En direct

Les entreprises générales lancent un pacte

Barbara Kiraly et Fabien Renou |  le 13/07/2018  |  ConjonctureEntreprisesDroit du travailEtat

La dernière année du mandat de Max Roche à la tête d'EGF-BTP s'annonce chargée. Ce dernier veut généraliser le « Passeport sécurité intérim ».

Durant la dernière année de son mandat à la tête du Syndicat national des entreprises générales de France de bâtiment et de travaux publics (EGF-BTP), Max Roche compte axer son action autour de deux thématiques : l'innovation et la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Celui qui est également directeur général adjoint d'Eiffage fait le point sur les enjeux des entreprises générales.

Une année dédiée à la RSE…

A l'occasion de l'assemblée générale d'EGF-BTP, fin juin, l'organisation s'est dotée d'un nouveau pacte RSE. « Nous avons lancé en 2017 une enquête auprès de la maîtrise d'ouvrage publique, qui a montré son attention aux enjeux de développement durable, explique Max Roche. Avoir un chantier exemplaire est devenu un enjeu essentiel. » Avec ce pacte, les entreprises membres du syndicat s'engagent sur plusieurs thématiques, comme la formation des salariés (notamment sur le numérique, la rénovation, etc. ), le développement du partage d'expérience, ou encore l'emploi (favoriser la mixité, porter une attention particulière à l'embauche des jeunes). A ce titre, le pacte prévoit de « promouvoir un quota d'insertion de 5 % des heures travaillées dans les marchés privés comme dans les marchés publics ».

… et à l'innovation

Chaque année, les entreprises générales consacrent 0,35 % de leur chiffre d'affaires à la R & D, selon EGF-BTP, soit 70 M€ en 2017. Ces investissements pourraient à l'avenir être fléchés vers « le recours aux technologies numériques pour améliorer le pilotage des chantiers, notamment sur la problématique de la succession des corps d'état sur un chantier, et la gestion des imprévus ».

L'accidentologie des intérimaires, un enjeu majeur

Le pacte RSE prévoit également de « poursuivre la mobilisation en faveur de la prévention santé-sécurité sur l'ensemble de leurs sites ». Si, en matière d'accidents du travail, « les entreprises générales présentent les meilleurs taux de fréquence [10,31 contre 38,90 pour l'ensemble des entreprises du BTP, NDLR] », elles doivent s'améliorer sur un point : le taux de fréquence chez les intérimaires, qui s'élève à 16,05.

Pour atteindre cet objectif, Max Roche mise sur les effets du Passeport sécurité intérim (Pasi). Lancé en octobre 2017, « il permet de dispenser, durant deux jours, une formation sur les fondamentaux de la sécurité à tous les intérimaires. Un dispositif qui ne dispense pas les entreprises de délivrer leur propre formation. A ce jour, 14 organismes ont été habilités à proposer le Pasi par notre comité de pilotage, en partenariat avec les animateurs sécurité des entreprises du BTP (ASEBTP), et avec l'appui technique de l'OPPBTP et de 550 agences d'intérim [qui financent la formation, NDLR]. » Le Pasi, valable dix ans, a été à ce jour dispensé à 12 000 intérimaires. Et pour éviter qu'ils ne suivent plusieurs fois la formation, EGF-BTP met à disposition une plate-forme digitale recensant ceux qui en ont déjà bénéficié.

Une victoire avec la généralisation de la conception-réalisation dans les HLM

Jusqu'à présent, le gouvernement octroyait des dérogations de trois ans afin que les organismes HLM expérimentent la « conception- réalisation » pour développer leur parc. Le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan), qui est désormais entre les mains des sénateurs, prévoit de la pérenniser. En séance publique, les députés de l'opposition (en particulier LR et GDR) ont dit craindre que cette mesure ne bénéficie qu'aux grandes entreprises du BTP au détriment des entreprises locales, et des architectes qui se-raient placés de facto sous l'autorité des groupes du BTP. « La conception- réalisation n'altère pas la qualité architecturale, et rappelons que 75 à 92 % de notre chiffre d'affaires sous-traité l'est localement », estime Max Roche. Ce dernier se félicite de la pérennisation de la mesure, qui « va permettre à un certain nombre de maîtres d'ouvrage de tester cette solution, et nous en ferons naturellement la promotion ».

PHOTO - 13988_850168_k2_k1_1997910.jpg
PHOTO - 13988_850168_k2_k1_1997910.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur