Le moniteur

Les industries de la sécurité du bâtiment dans le brouillard pour 2012

le 14/06/2012  |  TechniqueFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Technique
France entière
Valider

Après une année 2011 de croissance pour les membres du syndicat Ignes (Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire), l’année 2012 devrait marquer le pas. Focus sur les industries de la sécurité électronique et de l’éclairage de sécurité.

Né en janvier 2011, Ignes, le syndicat Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire est issu du regroupement de quatre syndicats professionnels (Domergie, Gimes, Gisel, Sycacel). Des multinationales aux PME, il fédère une soixantaine d’entreprises, qui totalisent environ 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires en France. Le 14 juin, les représentants des syndicats se sont réunis devant la presse pour faire un point sur la conjoncture de leur secteur et plus particulièrement sur celle des industries de la sécurité électronique et de l’éclairage de sécurité. Selon le syndicat, le marché de la détection d’intrusion d’élève à 130 millions d’euros en 2011, en croissance de plus 7% et affiche un fort rebond de +18% en volume. A noter que les membres d’Ignes représentent 66% des ventes du secteur. En parallèle, le marché du contrôle d’accès résidentiel (estimé à 150 millions d’euros) progresse de 9,2%, celui du contrôle d’accès tertiaire (environ 125 millions d’euros) a enregistré une hausse de 3% tandis que celui de la vidéo surveillance s’est amélioré de 5% environ pour atteindre 230 millions d’euros. Enfin, les fabricants d’éclairage de sécurité réunis au sein d’Ignes ont réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 127 millions d’euros, en croissance de 3%.

Une stagnation des chiffres d’affaires

« Pour 2012, une grande incertitude plane sur les marchés d’Ignes, y compris dans le secteur résidentiel, indique Olivier Gainon délégué général d’Ignes. L’activité liée aux constructions neuves risque d’être durablement en baisse. En revanche, le domaine de la rénovation répond à des signaux contradictoires. La crise peut avoir des incidences paradoxalement positives sur le résidentiel, avec un effet d’orientation de la consommation vers le logement pour répondre à des besoins de sécurité et d’économies d’énergie. » Selon le syndicat le début de l’année 2012 aurait été stable et meilleur que prévu, tous métiers confondus. « On assiste cependant clairement à un tassement fin mars, assure Olivier Gainon. Dans l’ensemble, si nous restons plutôt optimistes pour le premier semestre, la lisibilité est totalement nulle pour le second semestre, en particulier pour les métiers de l’appareillage d’installation et de la protection et du support des câbles. » Le délégué général parie tout de même sur une stagnation des chiffres d’affaires de ses adhérents.

Commentaires

Les industries de la sécurité du bâtiment dans le brouillard pour 2012

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur