En direct

Les faux jumeaux de Kengo Kuma

MARGOT GUISLAIN |  le 31/05/2013  |  ProfessionArchitectureCultureBouches-du-RhôneDoubs

Equipements culturels -

Tous deux conçus par l’architecte japonais Kengo Kuma, les bâtiments des Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) de Marseille et de Besançon affichent un air de famille…

A quinze jours d’intervalle, la livraison de deux édifices dédiés aux Fonds régionaux d’art contemporain (Frac), l’un à Marseille (Bouches-du-Rhône), l’autre à Besançon (Doubs) - tous deux conçus par l’architecte japonais Kengo Kuma - marque une étape dans la naissance d’une « nouvelle génération de Frac », selon la formule consacrée. Apparues en 1982, dans le sillage de la décentralisation voulue par l’Etat, ces structures avaient pour vocation de dynamiser et diffuser l’art contemporain hors de la capitale. Dans la hâte, on les logea dans des édifices existants. Au tournant du XXI e siècle, avec l’enrichissement des collections, la nécessité d’une infrastructure spécifique se fit sentir : la salle polyvalente ou le hangar proche ne suffisaient plus pour exposer et entreposer les œuvres dans de bonnes conditions.

Ombre et lumière

En devenant des équipements culturels à part entière, les Frac s’équipent désormais pour la conservation, l’exposition, la documentation et la pédagogie. Mieux : ils doivent assurer le rôle de « signal urbain ». Kengo Kuma, qui fait son entrée en France par la porte des programmes culturels, a voulu importer dans l’un et l’autre de ces bâtiments - avec plus ou moins de succès - le dialogue de l’ombre et de la lumière inscrit dans les gènes de l’architecture japonaise. C’est ainsi que le Frac Provence-Alpes-Côte-d’Azur, à Marseille, et celui de Franche-Comté, à Besançon, arborent un air de famille via la conception de leurs façades « pixellisées ». Quant au concept de « signal urbain », Kengo Kuma l’a davantage traité comme un continuum entre le bâtiment et son environnement : la formule gagnante de ces deux Frac frères.

PHOTO - 723067.BR.jpg
PHOTO - 723067.BR.jpg
PHOTO - 723068.BR.jpg
PHOTO - 723068.BR.jpg
PHOTO - 723064.BR.jpg
PHOTO - 723064.BR.jpg
PHOTO - 723065.BR.jpg
PHOTO - 723065.BR.jpg
PHOTO - 723538.BR.jpg
PHOTO - 723538.BR.jpg
PHOTO - 723063.BR.jpg
PHOTO - 723063.BR.jpg
PHOTO - 723062.BR.jpg
PHOTO - 723062.BR.jpg
PHOTO - 723060.BR.jpg
PHOTO - 723060.BR.jpg
Marseille - L’art contemporain dans l’écrin du tertiaire

Comment faire exister un pôle d’art contemporain en plein quartier d’affaires ? C’est la problématique à laquelle a été confronté Kengo Kuma avec le bâtiment du Frac Provence-Alpes-Côte-d’Azur, situé à Marseille, dans l’ex-secteur industriel de La Joliette. L’édifice joue avec le langage du tertiaire et, notamment, avec l’image lisse du mur-rideau, au travers d’une fragmentation en 1 700 panneaux de verre multi-orientés qui pixellisent l’enveloppe. Une finition en émail, réalisée artisanalement au moyen d’un goutte-à-goutte aléatoire par le maître verrier Emmanuel Barrois, suggère l’intervention humaine, symbole de la pratique artistique. Mais, au-delà du miroir, un lourd dispositif d’accroches par bras articulés en acier contrecarre l’effet d’évanescence recherché. L’opacité des façades réduit le dispositif à la fonction de pure ornementation, sans transmettre de lumière tamisée, objectif pourtant revendiqué. La contrainte géométrique de la parcelle, oblongue et allant en se rétrécissant, a été surmontée en établissant une continuité réussie entre l’environnement extérieur et l’intérieur du bâtiment, au point de faire de ce Frac une véritable promenade urbaine. Chaque niveau est ainsi organisé selon un principe de ruelle qui s’enfonce en profondeur de parcelle. Les espaces s’ouvrent successivement les uns sur les autres, depuis le seuil du hall jusqu’à la terrasse panoramique qui domine le paysage, à présent métropolitain, de La Joliette.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : région Paca. Area Paca, maître d’ouvrage délégué. Maîtrise d’œuvre : Kengo Kuma, architecte mandataire. Nicolas Toury et Antoine Vallet, architectes associés. BET : Cebat Ingénierie (structure), Arcora (façade), Accord Acoustique (acoustique), ETB Antonelli (fluides), Tribu (HQE), J.-C. Campion (économiste). Principales entreprises : Léon Grosse (gros œuvre), Emmanuel Barrois (panneaux verre), Hefi (serrurerie façade), Bareau (menuiserie intérieure), Amra Amse (menuiserie extérieure). Surface : 5 433 m 2 Shon. Montant des travaux : 14,5 millions d’euros HT.

Besançon - Un toit pour l’art, entre ville et fleuve

La Cité des arts de Besançon rassemble le Frac Franche-Comté et le conservatoire de musique à rayonnement régional. Tel un ouvrage portuaire, elle prend place au bord du Doubs, entre deux tours bastionnées, vestiges des fortifications de Vauban. De la toiture « pixellisée » (une mosaïque high-tech de panneaux photovoltaïques, d’aluminium, de verre et de bacs végétalisés) émerge un ancien entrepôt en briques des années 1930. Occupé par le Frac qui se prolonge par une partie neuve, il a été conservé malgré sa médiocre qualité architecturale afin de garder la trace de l’ancien port fluvial. Et c’est à l’art contemporain, grand habitué de la reconversion des friches industrielles, qu’a incombé ce devoir de mémoire. On pourra le regretter : la morphologie du nouveau bâtiment, dont la découpe forme une suite de volumes rectangulaires, suffisait amplement à évoquer ce passé sans rompre l’unité de la toiture monumentale. Le choix du bois - du lamellé-collé en structure horizontale et du mélèze en façade - est lié à la proximité des forêts du Jura, bien que celui-ci provienne… des pays nordiques. La pose en damier, avec alternance de verre et d’acier thermolaqué, « pixellise » les façades pour adoucir la massivité du bâtiment redoutée par l’architecte. Un vide est ménagé entre le Frac et le conservatoire, protégé par l’auvent que forme ici la toiture. L’espace urbain s’y engouffre pour constituer une nouvelle esplanade publique entre la ville et les berges du Doubs. Ouverts sur le paysage fluvial, le restaurant et le centre de documentation ; en prise avec la rue, l’auditorium et le hall d’entrée. Ce dernier a été pensé par Kengo Kuma comme un espace « entre-deux » où, les jours de beau temps, règne une atmosphère de sous-bois grâce aux rayons de soleil qui filtrent entre les planches de mélèze, comme au travers du feuillage d’un arbre. Le circuit de visite commence à l’étage, avec une première pièce en mezzanine sur le hall, antichambre de la grande salle d’exposition et de ses espaces satellites. Dès lors, l’espace devient blanc immaculé, art contemporain oblige.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : région Franche-Comté (Frac), Ville de Besançon (aménagements extérieurs), CA du Grand Besançon (coordination). Maîtrise d’œuvre : Kengo Kuma, architecte mandataire. Archidev, architectes associés. BET : Egis (TCE), Alto (HQE), G. Cholley (économiste), L’Anton & Ass. (paysagiste). Principales entreprises : Campenon Bernard Construction (fondations, gros œuvre), Hefi/Soprema (couverture, étanchéité, photovoltaïque), Labœuf (façade, bardage), Avenir Bois Structures (charpente bois), Béjean (charpente métallique), ISS Espace verts (paysage). Surface : 3 570 m 2 Shon. Montant des travaux : 9,255 millions d’euros HT.

Commentaires

Les faux jumeaux de Kengo Kuma

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

La construction comment ça marche

La construction comment ça marche

Livre

Prix : 39.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Nouvelles architectures agricoles

Nouvelles architectures agricoles

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX