En direct

Les HLM d'Angers chauffées aux copeaux de bois
La centrale cogénératrice à biomasse alimente deux réseaux de chaleur connecté d’une quinzaine de kilomètres également. - © Bonnet / Ville d'Angers Ville d'Angers - Th. Bonnet

Les HLM d'Angers chauffées aux copeaux de bois

eric Leysens |  le 08/03/2013  |  Gros œuvreBoisBâtimentDéchetsLogement social

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Gros œuvre
Bois
Bâtiment
Déchets
Logement social
Maine-et-Loire
Technique
Environnement
Logement
Immobilier
Hygiène
Valider

A Angers, une centrale à cogénération prend le relais d'une usine d'incinération.  Alimentant deux réseaux de chaleur implantés au sud de la ville, elle fournira les calories à une dizaine de milliers de logements collectifs du quartier de la Roseraie.

En 2005, la municipalité  d'Angers décide de passer à un tri mécano-biologique des ordures ménagères et une valorisation par méthanisation des déchets organiques. L'usine d'incinération n'a donc plus lieu d'être mais un nouveau système de chauffage s'impose.  La ville décide d'implanter une centrale à biomasse qui viendra alimenter le réseau de chaleur connecté à l'usine d'incinération et un nouveau réseau d'une quinzaine de kilomètres également.

Accompagnée d'une chaufferie d'appoint fonctionnant au gaz et au fuel domestique, elle fournira les calories nécessaires au chauffage d'une dizaine de milliers de logements collectifs du quartier de la Roseraie au Sud de la ville, ainsi qu'à plusieurs bâtiments sportifs, scolaires et administratifs,  l'université catholique, un centre commercial et une entreprise.

La revente d'électrons permet de baisser le prix des calories

Dalkia Biomasses Angers sera le gestionnaire du site pour une durée de 20 ans. Adjoint au maire délégué aux Bâtiments, Jean-Claude Bachelot a été chargé de négocier avec le fournisseur d'énergie. Ce dernier souhaitait que la nouvelle facture de chauffage des ménages occupant les HLM de la Roseraie diminue. La saison de chauffage 2013-2014 (chauffage et eau chaude) devrait coûter 760 euros à un ménage occupant un logement de 70 m² connecté au réseau de chaleur alimenté par la chaufferie contre 965 euros an pour le même logement équipé d'un chauffage individuel au gaz, assure l'adjoint au maire.

Jean-Claude Bachelot sait que si la municipalité a pu obtenir ce tarif de la part de Dalkia, c'est que l'entreprise compte tirer son bénéfice de la revente d'électricité. La vapeur produite par la chaudière biomasse va, via une turbine à condensation, permettre au fournisseur de chaleur de produire chaque année 50 000 MWh d'électrons qu'il revendra à EDF, par ailleurs actionnaire de Dalkia.

« S'il n'y avait pas la cogénération, nous aurions choisi de gérer nous-mêmes une centrale à biomasse. Mais nous ne pourrions pas offrir des factures énergétiques aussi basses aux Angevins », explique Jean-Claude Bachelot.

La plateforme de collecte de bois, principalement des plaquettes forestières, est également gérée par Dalkia. Le fonctionnement de la centrale nécessitera 90 000 tonnes de copeaux de bois par an, soit, quotidiennement, la livraison d'une quinzaine de semi-remorques.

Commentaires

Les HLM d'Angers chauffées aux copeaux de bois

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur