En direct

Les industriels de la tuile «pied au plancher»

DOMINIQUE ERRARD, JEAN-BERNARD GILLES, BERNARD REINTEAU, CORINNE MONTCULIER, MATTHIEU SCHERRER, THIERRY THOMAS, JEAN-PIERRE REILLAC |  le 07/01/2000  |  Produits et matérielsPlancherFrance Gros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Plancher
France
Gros œuvre
Valider

Au lendemain de la tempête, plusieurs fabricants de tuiles ont rappelé leur personnel en vacances et ouvert leurs points de vente afin de fournir rapidement tuiles et accessoires pour réparer les toitures endommagées. Certains ont même accueilli directement les particuliers dans leurs usines, changeant leur méthode de préparation des commandes.

Après l'urgence, les industriels commencent à s'organiser pour l'après-tempête avec ses nombreux chantiers de réparation à venir. Mais personne, aujourd'hui, ne peut estimer l'ampleur des dégâts ni quels seront les besoins. « Il sera difficile de se faire une idée précise des besoins réels avant deux ou trois semaines, estime Jacques Henceval, directeur général de Lafarge Couverture ».

Seule certitude, les demandes d'accessoires de toitures, notamment les faîtières, sont importantes et inhabituelles. « Nous avons épuisé notre stock de faîtières de cinq mois en seulement deux jours, raconte Serge Corbel, directeur commercial des Tuiles Lambert. Nous prévoyons de passer la production de notre usine de Bourgogne de 45 000 pièces par mois à 100 000 ».

En Alsace-Lorraine, les Tuiles Bisch Migeon ont déjà démarré la production du modèle de tuiles le plus courant de la région et vont réorganiser la fabrication des accessoires, assez faible en cette période de l'année. Lafarge Couverture, qui a mis en place un plan « tempête », indique que les usines de tuiles en béton devraient atteindre leur capacité maximum de production en cette fin de première semaine de janvier, tandis que ses usines de tuiles de terre cuite ont déjà un rythme soutenu en raison de la bonne santé du marché.

Concrètement, il ne devrait pas y avoir de réelle pénurie de tuiles et accessoires. En effet, les fabricants travaillent avec des stocks de 15 jours à plusieurs mois selon les produits, et leurs délais de fabrication sont de quelques jours. Les problèmes qui peuvent arriver sont ponctuels, régionaux, sur des accessoires, des modèles peu fabriqués aujourd'hui, ou sur certains coloris tombés en désuétude. Les délais de fabrication étant assez courts, ces carences ne devraient pas durer et les fabricants adapteront leur production en fonction des commandes.

Cette tempête survient alors que le secteur de la tuile se porte très bien, soutenu par le marché de la maison individuelle. Mais les industriels s'accordent sur un point : « La tempête va donner beaucoup de travail aux couvreurs, explique Christian Schenck, directeur général d'Imérys toiture, mais nous ne pouvons pas savoir si cela va représenter un volume de produits en conséquence. Nous nous apprêtons quand même à passer un premier trimestre le pied au plancher ».

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil