En direct

Les Journées européennes du patrimoine célèbrent 100 ans de protection des monuments historiques
Un siècle d'opérations de sauvegarde du patrimoine bâti - © phovoir

Les Journées européennes du patrimoine célèbrent 100 ans de protection des monuments historiques

Bertrand Escolin (avec les équipes régionales du Moniteur) |  le 12/09/2013  |  PatrimoineAveyronLoireBouches-du-RhôneLoire-Atlantique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Patrimoine
Aveyron
Loire
Bouches-du-Rhône
Loire-Atlantique
Var
Seine-et-Marne
Yvelines
Nord
Technique
Valider

Les Journées du patrimoine, qui se déroulent les 14 et 15 septembre, mettront en lumière à travers tout l’Hexagone des centaines de chantiers de restauration de monuments historiques. L’occasion  pour le grand public de découvrir des sites prestigieux et d’apprécier  le savoir-faire des entreprises qui permettent au patrimoine bâti de traverser les siècles

« IAU Ile de France, portes ouvertes samedi pour #JEP2013 : expo, café, débat »... ou encore : «La sous-préfecture de Draguignan ouvre ses portes le 14 septembre... », c'est désormais sur les réseaux sociaux, twitter (https://twitter.com/MinistereCC) ou Facebook (www.facebook.com/ministere.culture.communication), autant que sur internet (www.journeesdupatrimoine.culture.fr) que les Journées européennes du patrimoine vont faire connaître au grand public l'ouverture à la visite de centaines de lieux les samedi 14 et dimanche 15 septembre 2013.

Organisée par le ministère de la Culture et de la Communication et mise en œuvre par les directions régionales des Affaires culturelles, cette 30ème  édition commémore « 1913-2013 : cent ans de protection » des monuments historiques. C'est en effet la loi du 31 décembre 1913, plusieurs fois adaptée, qui a posé les principes de protection du patrimoine monumental, urbain et paysager en France. Depuis 1984, ces journées permettent à des milliers de propriétaires publics et privés d'ouvrir leurs portes au grand public. Le Moniteur des Régions vous présente cette semaine une sélection de sites restaurés ou en chantier ouverts pour ces journées du patrimoine.

La mue du château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau
Le château de Fontainebleau - © phovoir

Seul château en France à avoir connu sept siècles d’occupation ininterrompue, le château de Fontainebleau fait l'objet de plusieurs chantiers simultanés. En cours notamment, la restauration du théâtre Napoléon III, inauguré en 1857, la réfection des toitures de l’aile Louis XV, et la création d’un pôle d’excellence du tourisme dans le quartier Henri IV. Ces anciennes dépendances ont été occupées par l’Otan pendant quelques années. L’établissement public du château de Fontainebleau, créé en 2009, élabore un schéma directeur immobilier à l’image de ce qui s’est fait à Versailles.

L’architecte Louis Arretche à l’honneur à Nantes

La faculté de droit et des sciences politiques, à Nantes
La faculté de droit et des sciences politiques, à Nantes - © CAUE de Loire-Atlantique

Le CAUE de Loire-Atlantique a choisi d’honorer l’architecte urba¬niste Louis Arretche (1905-1991) en organisant des visites de la faculté de droit et des sciences politiques de Nantes (photo), oeuvre du mouvement moderne achevée en 1970. Ces visites (les 14 et 15 septembre) seront commentées par Dominique Amouroux, auteur de la seule monographie (publiée aux Editions du patrimoine) consacrée à cet architecte prolixe mais méconnu, impliqué pourtant dans tous les grands chantiers de la seconde moitié du XXe siècle.

Près de Lille, la villa Cavrois en chantier depuis 12 ans

La Villa Cavrois
La Villa Cavrois - © © Jean-Pierre Duplan/Light Motiv/Le Moniteur

Construite entre 1930 et 1932 par l’architecte français Robert Mallet-Stevens, la villa Cavrois s’ouvre, en plein chantier de restauration, le temps d’un week-end. Acquis par l'Etat dans les années 2000, ce « château contemporain » construit pour l’industriel du textile Paul Cavrois, fait l'objet d'une restauration minutieuse depuis 12 ans. « Des arbres avaient poussé à l’intérieur du bâtiment, le mobilier avait été dispersé...», se souvient Michel Goutal, l’architecte en chef des monuments historiques. L’énorme travail sur la structure et les briquettes de parement est achevé. « Les maçons de Rabot Dutilleul ont fait preuve d’une grande maîtrise pour assurer un tour parfait à niveau de 400 mètres de long à chaque niveau de briquette », se félicite l'architecte en charge de la restauration. Ouverture complète prévue courant 2015.

Nouvelle campagne de travaux au prieuré de La Charité-sur-Loire

Le prieuré de la Charité-sur-Loire
Le prieuré de la Charité-sur-Loire - © Virginie Sall?-Seutin

Après dix années de travaux achevées l’automne dernier par l’installation de vitraux de l’artiste américain Christopher Wood dans la salle capitulaire, la Ville de La Charité-sur-Loire accélère la rénovation de l’ancien prieuré de l’ordre de Cluny. L’intervention la plus importante, sur l’aile Est, concerne la toiture. D’une longueur de 120 m, elle est pour moitié restaurée côté nord, pour l’autre reconstruite sur une charpente en lamellé-collé. « L’absence de caractère patrimonial particulier plaide en faveur de cette technique, la plus efficace pour une grande portée », affirme Paul Barnoud, architecte en chef des monuments historiques. Les salles hautes seront également restaurées. Dans la cour du château, les aménagements concernent principalement l’espace public. Des plateaux piétonniers et des plantations d’arbres borderont les façades historiques qui seront aussi rénovées.

Retour aux techniques d'origine pour un pont suspendu ardéchois

Le pont suspendu de Moulin-sur-Cance
Le pont suspendu de Moulin-sur-Cance - © Syndicat des Trois Rivi?res

Classé au titre des Monuments historiques, le pont suspendu de Moulin sur Cance (Ardèche) achève sa mue. Conçu selon la technique imaginée dans les années 1820 par l’ingénieur ardéchois Marc Seguin, petit neveu des frères Montgolfier, l’ouvrage est restauré à l’identique et sera inauguré en octobre prochain. « Ce pont est aujourd’hui l’un des derniers, si ce n’est l’unique, à conserver encore la technique des fils de fer placés parallèlement et assemblés entre eux par des ligatures, installées à intervalles réguliers », souligne Guillaume Dufaud, chargé de ce projet au sein syndicat des Trois Rivières, maître d'ouvrage. Aussi, les travaux de restauration ont principalement porté sur la reconduction du tablier en chêne, des quatre câbles supportant l’ensemble de la structure et des suspentes.

A Arles, l’amphithéâtre va retrouver son aspect antique

Les arènes d'Arles
Les arènes d'Arles - © Ville d'Arles VILLE D'ARLES

Faute d’entretien pendant des décennies, l’amphithéâtre d’Arles (Bouches-du-Rhône), construit au 1er siècle, a bien failli fermer, alors qu'il accueille la féria de Pâques, un événement central dans l’activité touristique de la ville. A la fin des années 1990, la vétusté du lieu a rendu impérative sa réhabilitation, rendue possible par le plan Patrimoine antique (Etat, collectivités locales et Ville d’Arles) : la première étape de ce chantier de dix ans s’est achevée cet été. Elle a porté sur la couronne extérieure, partie la plus dégradée de l’amphithéâtre. Le parti de l’architecte en chef des monuments historiques, Alain-Charles Perrot, a été la restauration du monument dans la continuité de son utilisation à l’époque romaine. L’emploi de mortiers de ragréage a permis de donner une nouvelle peau aux pierres altérées tout en maintenant leur aspect originel.

Chantier privé pour restaurer un château à l'italienne en Aveyron

Le château de Bournazel (Aveyron)
Le château de Bournazel (Aveyron) - © Gilles Tordjeman / Le Moniteur

A Rignac (Aveyron), une vaste campagne de travaux doit redonner tout son lustre au château de Bournazel, joyau du XVIe siècle. A l’origine du projet, un couple de passionnés du patrimoine, Martine et Gérald Harlin. Ils ont acheté l’édifice en 2006 à la Caisse de secours des houillères : « Vu l’état des lieux, nous avons hésité, avoue Gérald Harlin. Mais il s’agit d’un ouvrage majeur de la Renaissance dans la France méridionale. Un exemple rare de château à l’italienne, avec la première galerie de ce style sur le territoire national. Nous avons décidé de nous engager dans l’aventure, en nous appuyant sur les compétences d’un architecte des monuments historiques, Bernard Voinchet (W Architectures), et d’entreprises locales spécialisées dans la restauration du patrimoine bâti, comme Vermorel ». Lancés en 2008, les travaux devraient durer encore cinq ans.

Les Journées européennes du patrimoine en chiffres

En France : 12 millions de visiteurs - 16 000 monuments ouverts - des centaines d’ouvertures exceptionnelles - 22 000 animations (conférences, expositions, circuits, concerts, démonstrations de savoir-faire, ateliers jeune public...

En Europe : - 50 pays participants - 20 millions de visiteurs - 30 000 monuments ouverts

A noter que ces journées bénéficient cette année encore du soutien notamment de la Fédération française du bâtiment, de la RATP et de la Mairie de Paris.

Commentaires

Les Journées européennes du patrimoine célèbrent 100 ans de protection des monuments historiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur