En direct

Les investisseurs lâchent le neuf

alix de vogüé |  le 19/04/2013  |  France entièreNordCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Nord
Collectivités locales
Valider
Nord-Pas-de-Calais -

Sans surprise, le marché du logement neuf dans la région a baissé de 14 % avec 2 469 ventes en 2012, à comparer à 2 857 ventes en 2011 et aux scores proches de 2 900 les deux années précédentes. Pour la première fois, organismes HLM et promoteurs privés ont mis en commun leurs statistiques dans le cadre de l’association Cecim Nord. Le logement collectif reste prépondérant (73 % du marché), et son recul (- 17,57 % y compris vente en bloc) s’explique par le retrait des investisseurs privés.

On le voit à travers les chiffres de l’arrondissement de Lille, qui garde son poids écrasant (85 % du total régional). Les investisseurs privés sont devenus minoritaires : ils n’ont acheté que 44 % des logements, alors qu’ils représentent habituellement les trois quarts du marché. A l’inverse, les propriétaires occupants ont joué les amortisseurs et permis de limiter la dégradation. Sur le territoire de l’arrondissement de Lille, les ventes à investisseurs privés ont enregistré un véritable effondrement : - 45 %, tandis que les propriétaires occupants ont gagné du terrain ( 34,6 %). On y voit ainsi l’engouement pour l’accession sociale et le fruit des efforts locaux en faveur du PSLA.

Relais des investisseurs

Mais ces propriétaires occupants ne sont pas assez nombreux pour prendre le relais des investisseurs. Et surtout, la hausse brutale (45 %) et récente des désistements dans la location-accession inquiète le monde HLM. Car si la séparation des ménages reste le premier motif d’annulation, le second est la perte d’emplois. Un signe de dépendance du marché vis-à-vis de la conjoncture économique. « Après une année 2012 difficile, nous avons un début 2013 dur », reconnaît Pascal Boulanger, président régional de la Fédération des promoteurs immobiliers. Dans une région très dépendante des investisseurs privés et donc des dispositifs fiscaux, « on ne voit pas, pour le moment, les investisseurs et le marché restent donc particulièrement atones ».
Foncièrement optimiste, Pascal Boulanger espère que lorsque Duflot sera « bien ancré dans les esprits », le marché se reprendra. Il a quand même pris la peine d’alerter 80 communes de la région classées en zone B2 pour les inciter à demander une dérogation préfectorale, afin d’intégrer le dispositif Duflot.
Mais, sur les tendances globales, le suspens risque de durer jusqu’à la fin de l’année. Le quatrième trimestre prend en effet, depuis deux ans, une part croissante dans les ventes.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur