP, que les industriels y soient ou non favorables. « Nous avons besoin de sites à forte valeur ajoutée, pédagogiques, qui détaillent les règles de l'art, puis, ensuite seulement, les produits», ajoute François Pelegrin.

Démocratiser la gestion de projet en ligne

Autre pari ambitieux, l'implémentation, sur ces mêmes plates-formes, d'outils de gestion intégrale de projet en ligne. Le but : simplifier et améliorer les interactions entre partenaires du chantier. Les maîtres d'oeuvre habitués des grands chantiers sont familiarisés avec les logiciels de gestion de projets. « Internet doit permettre leur démocratisation, affirme François Pelegrin. Avec l'Unsfa, nous participons à une étude sur la démocratisation du web. La banalisation de ces outils aux petites opérations est essentielle pour assurer une bonne traçabilité de la prescription. Les maîtres d'oeuvre pourront par ce biais s'assurer que le produit mis en oeuvre sur le chantier est bien celui qui a été prescrit en amont. »

A ce jour, aucun service en ligne n'est réellement opérationnel, mais les échéances sont fixées. Dès 2001, les sites portails de gestion de projet vont déployer leur offre (1) qui permettra aux abonnés d'échanger et de gérer l'ensemble des données liées à un projet, mais aussi de traiter les plans en simultané avec toutes les garanties de sécurité et de traçabilité. Roger Pelletret, chef de la division évaluation et valorisation logicielle du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), en est convaincu : « La gestion de projets en ligne rendra d'énormes services, pour autant que les outils se simplifient et s'adaptent en souplesse aux pratiques constructives. Les "places de marché" rencontreront sans doute beaucoup de réticences. »

Les freins au développement d'Internet

Car des freins subsistent. De l'avis de Roger Pelletret, « il ne faut pas les sous-estimer, qu'il s'agisse de l'insuffisance de formation à la nécessaire modification des habitudes de travail. Aujourd'hui, la maîtrise d'oeuvre dans son ensemble fonctionne bien. Pourquoi changer et pour quelle valeur ajoutée ? Sans oublier les maillons de la chaîne qui risquent de ne pas toucher les dividendes de l'Eldorado promis : les reprographes, par exemple ». Outre le fait que personne n'aime changer ses habitudes de travail, les attentes des maîtres d'oeuvre se révèlent complexes et exigeantes. La quête d'informations techniques sur le web bute sur l'absence de moteur de recherche spécialisé BTP réellement convaincant. La dimension des « tuyaux » est un autre obstacle. Partenaires et clients de la maîtrise d'oeuvre sont gourmands de couleurs, d'images de synthèse ou d'animations vidéo. Autant de fichiers volumineux qui requièrent des accès haut débit à l'Internet (ADSL, RNIS, Câble, boucle locale radio, etc.). Enfin, la sécurité des échanges doit être assurée. Autant de points critiques qui devront être réglés.

(1) Nous les listerons dans le cinquième épisode de notre enquête sur la e-construction à paraître le 19 janvier 2001, intitulé « L'acte de construire en ligne ».

Résultats du sondage :

40% des architectes ont une connexion Internet

72% des bureaux d'études en sont dotés

77% des économistes de la construction sont connectés

8% des maîtres d'oeuvre possèdent un site web

97% des maîtres d'oeuvre se connectent au moins une fois par semaine

95% utilisent le web pour communiquer avec leurs partenaires

85% des maîtres d'oeuvre souhaitent obtenir en ligne les normes et DTU

91% considèrent Internet comme un outil de recherche d'informations

71% souhaitent développer l'échange des données par Internet

Chiffres issus du sondage

«Le Moniteur»/BVA publié dans notre édition du 24 novembre 2000

Jacobs-Serete Gestion intégrale de projets via Internet ROBERT MATHA président du directoire de Jacobs-Serete

« Jacobs-Serete, filiale du groupe mondial Jacobs (27 000 personnes), utilise, depuis plusieurs années, Pro/G, un logiciel développé en interne sous Lotus Notes par une de ses anciennes filiales, Prosys, explique Robert Matha, président du directoire de Jacobs-Serete. Cet outil a été mobilisé sur des projets tels que la Maison de la RATP à Paris ou le Stade de France à Saint-Denis (50 000 plans, 500 utilisateurs). Aujourd'hui, Pro/G est l'outil standard de gestion de projet de Jacobs pour le monde entier. Le JPI (Jacobs Project Interface) donne accès aux plans et documents d'un projet à partir d'un simple navigateur Internet. L'intégration des modèles et des applications (CAO 3D, outils bureautiques) autorise une numérotation automatique des plans, des intitulés cohérents et une conformité totale avec notre système d'assurance qualité. Les avantages pour l'ingénierie sont immédiats : facilité d'intervention pour les clients internationaux, travail en continu grâce aux décalages horaires, répartition de la charge de travail entre les bureaux en fonction de l'évolution des différents marchés (sectoriels ou géographiques), intégration de ressources à coûts plus faibles (Inde) ; le tout avec des compétences et des procédures équivalentes. Côté clients, l'avantage est décisif : accès transparent à l'information, diminution des reprises d'études, accès aux meilleures compétences, réduction des coûts et des délais. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Agence d'architecture 3A Un outil de travail multifonctions PHILIPPE SANVILLE architecte et cofondateur de l'Agence 3A

Pour Philippe Sanville, architecte, l'un des fondateurs de l'Agence 3A, « le Net, c'est la bonne à tout faire de l'agence ! Le réseau sert aussi bien à la mise à jour des logiciels par téléchargement qu'à la consultation des appels d'offres ou à la traque des bouchons en Ile-de-France. C'est surtout un outil de travail. Envoyer et recevoir des plans compressés permet de gagner de vingt-quatre à quarante-huit heures sur La Poste. Les clients peuvent apporter les modifications et les enrichissements avant de nous les renvoyer par le même canal. Ceux qui transmettront autrement dossiers et plans s'interdiront, dans très peu de temps, l'accès à de nombreux marchés ». L'externalisation à moindre coût est également possible. « D'excellents dessinateurs travaillent en Roumanie comme s'ils étaient dans la pièce d'à côté ! » Pour les programmes que gère l'agence, spécialisée dans les hôpitaux et les hôtels, le gain en coût et en temps est loin d'être négligeable. Enfin, les outils de CAO actuels ouvrent des capacités de communication nouvelles avec les maîtres d'ouvrage et les entreprises. Pour ces dernières, pas toujours bien équipées, 3A grave des CD-Rom et les leur transmet gratuitement. Pour les autres, Internet permet de prendre connaissance de la totalité du dossier et d'en extraire uniquement ce qui relève de leurs compétences.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Cabinet MD ETC Connaître ses interlocuteurs MICHEL DUCROUX gérant de MD ETC, économiste de la construction

« Mais comment faisait-on auparavant ? », s'interroge malicieusement Michel Ducroux, économiste de la construction (Cabinet MD ETC, 7 personnes) et vice-président de l'Union nationale des économistes de la construction et des consommateurs (Untec). Dans notre pratique quotidienne, le mail a supplanté le fax, avec une meilleure ergonomie et des coûts bien moindres. Pour les économistes de la construction, chargés notamment d'effectuer la synthèse des pièces écrites et des estimations, le mail est devenu tout simplement indispensable ! » Pour s'informer, Michel Ducroux avoue se détourner des portails, trop généralistes à son goût, pour consulter directement les sites des différents acteurs, entreprises et fabricants. Le web offre également l'avantage de faire connaissance avec ses futurs interlocuteurs : « Nous avons été consultés, avec une programmiste, pour la construction de la bibliothèque centrale de l'Insa de Lyon, une école d'ingénieurs. Le site web de l'établissement nous a permis de découvrir les formations, le fonds de la bibliothèque, la structure administrative, etc. Le recueil d'informations et le dialogue avec nos interlocuteurs s'en sont trouvés facilités. Je ne pourrais plus me passer du web. » Michel Ducroux souhaite à terme offrir sur le site de son syndicat (untec.com) un environnement de travail complet pour que ses confrères puissent exercer où qu'ils se trouvent.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Manuelle Gautrand Un site pour faire connaître l'agence MANUELLE GAUTRAND Architecte DPLG

Dès le printemps 1999, Manuelle Gautrand, architecte DPLG, a créé son site (www.manuelle-gautrand.com). " Une architecte de l'agence maîtrisait particulièrement la technique. Chacun a ensuite participé, donné son avis. Ce fut l'occasion de faire un arrêt sur image, un état des lieux de l'activité de l'agence. " Ses objectifs de départ : " faire connaître l'agence. Le but n'était pas d'obtenir des affaires ", avoue-t-elle. De fait, plus d'un an plus tard, elle n'en a obtenu aucune par ce biais. " En revanche, le site m'a permis d'avoir beaucoup de retour de mes confrères, étrangers notamment, et des étudiants. C'est un formidable vecteur de communication vers l'extérieur. Je reçois des mails d'architectes, voire de personnes que je ne connais pas ! Mon site m'a permis de provoquer des rencontres avec des professionnels, designers ou autres. C'est aussi l'occasion de faire connaître mes réalisations. J'entre sur le site des photos de chantiers. Internet permet de montrer les projets. Le site est un peu le journal de l'agence. Les étudiants peuvent consulter en ligne les offres d'emploi de l'agence et déposer leur CV ". Rien n'est jamais figé. " En janvier 2001, je veux adapter mon site pour le rendre plus interactif. Un site ce n'est pas qu'un press book. "

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil