En direct

Les entreprises françaises tardent à rationaliser leurs sites web

DEGIOANNI Jacques-Franck |  le 05/06/2002  |  France NumériqueCommunication

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Numérique
Communication
Valider

L'explosion de la "bulle" internet ralentit les investissements des entreprises françaises sur le web, qui ne devraient pas dépasser 1,7 md d'euros cette année, alors que 59% des entreprises ne disposent pas encore de sites intégrés, selon une étude publiée par l'institut IDC.

Réalisée par IDC pour la société Unilog, cette étude souligne le foisonnement de sites de commerce électronique en France, avec plus de 40000 sites web dénombrés, et une moyenne de 10 sites web par entreprise de plus de 1500 salariés. Mais elle montre qu'internet a été utilisé par les entreprises essentiellement pour "accompagner les activités existantes", et que l'utilisation d'internet pour la création de nouveaux marchés ou métiers est en retrait (seulement 10% des entreprises).

En présentant l'enquête, réalisée auprès de 130 sociétés, Alain Pétrissans, responsable du pôle services chez IDC, a reconnu que les entreprises ont avoué qu'elles ne savent généralement pas évaluer les bénéfices de leurs sites web. "Les arguments d'une meilleure adaptation et réactivité à la demande des clients, et d'un meilleur flux d'information, peu quantifiables, sont cités par 28% des directeurs informatiques, contre seulement 7% qui évaluent les bénéfices en terme de réduction des coûts de fonctionnement et 6% en terme d'augmentation de chiffre d'affaires", souligne-t-il.
D'autre part, la plupart des entreprises françaises (59%) font encore des transferts de fichiers de manière manuelle entre leurs sites de commerce électronique et leur système informatique de gestion. Seuls 37% des extranets, ou sites dédiés aux clients, partenaires ou fournisseurs, sont intégrés à l'informatique de l'entreprise. L'intégration des sites internet au système interne de l'entreprise est ainsi citée comme le principal objectif de 79% des entreprises interrogées.

"Les directeurs informatiques, qui ces dernières années avaient été détronés par les directions fonctionnelles comme la direction marketing ou la direction de la communication retrouvent ainsi leur rôle de maître d'oeuvre", a souligné Alain Denigot, d'Unilog. Selon lui, les entreprises "mettent aujourd'hui beaucoup plus de temps à lancer leurs projets internet, mais ceux-ci ne sont pas remis en cause, ils sont même souvent beaucoup plus importants (plus de 1 M€) et plus longs".

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil