En direct

Les infrastructures écologiquement vertueuses récompensées
Paysage et biodiversité - © © Cofiroute

Les infrastructures écologiquement vertueuses récompensées

Olivier Baumann |  le 05/10/2012  |  TransportsEuropeNordFrance Morbihan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Quartier
Transports
Europe
Nord
France
Morbihan
Architecture
Aménagement
Valider

Le troisième concours « Infrastructures pour la mobilité et biodiversité », organisé par l’Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Idrrim), récompense six projets d’infrastructures favorisant la biodiversité.

L’Idrrim (Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité) a profité de son premier congrès, qui prenait pour cadre le salon Interoute et Ville de Lyon, pour décerner les prix du troisième concours « Infrastructures pour la mobilité et biodiversité ». Ce concours, initié par la convention d’engagement volontaire du 25 mars 2009 liant les professionnels de la mobilité avec le ministère en charge de l'écologie, récompense  les initiatives prises en faveur de la biodiversité par les acteurs impliqués dans la conception, la construction, l'entretien et l'exploitation des infrastructures routières, voiries diverses ou aménagements urbains.

Cette année, suite à l’appel à candidatures, 15 dossiers ont été reçus provenant d'entreprises, de collectivités territoriales, de communautés de communes et de services de l'État et ont été examinés par une équipe technique et un jury composé de 18 personnalités, sous la présidence de Philippe Lagauterie, membre permanent du CGEDD (Conseil général de l'environnement et du développement durable).

6 lauréats (dont un prix spécial) ont été désignés dans 5 catégories :

•            grand paysage et biodiversité ;

•            continuités écologiques ;

•            sensibilisation et communication des acteurs, riverains et usagers ;

•            entretien et gestion des infrastructures ;

•            petits projets mettant en œuvre le génie écologique.

 

Les lauréats

Catégorie « Paysages et biodiversité »

La société concessionnaire Cofiroute

La société a renaturé un étang de Sologne de 6,5 hectares situé dans les emprises de l'autoroute A 71, dans le Loir-et-Cher. Deux ans d'études ont été nécessaires pour déterminer les aménagements à réaliser (déboisement sélectif, étrépage du sol, rénovation de la bonde, reprofilage des berges, etc.) en partenariat avec les services de l'État, le conservatoire national botanique du bassin parisien et en concertation avec les associations. Un suivi est en cours et montre le succès de l'opération après restauration de cette zone humide. Selon le Conservatoire botanique, ces nouvelles conditions justifieraient que l'étang figure dans le recensement des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de la région Centre. Le personnel de l'entreprise a été impliqué dans ce projet.

Le jury a voulu récompenser la remarquable réhabilitation écologique de cet étang solognot.

Contact : olivier.bordry@cofiroute.fr

Catégorie « Continuité écologiques »

La direction interdépartementale des routes Ouest (DIR Ouest).

Ce service de l'État, dans le cadre du « programme de modernisation des itinéraires routiers », veut mettre en place sur le bassin versant de la Ria d'Etel, dans le Morbihan, un projet d'aménagement de huit ouvrages hydrauliques surdimensionnés pour favoriser le passage sous la route des petits mammifères, tels que la loutre. Le diagnostic a été établi en liaison avec le schéma régional des continuités écologiques et en contribuant à l'élaboration de l'atlas des mammifères bretons au travers de relevés des collisions entre animaux et véhicules routiers.

Le jury a voulu récompenser le travail de formation et de sensibilisation des agents de la DIR et une campagne d'information des usagers de la route sur le sujet du rétablissement des continuités écologiques.

Contact : katell.kerdudo@developpement-durable.gouv.fr

Catégorie « Sensibilisation et communication des acteurs, riverains et usagers »

L'entreprise Colas Rhône Alpes-Auvergne

Cette entreprise a mis en place une formation de ses équipes de chantiers aux problématiques des espèces invasives dans les travaux publics. Une première phase de formation impliquant la participation du Centre régional d'information et de suivi des plantes exotiques envahissantes (CRISE), expert en la matière, a eu lieu en théorie et en pratique auprès des opérateurs et agents intervenant sur le terrain. Une évaluation est en cours pour déterminer si cette action sera généralisée à l'avenir.

Le jury par ce prix encourage vivement la société à prolonger cette formation pour éviter la dissémination des plantes invasives dans le cadre des travaux publics.

Contact : diane-marie.decombe@echangeurlyon.fr

Catégorie « Entretien et gestion des infrastructures »

La société Eiffage et le Conseil général des Hautes-Alpes (04)

Le projet consiste à réhabiliter, sécuriser et améliorer un sentier piétonnier touristique de 12 km de long traversant une zone à forte valeur environnementale et patrimoniale (site classé, parc naturel régional du Verdon, réserve géologique, Natura 2000, etc.). Il consiste en la reprise et la construction d'escaliers, de belvédères, de passerelles, de murets, de garde-corps et de terrassement.

Le jury a voulu récompenser le caractère innovant et original du chantier qui s'appuie sur un diagnostic rigoureux et un plan d'action concerté avec tous les partenaires intéressés qui va plus loin qu'une simple gestion du site. Les aménagements ont été réalisés pour mettre en valeur l'environnement sans le dégrader. Ainsi, certains accès conduisant à une dégradation de la nature par le public ont été supprimés.

Contact : laure.martin@eiffage.com

Catégorie « Petits projet mettant en œuvre le génie écologique »

La direction interdépartementale des routes Massif Central (DIR MC)

Ce service de l'État, dans le cadre de l'entretien des « dépendances vertes » du réseau routier national, associe le Conservatoire botanique national du Massif Central pour le conseil, les suivis scientifiques et la formation de ses agents. Lors d'une formation, le Conservatoire a suggéré le réaménagement de deux boucles d'échangeur de 1 et 3 hectares sur l'autoroute A 75 pour les transformer en zones humides. Cette restauration consiste à recréer des mares et mouillères et à rétablir les conditions d'accès de la petite faune en améliorant les caractéristiques des ouvrages existants.

S'agissant d'un projet concerté avec l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, les services de l'État et la commune concernée, le jury a voulu récompenser le caractère original de ce projet d'aménagement et encourager sa réalisation.

Contact : stephane.durand@developpement-durable.gouv.fr

Prix spécial du jury

Conseil général du Nord

Un prix spécial du jury a été décerné au Conseil général du Nord pour sa réflexion dans le cadre de l'élaboration du projet de contournement de Valenciennes. Celle-ci, à partir d'inventaires de la faune et de la flore et intégrant le schéma régional de cohérence écologique, propose des mesures de compensation sur 100 hectares. Grâce à la taxe départementale d'aménagement (ex TDENS), le département acquiert et restaure le marais Faucourt et le marais Cavennes et aménage une voie verte entre ces deux cœurs de biodiversité. Il prévoit en outre de rétablir des continuités écologiques.

Le jury, à partir du dossier qui lui a été présenté, a voulu récompenser la démarche associant de nombreux partenaires et qui permet la reconquête d'une nature dégradée en milieu péri-urbain.

Contact : audrey.vernon@cg59.fr

 Contact Idrrim : laurianne.rossi@idrrim.com

Consultation des présentations des candidats au concours ici

Les critères d’évaluation des dossiers candidats

•            connaissance des territoires concernés au regard de la biodiversité (faune, flore…),

•            pertinence du projet au regard du contexte local,

•            prise en compte des continuités écologiques et valorisation des trames vertes et bleues,

•            prise en compte du paysage et de l’environnement (point de vue global, point de vue du riverain, point de vue du milieu associatif, point de vue de l’usager),

•            modes d’exploitation et/ou d’entretien prenant en compte la biodiversité ou la proximité de zones d’espaces naturels,

•            sensibilisation du personnel impliqué (privés et public),

•            sensibilisation des usagers, et qualité de la communication (amont et aval),

•            sauvegarde des espèces et des habitats durant la phase de travaux.

Commentaires

Les infrastructures écologiquement vertueuses récompensées

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil